» » » » » » Des méthodes de reconnaissance mutuelle dans la Platanie

Des méthodes de reconnaissance mutuelle dans la Platanie

Posté dans : Contes | 0

Vous, qui êtes bénis à la fois d’ombre et de lumière, vous qui êtes doués de deux yeux, doués d’une connaissance de la perspective, et charmés par la jouissance de diverses couleurs, vous qui pouvez réellement VOIR un angle, et contempler le complet circonférence d’un cercle dans la région heureuse des Trois Dimensions – comment vous expliquer l’extrême difficulté que nous éprouvons dans la Platanie à reconnaître la configuration de l’autre?

Rappelez-vous ce que je vous ai dit ci-dessus. Tous les êtres de la Platanie, animés ou inanimés, quelle que soit leur forme, présentent À NOTRE VUE la même, ou à peu près la même apparence, à savoir celui d’une Ligne droite. Comment donc peut-on se distinguer d’un autre, où tous paraissent pareils?

La réponse est triple. Le premier moyen de reconnaissance est le sens de l’ouïe; le notre étant beaucoup plus développé que le votre, et qui nous permet non seulement de distinguer par la voix nos amis personnels, mais même de faire la différence entre les différentes classes, du moins en ce qui concerne les trois ordres les plus bas, l’Equilateral, le Carré, et le Pentagone – des Isocèles, je ne tiens aucun compte. Mais quand nous montons dans l’échelle sociale, le processus de discrimination et d’audition augmente en difficulté, en partie parce que les voix sont assimilées, en partie parce que la faculté de discrimination vocale est une vertu plébéienne peu développée chez l’aristocratie. Et partout où il y a un danger d’imposture, nous ne pouvons pas faire confiance à cette méthode. Parmi nos commandes les plus bas, les organes vocaux se développent à un degré plus que correspondant à celui de l’ouïe, de sorte qu’un Isocèle peut facilement feindre la voix d’un Polygone et, avec un peu d’entraînement, celui d’un Cercle lui-même. Une deuxième méthode est donc plus couramment utilisée.

Le SENTIMENT est, parmi nos femmes et nos classes inférieures – à propos de nos classes supérieures, je parlerai tout à l’heure – le principal test de reconnaissance, en tout cas entre étrangers, et quand la question est non pas individuelle, mais à la classe. Qu’est-ce donc « introduction » est parmi les classes supérieures à l’Espace, ç’est le processus de « sentir » avec nous. « Permettez-moi de vous demander de sentir et d’être senti par mon ami M. Untel » – est encore, parmi les plus démodés messieurs de nos pays dans les districts éloignés des villes, la formule habituelle pour une introduction de la Platanie. Mais dans les villes, et parmi les hommes d’affaires, les mots « se faire sentir par » sont omis et la phrase est abrégée en: « Laissez-moi vous demander de sentir M. Untel »; bien que l’on suppose, bien sûr, que le « sentiment » doit être réciproque. Parmi nos jeunes messieurs encore plus modernes et fringants – qui sont extrêmement opposés aux efforts superflus et suprêmement indifférents à la pureté de leur langue maternelle – la formule est encore restreinte par l’utilisation de « sentir » dans un sens technique, signifiant, « recommander-pour-les-buts-de-sentir-et-être-senti »; et en ce moment l’argot de la société polie ou rapide dans les classes supérieures sanctionne une barbarie telle que « M. Smith, permettez-moi de sentir M. Jones ».

Mais ne laissez pas mon lecteur supposer que « sentir » est avec nous le processus fastidieux qu’il serait avec vous, ou que nous trouvons nécessaire de se sentir bien autour de tous les côtés de chaque individu avant de déterminer la classe à laquelle il appartient. Une longue pratique et formation, commencée dans les écoles et continuée dans l’expérience de la vie quotidienne, nous permet de distinguer à la fois par le sens du toucher, entre les angles d’un triangle, d’un carré et d’un pentagone égaux; et je n’ai pas besoin de dire que le vertex sans cervelle d’un Isocèle à angle aigu est évident au toucher le plus terne. Il n’est donc pas nécessaire, en règle générale, de faire plus que sentir un seul angle d’un individu; et ceci, une fois établi, nous dit la classe de la personne à qui nous adressons, à moins, en effet, qu’il n’appartienne aux sections supérieures de la noblesse. Là, la difficulté est beaucoup plus grande. Même un maître des arts de notre université de Wentbridge a été connu pour confondre un Polygone à dix côtés avec un Polygone à douze côtés; et il n’y a guère de docteur en science dans ou hors de cette fameuse université qui puisse prétendre se décider promptement et sans hésiter entre un membre à vingt et quatre-vingt-quatre côtés de l’aristocratie.

Ceux de mes lecteurs qui se souviendront des extraits que j’ai donnés plus haut du Code législatif concernant les femmes, percevront facilement que le processus d’introduction par contact exige un certain soin et une certaine discrétion. Dans le cas contraire, les angles pourraient infliger une blessure irréparable à l’impaire imprévisible. Il est essentiel pour la sécurité de l’émetteur du sentiment que le récepteur du sentiment reste parfaitement immobile. Un début, un déplacement de la position, oui, même un éternuement violent, a déjà été connu pour être fatal aux imprudents et pour tuer dans l’œuf une amitié prometteuse. C’est particulièrement vrai dans les classes inférieures des Triangles. Chez eux, l’œil est si loin de leur sommet, qu’ils peuvent à peine prendre conscience de ce qui se passe à cette extrémité de leur cadre. Ils sont, en outre, d’une nature grossière rugueuse, pas sensible au contact délicat du Polygon fortement organisé. Quelle merveille si un coup involontaire de la tête a maintenant privé l’état d’une vie précieuse!

J’ai entendu dire que mon excellent grand-père, l’un des moins irrésistibles de sa malheureuse classe Isocèle, avait obtenu, peu avant son décès, quatre votes sur sept du conseil sanitaire et social pour l’avoir fait passer dans la classe des Isocèles. Il déplorait souvent, avec une larme dans son œil vénérable, une fausse couche de ce genre, qui s’était produite à son arrière-arrière-arrière-grand-père, un homme de travail respectable avec un angle ou un cerveau de 59 degrés 30 minutes. D’après son récit, mon malheureux ancêtre, affligé de rhumatismes, et en train de se faire sentir par un Polygone, par un coup de départ, transperça accidentellement le grand homme à travers la diagonale; et ainsi, en partie à cause de son long emprisonnement et de sa dégradation, et en partie à cause du choc moral qui régna dans toutes les relations de mon ancêtre, rejeta notre famille d’un degré et demi dans leur ascension vers de meilleures choses. Le résultat était que dans la génération suivante le cerveau de la famille était enregistré à seulement 58 degrés, et ce n’est qu’au bout de cinq générations que le sol perdu fut récupéré, les 60 degrés atteints, et l’ascension des Isocèles enfin achevée. Et toute cette série de calamités d’un petit accident dans le processus de sentiment.

À ce stade, je pense que certains de mes lecteurs les mieux éduqués s’exclament: « Comment pouvez-vous, à la Platanie, savoir quoi que ce soit sur les angles et les degrés, ou les minutes? Nous pouvons voir un angle, parce que nous pouvons voir deux des lignes inclinées l’une sur l’autre, mais vous, qui ne pouvez voir qu’une ligne droite à la fois, ou du moins seulement un certain nombre de lignes droites en une seule ligne, comment pouvez-vous discerner un angle, et beaucoup moins enregistrer des angles de différentes tailles? »

Je réponds que bien que nous ne puissions pas voir les angles, nous pouvons les INFERER, et ceci avec une grande précision. Notre sens du toucher, stimulé par la nécessité et développé par un long entraînement, nous permet de distinguer les angles de façon beaucoup plus précise que votre sens de la vue, sans l’aide d’une règle ou d’une mesure d’angle. Je ne dois pas non plus omettre d’expliquer que nous avons de grandes aides naturelles. C’est avec nous une loi de la nature que le cerveau de la classe Isocèle commencera à un demi-degré, ou trente minutes, et augmentera (s’il augmente du tout) d’un demi-degré dans chaque génération; jusqu’à ce que le but de 60 degrés soit atteint, quand la condition du servage est quittée, et l’homme libre entre dans la classe des Réguliers.

Par conséquent, la nature elle-même nous fournit une échelle ascendante ou un alphabet d’angles pour un demi-degré jusqu’à 60 degrés, dont les spécimens sont placés dans chaque école primaire à travers le pays. En raison des régressions occasionnelles, d’une stagnation morale et intellectuelle encore plus fréquente, et de l’extraordinaire fécondité des classes criminelles et vagabondes, il y a toujours un vaste superflu d’individus du demi-degré et de la classe unique, et une abondance de spécimens à 10 degrés. Ceux-ci sont absolument dépourvus de droits civiques; et un grand nombre d’entre eux, n’ayant même pas assez d’intelligence pour les besoins de la guerre, sont dévoués par les États au service de l’éducation. Entravés de façon immuable pour écarter toute possibilité de danger, ils sont placés dans les salles de classe de nos écoles infantiles, et là ils sont utilisés par le Conseil de l’Education pour donner aux descendants des classes moyennes le tact et l’intelligence de qui ces misérables créatures elles-mêmes sont complètement dépourvues.

Dans certains États, les Spécimens sont parfois nourris et souffrent d’exister pendant plusieurs années; mais dans les régions plus tempérées et mieux régulées, on trouve à long terme plus avantageux pour les intérêts éducatifs des jeunes, de se passer de nourriture et de renouveler les Spécimens tous les mois, ce qui correspond à la durée moyenne de l’existence sans nourriture de la classe Criminelle. Dans les écoles moins chères, ce qui est gagné par l’existence plus longue du Specimen est perdu, en partie dans la dépense pour la nourriture, et en partie dans la précision diminuée des angles, qui sont affaiblies après quelques semaines de « sentiment » constant. Nous ne devons pas non plus oublier d’ajouter, en énumérant les avantages du système le plus coûteux, qu’il tend, quoique légèrement mais sensiblement, à la diminution de la population Isocèle redondante – un objet que chaque homme d’État de la Platanie garde constamment en vue. Dans l’ensemble, bien que je n’ignore pas que, dans de nombreux conseils scolaires élus par le peuple, il y a une réaction en faveur du « système bon marché » comme on l’appelle, je suis moi-même disposé à penser que c’est l’un des nombreux cas dans lequel la dépense est l’économie la plus vraie.

Mais je ne dois pas laisser les questions de politique scolaire me détourner de mon sujet. On a assez dit, je l’espère, pour montrer que la reconnaissance par le sentiment n’est pas un processus aussi fastidieux et indécis qu’on aurait pu le supposer; et il est évidemment plus digne de confiance que la reconnaissance par l’audition. Il reste encore, comme on l’a vu plus haut, l’objection que cette méthode n’est pas sans danger. Pour cette raison, beaucoup dans les classes moyennes et inférieures, et tous sans exception dans les ordres Ppolygonal et Circulaire, préfèrent une troisième méthode dont la description sera réservée à la section suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *