Tristesse d’Olympio
| |

Les champs n’étaient point noirs, les cieux n’étaient pas mornes.  Non, le jour rayonnait dans un azur sans bornes  Sur la terre étendu,  L’air était plein d’encens et les prés de verdures  Quand il revit ces lieux où par tant … Lire la suite

L’hymne des fleurs
| |

 Mille fleurs aux calices d’or,  Pétales bleus, pétales roses,  Violettes à peine écloses,  Pervenches qui naissez encor,  Par vous la brise est parfumée,  Par vous se constelle le sol,  Et le frais zéphyr dans son vol  Vous baise : ô … Lire la suite

La forêt
| |

Forêt silencieuse, aimable solitude,  Que j’aime à parcourir votre ombrage ignoré !  Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,  J’éprouve un sentiment libre d’inquiétude !  Prestiges de mon coeur ! je crois voir s’exhaler  Des arbres, des gazons une douce … Lire la suite