» » » » » » De la doctrine des prêtres de la Platanie

De la doctrine des prêtres de la Platanie

Posté dans : Contes 0

En ce qui concerne la doctrine des Cercles, elle peut être brièvement résumée en une seule maxime, « Participez à votre configuration ». Qu’ils soient politiques, ecclésiastiques ou moraux, tous leurs enseignements ont pour but l’amélioration de la configuration individuelle et collective – avec une référence particulière bien entendu à la configuration des Cercles, à laquelle tous les autres objets sont subordonnés.

C’est le mérite des Cercles qu’ils ont efficacement supprimé ces anciennes hérésies qui ont conduit les hommes à gaspiller énergie et sympathie dans la croyance vaine que la conduite dépend de la volonté, effort, formation, encouragement, louange, ou toute autre chose mais la configuration. C’était Pantocyclus – l’illustre Cercle mentionné plus haut, en tant que queller de la révolte des couleurs – qui a d’abord convaincu l’humanité que la configuration rend l’homme; que si, par exemple, vous naissez un Isocèle à deux faces inégales, vous vous tromperez assurément, à moins que vous ne les ayez faits même; dans ce cas, vous devez aller à l’hôpital des Isocèles; de même, si vous êtes un Triangle, ou un Carré, ou même un Polygone, né avec une irrégularité, vous devez être conduit à l’un des hôpitaux réguliers pour faire soigner votre maladie; sinon, vous finirez vos jours dans la prison d’État ou sous l’angle de l’exécuteur de l’État.

Toutes les fautes ou tous les défauts, de la moindre faute au crime le plus flagellé, Pantocyclus a attribué à quelque déviation de la régularité parfaite dans la figure corporelle, causée peut-être (sinon congénitale) par une collision dans une foule; par négligence de faire de l’exercice, ou en en prenant trop; ou même par un brusque changement de température, entraînant un rétrécissement ou une dilatation dans une partie trop sensible du cadre. Par conséquent, conclu que philosophe illustre, ni la bonne conduite ni la mauvaise conduite est un sujet approprié, dans une estimation sobre, soit pour la louange ou le blâme. Car pourquoi louer, par exemple, l’intégrité d’une place qui défend fidèlement les intérêts de son client, alors que vous devriez plutôt admirer la précision exacte de ses angles droits? Ou encore, pourquoi blâmer un Isocèle menteur, rusé alors que vous devriez plutôt déplorer l’inégalité incurable de ses côtés?

Théoriquement, cette doctrine est incontestable; mais il a des inconvénients pratiques. En traitant avec un Isocèle, si un coquin plaide qu’il ne peut s’empêcher de voler en raison de ses irrégularités, vous répondez que pour cette raison même, parce qu’il ne peut pas être une nuisance pour ses voisins, vous, le Magistrat, ne pouvez pas aider en le condamnant à être consommé – et il y a une fin de la question. Mais dans les petites difficultés domestiques, où la peine de consommation, ou de mort, est hors de question, cette théorie de la configuration vient parfois maladroitement; et je dois avouer qu’occasionnellement quand un de mes petits-fils Hexagonaux supplie sa désobéissance qu’un changement brusque de la température a été trop pour son périmètre, et que je devrais en accuser non pas lui mais sa configuration, qui ne peut être fortifiée que par l’abondance des sucreries les plus choisies, je ne vois pas mon chemin logiquement pour rejeter, ni pratiquement accepter ses conclusions.

Pour ma part, je pense qu’il est préférable de supposer qu’une bonne réprimande ou punition sonore a une influence latente et fortifiante sur la configuration de mon petit-fils; bien que je possède que je n’ai aucune raison de penser ainsi. En tout cas, je ne suis pas le seul à m’extirper de ce dilemme; car je trouve que plusieurs des Cercles les plus élevés, siégeant comme juges dans les cours de justice, utilisent des éloges et des reproches envers les figures régulières et irrégulières; et dans leurs maisons, je sais par expérience que, lorsqu’ils grondent leurs enfants, ils parlent de « bien » ou de « faux » avec autant de véhémence et de passion que s’ils croyaient que ces noms représentaient des existences réelles et qu’une figure humaine est vraiment capable de choisir entre eux.

En continuant leur politique de faire de la configuration l’idée maîtresse dans tous les esprits, les Cercles inversent la nature de ce commandement qui, dans l’Espace, réglemente les relations entre parents et enfants. Avec vous, les enfants apprennent à honorer leurs parents; avec nous, à côté des Cercles, qui sont l’objet principal de l’hommage universel, on enseigne à un homme d’honorer son petit-fils, s’il en a un; ou, sinon, son fils. Par « honneur », cependant, on entend nullement « indulgence », mais respectueux de leurs intérêts les plus élevés. Les Cercles enseignent que le devoir des pères est de subordonner leurs propres intérêts à ceux de la postérité, faisant ainsi progresser le bien-être des pères. l’Etat entier ainsi que celui de leurs propres descendants immédiats.

Le point faible du système des Cercles, si un humble Carré peut oser parler de quelque Circulaire contenant un élément de faiblesse, me paraît se trouver dans leurs rapports avec les femmes.

Comme il est de la plus haute importance pour la société que les naissances irrégulières soient découragées, il s’ensuit qu’aucune femme qui a des irrégularités dans son ascendance n’est un partenaire approprié pour celui qui désire que sa postérité augmente régulièrement dans l’échelle sociale.

Maintenant, l’irrégularité d’un homme est une question de mesure; mais comme toutes les femmes sont droites, et donc visiblement régulières pour ainsi dire, il faut concevoir d’autres moyens de déterminer ce que je pourrais appeler leur irrégularité invisible, c’est-à-dire leurs irrégularités potentielles en ce qui concerne la progéniture possible. Ceci est effectué par des pedigrees soigneusement conservés, qui sont conservés et surveillés par l’Etat; et sans un pedigree certifié aucune femme n’est autorisée à se marier.

Maintenant, on aurait pu supposer qu’un Cercle, fier de ses ancêtres et respectueux d’une postérité qui pourrait peut-être émettre plus tard dans un Cercle principal, serait plus prudent que tout autre pour choisir une femme qui n’avait pas de tache sur son écusson. Mais ce n’est pas le cas. Le soin dans le choix d’une épouse régulière semble diminuer à mesure qu’on s’élève dans l’échelle sociale. Rien n’induirait un Isocèle aspirant, qui espérait engendrer un fils équilatéral, à prendre une femme qui comptait une seule irrégularité parmi ses ancêtres; un Carré ou un Pentagone, confiant que sa famille ne cesse de croître, ne se renseigne pas sur la génération des cinq centièmes; un Hexagone ou un Dodécagone est encore plus insouciant du pedigree de la femme; mais un Cercle a été délibérément connu pour prendre une femme qui a eu un arrière-grand-père irrégulier, et tout cela à cause d’une légère supériorité de lustre, ou à cause des charmes d’une voix basse qui, avec nous, plus encore que vous, on pense « une excellente chose chez la femme ».

De tels mariages mal jugés sont, comme on peut s’y attendre, stériles, s’ils n’entraînent pas une irrégularité positive ou une diminution des côtés; mais aucun de ces maux n’a jusqu’ici été suffisamment dissuasif. La perte de quelques côtés dans un Polygone hautement développé n’est pas facile à remarquer et est parfois compensée par une opération réussie dans le gymnase néo-thérapeutique, comme je l’ai décrit plus haut; et les Cercles sont trop disposés à accepter l’infécondité comme loi du développement supérieur. Cependant, si ce mal n’est pas arrêté, la diminution graduelle de la classe Circulaire deviendra bientôt plus rapide, et le temps n’est peut-être pas loin où la race n’étant plus capable de produire un Cercle principal, la Constitution de la Platanie doit tomber

Un autre mot d’avertissement me vient à l’esprit, bien que je ne puisse pas facilement mentionner un remède; et cela se réfère également à nos relations avec les femmes. Il y a environ trois cents ans, le Cercle des chefs a décrété que, puisque les femmes sont déficientes en raison mais abondantes en émotions, elles ne devraient plus être considérées comme rationnelles et ne recevoir aucune éducation mentale. La conséquence en était qu’on ne leur enseignait plus à lire, ni même à maîtriser assez l’arithmétique pour leur permettre de compter les angles de leur mari ou de leurs enfants; et par conséquent, elles déclinèrent sensiblement à chaque génération en puissance intellectuelle. Et ce système de non-éducation ou de quiétisme féminin prévaut toujours.

Ma crainte est que, avec les meilleures intentions, cette politique a été poussée jusqu’à réagir de manière injurieuse sur le sexe masculin.

Car la conséquence en est que, dans l’état actuel des choses, nous, les hommes, devons mener une sorte d’existence bilingue, et je dirai presque bi-mentale. Avec les femmes, nous parlons d’« amour », « devoir », « juste », « faux », « pitié », « espoir », et d’autres conceptions irrationnelles et émotionnelles, qui n’existent pas et dont la fiction n’a aucun objet sauf pour contrôler les exubérances féminines; mais entre nous et dans nos livres, nous avons un vocabulaire tout différent et je puis presque dire idiome. « L’amour » devient alors « l’anticipation des bénéfices »; « devoir » devient « nécessité » ou « aptitude »; et d’autres mots sont transmués de manière correspondante. De plus, chez les femmes, nous utilisons un langage impliquant la plus grande déférence pour leur sexe; et elles croient pleinement que le Cercle principal lui-même n’est pas plus dévotement adoré par nous qu’elles ne le sont: mais derrière leur dos, elles sont tous considérés et parlés – par tous sauf les très jeunes – comme n’étant guère meilleurs que des « organismes stupides ».

Notre théologie aussi dans les chambres des femmes est entièrement différente de notre théologie ailleurs.

Maintenant, mon humble crainte est que cette double formation, dans la langue aussi bien que dans la pensée, impose un fardeau un peu trop lourd aux jeunes, surtout quand, à l’âge de trois ans, ils sont retirés des soins maternels et apprennent à désapprendre la vieille langue – sauf dans le but de la répéter en présence de leurs mères et de leurs infirmières – et d’apprendre le vocabulaire et l’idiome de la science. Je pense déjà que je discerne une faiblesse dans la compréhension de la vérité mathématique à l’heure actuelle par rapport à l’intellect plus robuste de nos ancêtres il y a trois cents ans. Je ne dis rien du danger possible si une femme apprenait subrepticement à lire et à transmettre à son sexe le résultat de sa lecture d’un seul volume populaire; ni de la possibilité que l’indiscrétion ou la désobéissance de quelque nourrisson mâle puisse révéler à une mère les secrets du dialecte logique. Sur le simple fondement de l’affaiblissement de l’intellect masculin, je repose cet humble appel aux plus hautes autorités pour qu’elles reconsidèrent les règles de l’éducation des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *