» » » » » » » Draguignan

Draguignan

Draguignan

Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var (sous-préfecture)
Arrondissement Draguignan (chef-lieu)
Canton Draguignan (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d’agglomération dracénoise’, ‘
Code postal 83300
Code commune 83050
Gentilé Dracénoise, Dracénois
Population municipale 36 648 hab. (2008)
Densité 682 hab./km2
Population aire urbaine 44 851 hab. (1999 )
Coordonnées 43° 32′ 25″ Nord 6° 28′ 00″ Est
Altitude min. 153 m — max. 603 m
Superficie 53,7 km2

Draguignan est une commune du département du Var de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans le sud France.

Il est sous-préfecture du département et l’auto-proclamée « capitale de l’artillerie» et «Porte du Verdon».

La ville est à seulement 42 km de Saint-Tropez, 80 km de Nice.

Selon la légende, le nom de la ville est dérivé du nom latin « Draco / Draconem » (dragon): un évêque, appelé Saint Hermentaire, a tué un dragon et personnes sauvées.

La devise latine de Draguignan est Alios nutrio, meos devoro (j’aliments les autres, je dévore mes enfants).

L’altitude est de 200 m. La plus haute colline, près de Draguignan est Malmont (551m). La principale rivière près de Draguignan est la Nartuby.

La ville est située dans une vallée NO-SE, à environ 2 km de largeur.

Histoire

Le nom de Draguignan (« Dragonianum») est apparu pour la première fois en 909.

Pendant le Moyen-Age, Draguignan était un petit village dont les habitants vivaient de la culture des olives et du raisin.

Draguignan est devenue la préfecture du Var en 1790, au début de la Révolution française. Ceci en dépit de la ville n’étant pas la plus grande ville dans le département. Il est resté le siège de la préfecture jusqu’en 1974.

Au 19e siècle et pendant une grande partie du 20e siècle, les habitants de Draguignan (en français: «dracénois», en anglais: « Draceners ») ont voté pour des partis libéraux (Parti radical-socialiste, Parti socialiste).

La ville a été occupée par la Wehrmacht en 1942-1944 et libéré en Août 1944, après l’opération Dragoon.

La ville a accueilli le «Ecole nationale d’artillerie » (École de l’artillerie) en 1976, puis l ‘Ecole nationale d’infanterie « (École d’infanterie) en 2010. L’arrivée des militaires impliqués au développement de la ville: la petite ville est devenue une ville dans la deuxième partie du 20ème siècle: 13 400 citoyens en 1954, 33 000 en 2000, 38 000 en 2010.

Le 15 Juin 2010, la ville a été inondée. Des pluies torrentielles ont causé la mort de 12 personnes dans la ville et 25 dans les quartiers.

Les principales attractions

Musée de l’artillerie (guerres napoléoniennes, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, l’Indochine, etc)

Musée d’Arts et des traditions populaires

Le Cimetière et mémorial américain du Rhône (le cimetière américain du seconde guerre mondiale) (voir opération Dragoon)

L’Eglise Saint-Michel

Eglise Notre-Dame du Peuple

Le Pierre Dolmen de la Fée, également connu sous le rocher de fruits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *