» » » » » » Comment, même si la Sphère me montrait d’autres mystères de l’Espace, je désirais encore plus; et ce qui en est sorti

Comment, même si la Sphère me montrait d’autres mystères de l’Espace, je désirais encore plus; et ce qui en est sorti

Posté dans : Contes | 0

Lorsque j’ai vu mon pauvre frère conduit à l’emprisonnement, j’ai tenté de sauter dans la salle du Conseil, désirant intercéder en sa faveur, ou du moins lui faire mes adieux. Mais j’ai trouvé que je n’avais pas de mouvement de ma part. Je dépendais absolument de la volonté de mon guide, qui disait d’une voix sombre:

« Tenez compte pas de votre frère; par chance vous aurez beaucoup du temps ci-après de condoler. Suivez-moi. »

Cube

Une fois de plus nous sommes montés dans l’espace.

« Jusqu’à présent, » dit la Sphère, « je ne vous ai montré que les formes planes et leurs intérieurs. Maintenant, je dois vous présenter les solides et vous révéler le plan sur lequel ils sont construits. Voyez cette multitude de cartes carrées mobiles. Vous voyez, je pose les uns sur les autres, pas comme vous le supposiez, au nord de l’autre, mais SUR l’autre. Maintenant une seconde, maintenant une troisième, vous voyez, je construis un solide par une multitude de Carrés parallèles les uns aux autres. Le solide est complet, aussi haut que long et large, et nous l’appelons un Cube. »

« Pardonne-moi, Seigneur, » je répondis; « mais à mes yeux, l’apparence est comme une figure irrégulière dont l’intérieur est ouvert à la vue; en d’autres termes, il me semble ne voir aucun solide, mais un plan tel que nous en déduisons en la Platanie; seulement une irrégularité qui indique quelque chose de monstrueux criminel, de sorte que la vue même est douloureuse à mes yeux. »

« Il est vrai, » dit la Sphère, « il vous semble un plan, car vous n’êtes pas habitué à la lumière et à l’ombre et à la perspective, tout comme à la Platanie, un hexagone apparaîtrait comme une ligne droite. Mais en réalité, c’est un solide, comme vous apprendrez par le sens de la sensation. »

Il m’a ensuite présenté le Cube et j’ai trouvé que cet être merveilleux n’était en effet pas un plan, mais un solide; et qu’il était doté de six côtés plans et de huit points terminaux appelés angles solides; et je me suis souvenu du dicton de la Sphère selon lequel une créature telle que celle-ci serait formée par un carré se déplaçant dans l’espace, parallèle à lui-même: et je me suis réjoui de penser qu’une créature aussi insignifiante comme moi pourrait en quelque sorte être appelé le progéniteur d’une progéniture si illustre.

Mais je ne pouvais pas comprendre pleinement la signification de ce que mon maître m’avait dit concernant la « lumière » et « l’ombre » et la « perspective »; et je n’ai pas hésité à lui présenter mes difficultés.

Si je devais donner à la Sphère l’explication de ces questions de manière succincte et claire, cela serait fastidieux pour un habitant de l’Espace, qui connaît déjà ces choses. Qu’il suffise, par ses déclarations lucides, et en changeant la position des objets et des lumières, et en me permettant de ressentir les divers objets et même sa propre personne sacrée, il m’a finalement rendu clair, pour que je puisse maintenant distinguer facilement un Cercle et une Sphère, une figure plan et un solide.

C’était le climax, le Paradis de mon étrange histoire mouvementée. Désormais, je dois raconter l’histoire de ma misérable chute: la plus misérable, mais sûrement la plus imméritée! Car pourquoi la soif de la connaissance devrait-elle être suscitée, seulement pour être déçue et punie? Ma volonté se retire de la pénible tâche de rappeler mon humiliation; cependant, comme un second Prométhée, je vais endurer cela et pire encore, si, par quelque moyen que ce soit, je puisse susciter dans les intérieurs de humanité plan et solide un esprit de rébellion contre la conception qui limiterait nos dimensions à deux ou trois ou tout nombre de fois inférieur à l’infini. Loin de là avec toutes les considérations personnelles! Permettez-moi de continuer jusqu’à la fin, comme je l’ai commencé, sans autres digressions ou anticipations, poursuivant le chemin clair de l’histoire sans passion. Les faits exacts, les mots exacts, et ils sont brûlés sur mon cerveau, seront posés sans altération d’un iota; et laissez mes lecteurs juger entre moi et le destin.

La Sphère aurait volontiers continué ses leçons en me endoctrinant dans la conformation de tous les solides, Cylindres, Cônes, Pyramides, Pentaèdres, Hexaèdres, Dodécaèdres et Sphères réguliers, mais je me suis risqué à l’interrompre. Non pas que j’étais fatigué de la connaissance. Au contraire, j’avais soif de projets encore plus profonds et plus complets que ce qu’il me proposait.

« Pardonnez-moi, » dis-je, « ô toi que je ne dois plus aborder comme la perfection de toute beauté, mais laissez-moi vous prier de protéger votre serviteur de votre intérieur. »

SPHÈRE: « Mon quoi? »

MOI: « Ton intérieur: ton estomac, tes intestins. »

SPHÈRE: « D’où vient cette demande impertinente? Et que voulez-vous dire en disant que je ne suis plus la perfection de toute beauté? »

MOI: « Mon Seigneur, ta propre sagesse m’a appris à aspirer à une personne encore plus grande, plus belle et plus proche de la perfection que toi-même. Comme vous-même, supérieur à toutes les formes de la Platanie, combinez plusieurs Cercles en un, il y a sans aucun doute Un au-dessus de vous qui combine plusieurs Sphères dans une existence suprême, dépassant même les solides de l’Espace. Et même alors que nous, qui sommes maintenant dans l’Espace, regardons la Platanie et voyons l’intérieur de toutes choses, il est certain qu’il ya encore au-dessus de nous une région plus haute et plus pure, où vous voudrez bien me conduire. J’appellerai toujours, partout et en toutes dimensions, mon prêtre, philosophe et ami, un espace encore plus vaste, une dimensionnalité plus dimensionnante, du point de vue de laquelle nous allons regarder ensemble les choses révélées des choses solides, et où tes propres intestins et ceux de tes Sphères semblables seront exposés à la vue du pauvre exilé errant de la Platanie, à qui tant de choses ont déjà été accordées. »

SPHÈRE: « Fi! Des trucs! Assez de cette bagatelle! Le temps est compté et il reste beaucoup à faire avant de pouvoir proclamer l’Évangile des Trois Dimensions à vos compatriotes aveugles de la Platanie. »

MOI: « Bienveillant maître, ne me refuse pas ce que je sais qu’il est en votre pouvoir de faire. Donnez-moi seulement un aperçu de votre intérieur, et je suis satisfait pour toujours. Je reste désormais ton élève docile, ton esclave impitoyable, prêt à recevoir tous tes enseignements et à te nourrir des mots qui tombent de tes lèvres. »

SPHÈRE: « Eh bien, pour vous contenter et vous faire taire, laissez-moi vous dire tout de suite, je vous montrerais ce que vous voudriez si je le pouvais; mais je ne peux pas. Voulez-vous que je me retourne pour vous obliger? »

MOI: « Mais mon Seigneur m’a montré les intestins de tous mes compatriotes au pays des deux dimensions en m’emmenant avec lui dans le pays des trois. Qu’est-ce qui est donc plus facile que maintenant d’emmener son serviteur dans un second voyage dans la région bénie de la quatrième dimension, où je regarderai de nouveau avec lui ce pays des trois dimensions, et je verrai l’intérieur de chaque maison à trois dimensions, les secrets de la terre ferme, les trésors des mines de l’Espace et les intestins de toute créature vivante, même des Sphères nobles et adorables. »

SPHÈRE: « Mais où est cette terre de quatre dimensions? »

MOI: « Je ne sais pas: mais sans doute mon maître le sait. »

SPHÈRE: « Pas moi. Il n’y en a pas. L’idée même est absolument inconcevable. »

MOI: « Pas inconcevable, mon Seigneur, pour moi, et donc encore moins inconcevable pour mon maître. Non, je ne désespère pas que, même ici, dans cette région à trois dimensions, l’art de votre seigneurie puisse me rendre la quatrième dimension; tout comme dans le pays des deux dimensions, l’habileté de mon maître aurait ouvert les yeux de son serviteur aveugle à la présence invisible d’une troisième dimension, même si je ne l’ai pas vue.

« Permettez-moi de rappeler le passé. N’ai-je pas enseigné ci-dessous que lorsque j’ai vu une ligne et déduit un plan, j’ai vu en réalité une troisième dimension non reconnue, différente de la luminosité, appelée « hauteur »? Et ne suit-il pas maintenant que, dans cette région, quand je vois un plan et en déduis un solide, je vois vraiment une quatrième dimension non reconnue, différente de la couleur, mais existante, quoique infinitésimale et incapable de mesurer?

« Et à côté de cela, il y a l’argument de l’analogie des figures. »

SPHÈRE: « Analogie! Nonsense: quelle analogie? »

MOI: « Votre seigneurie tente son serviteur de voir s’il se souvient des révélations qui lui ont été données. Pas avec moi, mon seigneur; J’ai soif, j’ai soif de plus de connaissances. Sans doute, nous ne pouvons pas voir cet autre espace supérieur maintenant, car nous n’avons aucun œil dans nos estomacs. Mais, tout comme il y AVAIT le royaume de la Platanie, bien que ce pauvre monarque de la Ligne ne puisse ni se tourner à gauche ni à droite pour le discerner, et comme il ÉTAIT proche et toucher mon cadre, le pays des trois dimensions, bien que moi, aveugle et insensé, n’avait pas le pouvoir de le toucher, aucun œil dans mon intérieur ne le discernait, de sorte qu’il y ait une quatrième dimension, que mon Seigneur perçoit avec l’œil intérieur de la pensée. Et que cela doit exister, mon Seigneur lui-même m’a appris. Ou peut-il avoir oublié ce qu’il a lui-même transmis à son serviteur?

« Dans une dimension, un Point en mouvement n’a-t-il pas produit une Ligne avec DEUX points terminaux?

« Dans deux dimensions, une Ligne en mouvement n’a-t-elle pas produit un Carré avec QUATRE points terminaux?

« Dans trois dimensions, un Carré en mouvement n’a-t-il pas produit – cet oeil ne m’a-t-il pas vu – cet être béni, un Cube, avec HUIT points terminaux?

« Et, en quatre dimensions, il ne faut pas qu’un Cube en mouvement, pour l’analogie, et hélas, pour le progrès de la vérité, s’il ne l’est pas, le mouvement d’un Cube divin aboutisse à une organisation encore plus divine avec SEIZE points terminaux?

« Voici la confirmation infaillible de la série, 2, 4, 8, 16: n’est-ce pas une progression géométrique? N’est-ce pas – si je peux citer les propres mots de mon Seigneur – strictement selon l’analogie?

« Encore une fois, mon Seigneur ne m’a-t-il pas enseigné que, comme dans une Ligne, il y a DEUX points de délimitation, et dans un Carré il y a QUATRE lignes de délimitation? Alors, voici encore la série confirmante, 2, 4, 6: n’est-ce pas une progression arithmétique? Et par conséquent, ne suit-il pas nécessairement que la progéniture plus divine du divin Cube au pays des quatre dimensions doit avoir 8 Cubes englobants: et n’est-ce pas aussi, comme mon Seigneur m’a appris à le croire, ‘strictement selon l’analogie?

« Ô mon Seigneur, mon seigneur, voici, je me suis jeté dans la foi en conjecture, sans connaître les faits; et je fais appel à votre Seigneurie pour confirmer ou infirmer mes anticipations logiques. Si je me trompe, je cède et n’exige plus une quatrième dimension; mais si j’ai raison, mon Seigneur écoutera la raison.

« Je demande donc, est-ce ou n’est-ce pas le fait que vos compatriotes ont été témoins de la descente d’êtres d’un ordre plus élevé que le leur, entrant dans des pièces fermées, alors même que votre Seigneurie entrait dans la mienne sans que portes ou fenêtres, apparaissant et disparaissant à volonté? Sur la réponse à cette question, je suis prêt à tout partager. Refusez-le et je suis désormais silencieux. Seule une réponse. »

SPHÈRE. (APRÈS UNE PAUSE): « Il est rapporté ainsi. Mais les hommes sont divisés en ce qui concerne les faits. Et même en accordant les faits, ils les expliquent de différentes manières. Et de toute façon, si grand que soit le nombre d’explications différentes, personne n’a adopté ou suggéré la théorie de la quatrième dimension. Par conséquent, priez pour avoir fait cette bagatelle et laissez-nous retourner aux affaires. »

MOI: « J’en étais certain. J’étais certain que mes anticipations seraient satisfaites. Et maintenant, ayez de la patience avec moi et répondez-moi encore une question, le meilleur des enseignants! Ceux qui sont apparus ainsi, personne ne sait d’où, et sont rentrés, personne ne sait où ils ont aussi contracté leurs sections et ont disparu en quelque sorte dans cet espace plus spacieux, où je vous demande maintenant de me conduire? »

SPHÈRE (DE MAUVAISE HUMEUR): « Ils ont disparu, certainement – s’ils paraissaient jamais. Mais la plupart des gens disent que ces visions sont nées de la pensée – vous ne me comprendrez pas du cerveau; de l’angularité perturbée du voyant. »

MOI: « Ils disent comme ça? Oh, ne le croyez pas. Ou bien, si tel est le cas, que cet autre espace est vraiment une terre de la pensée, alors emmenez-moi dans cette région bénie où, dans ma pensée, je verrai l’intérieur de toutes les choses solides. Là, devant mon œil ravi, un Cube, se déplaçant dans une direction tout à fait nouvelle, mais strictement selon l’analogie, afin de faire passer chaque particule de son intérieur dans un nouveau type d’espace, avec un sillage propre – doit créer un une perfection encore plus parfaite que lui, avec seize angles extra-solides terminaux et huit cubes solides pour son périmètre. Et une fois sur place, resterons-nous sur notre chemin? Dans cette région bénie des quatre dimensions, resterons-nous sur le seuil de la cinquième place et n’y entrerons-nous pas? Ah non! Résolons plutôt que notre ambition monte en flèche avec notre ascension corporelle. Puis, cédant à notre début intellectuel, les portes de la sixième dimension s’ouvriront; après cela un septième, et ensuite un huitième combien de temps j’aurais dû continuer je ne sais pas. »

En vain la Sphère, dans sa voix de tonnerre, réitère sa commande de silence et me menace des peines les plus sévères si je persiste. Rien ne pouvait contenir le flot de mes aspirations extatiques. Peut-être devais-je être blâmé; mais en effet j’étais enivré par les récents projets de vérité auxquels il m’avait présenté lui-même. Cependant, la fin n’a pas tardé à venir. Mes mots ont été interrompus par un fracas à l’extérieur et par un fracas simultan à l’intérieur de moi, ce qui m’a poussé à traverser l’espace avec une vitesse qui excluait la parole. Vers le bas! vers le bas! vers le bas! Je descendais rapidement; et je savais que retourner à la Platanie était mon destin. Un dernier coup d’œil, un dernier aperçu inimaginable de ce désert terne – qui allait redevenir mon univers – s’est étendu à mes yeux. Puis une obscurité. Puis un coup de tonnerre final, tout consommé; et quand je suis arrivé à moi-même, j’étais encore un Carré rampant commun, dans mon bureau à la maison, écoutant le cri de paix de ma femme qui approchait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *