Home » Articole » Actualité » Bruno Latour sur l’épidémie de COVID

Bruno Latour sur l’épidémie de COVID

Le célèbre philosophe français Bruno Latour a écrit un essai pour le journal AOC, « Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise« , déclarant que cette leçon est la plus étonnante: nous avons en effet montré qu’il était possible, en quelques semaines, d’arrêter tous les systèmes économique dans le monde.

Bruno Latour considère cette épidémie comme une formidable opportunité pour nous d’apprendre; une énorme expérience. Les virus sont en nous et nous devrons apprendre à vivre avec eux.

L’isolement épidémique nous a tous obligés à nous replier sur nous-mêmes, par introspection. Les questions que nous nous sommes posées ont développé une façon de penser différente sur la façon dont elles créeraient un avenir différent de celui que nous avions prévu.

COVID nous a montré à quelle vitesse nous pouvons nous infester à l’échelle mondiale, simplement par voie orale. Une incroyable démonstration de la théorie des réseaux et de la puissance de la viralité. Cela implique une fusion, en un sens, entre l’individu et le collectif.

La pandémie a rouvert le débat sur ce qui est nécessaire et ce qui est possible, ce qui est utile et ce qui ne l’est pas. Y compris sur le lieu de travail. Mais les gens ont-ils le pouvoir de réflexion nécessaire? Nous n’aurons pas à changer le système de production, mais à le remplacer complètement. L’économie est une façon très petite et limitée d’organiser la vie. Bruno Latour déclare que s’il avait suffisamment de puissance, il changerait d’abord et avant tout le système de production sur une base écologique.

La pandémie nous a montré que beaucoup d’entre nous ne sont pas préparés à une telle guerre. Et cela devrait nous faire porter une plus grande attention aux questions liées au climat et à la protection de l’environnement, à la façon dont nous produisons, traitons et stockons les déchets.

Au ZKM Center for Art and Media Karlsruhe, en Allemagne, la sphère de l’existence humaine a été définie comme la « zone critique », une bande étroite de la Terre qui peut soutenir la vie, seulement quelques kilomètres d’épaisseur – au-dessus et au-dessous de la surface de la Terre. À la lumière de ce concept, vous pouvez être un évadé essayant de s’échapper de cette zone, comme Elon Musk, ou un captif. mais pour nous les captifs, les ressources sont limitées. Nous devons prendre soin de ce que nous avons, car il est limité.

Cela semble ajouter une limite politique à l’hypothèse de Gaia de James Lovelock, qui explique comment la «Vie» agit pour se protéger. Comparé à l’infinité des mondes prêchés par la science, Lovelock, avec Margulis, a prouvé que la Terre est unique parce qu’elle a la vie. Bruno Latour considère que la confirmation de l’idée des deux est sa plus grande découverte de cette période, bien qu’elle ne soit toujours pas acceptée par la science principale. En ce sens, le changement de paradigme de la cosmologie aristotélicienne à Galileo est tout aussi important que de Galileo à Gaia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *