Home » Articole » FR » Art » Littérature » Mythes de la nature » COMMENT LE LIN A ÉTÉ DONNÉ AUX HOMMES

COMMENT LE LIN A ÉTÉ DONNÉ AUX HOMMES

Posté dans : Mythes de la nature 0

«Vous avez été sur la montagne longtemps,» dit la femme du chasseur.

«Oui, ma femme, et j’ai vu le spectacle le plus merveilleux du monde,» répondit le chasseur.

«Ça ç‘était quoi?»

«Je suis venu à un endroit sur la montagne où j’avais été beaucoup et plusieurs fois auparavant, mais un grand trou avait été fait dans le rocher, et à travers le trou j’ai vu – oh, femme, c’était vraiment un spectacle merveilleux!»

«Mais qu’est-ce que ç‘était, mon chasseur?»

«Il y avait une grande salle, toute brillante et étincelante de pierres précieuses: il y avait des diamants, des perles et des émeraudes, plus que nous pouvions mettre dans notre petite maison, et parmi toutes les belles couleurs se trouvait une femme plus belle qu’elles. Autour d’elle étaient ses servantes, et la salle était aussi brillante de leur beauté qu’avec les pierres: l’une jouait sur une harpe, l’autre chantait, et d’autres dansaient aussi légèrement et joyeusement comme un rayon de soleil sur une fleur. La femme était encore plus belle que les jeunes filles, et, ma femme, dès que je l’ai vue, j‘ai cru qu’elle n’est pas une femme mortelle.»

«N’avez-vous pas tombé à genoux et lui demander d’être bon pour nous?»

«Oui, ma femme, et tout de suite elle a dit: ‘Levez-vous, mon ami, j’ai un cadeau pour vous, choisissez ce que vous allez porter à votre femme en cadeau de Holda.’»

«Avez-vous choisi des perles ou des diamants?»

«J’ai regardé autour de l’endroit, et c’était tout si étincelant que j’ai fermé les yeux. ‘Choisissez votre cadeau’, a-t-elle dit, j’ai regardé dans son visage, et alors j‘ai su que c’était bien la déesse Holda, la reine du ciel. Quand je l’ai regardée, je ne pouvais pas penser à des pierres précieuses, car ses yeux étaient plus pétillants que les diamants, et j’ai dit: ‘O déesse Holda, il n’y a pas de cadeau dans toute votre salle magique que je porterais volontiers chez ma maison comme la petite fleur bleue dans votre main de lys blanc.’»

«Bien!» a écrié la femme, et quand vous auriez eu la moitié des perles et des émeraudes dans la place, vous avez choisi une petite fleur bleue fanée! … Je croyais que vous étiez un homme plus sage.»

«La déesse a dit que j’ai bien choisi,» dit le chasseur. «Elle m’a donné la fleur et la graine de celle-ci, et elle a dit, ‘Quand le printemps vient, plantez la graine, et en été je viendrai moi-même et vous enseignerez quoi faire avec la plante.’»

Au printemps, les petites graines ont jailli du sol. Bientôt les feuilles vertes se sont élevées; Alors beaucoup de petites fleurs bleues, aussi bleues que le ciel, ont levé leurs têtes dans le chaud soleil de l’été. Personne sur la terre ne savait tourner ou tisser, mais le jour le plus lumineux et le plus ensoleillé de l’été, la déesse Holda est descendi de la montagne chez la petite maison.

«Pouvez-vous filer le lina demandé-t-elle à la femme.

«En effet, non,» a dit la femme.

«Pouvez-vous tisser du linge?»

«En effet, non.»

«Alors je vous apprendrai à faire filer et tisser,» a dit la bonne déesse. «La petite fleur bleue est le lin, c’est ma fleur, et j’aime la voir.

Ainsi la déesse est assi dans la maison du chasseur et de sa femme et leur a enseigné comment faire filer le lin et tisser le linge. Lorsque la femme vit le linge sur l’herbe, de plus en plus blanche et blanche, plus le soleil brillait sur elle, elle a dit à son mari: «En effet, mon chasseur, le linge est plus beau que les perles; je devrais plutôt avoir la belle chose blanche qui est sur l’herbe au soleil que tous les diamants dans la salle de la déesse.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *