» » » » » Histoire de l’anthropologie philosophique

Histoire de l’anthropologie philosophique

Posté dans : Histoire, Philosophie | 0

Leonardo da Vinci, Omul Vitruvian(L’homme de Vitruve ou l’homme parfait de Léonard de Vinci)

L’anthropologie philosophique, parfois appelée philosophie anthropologique, est une discipline traitant des questions de la métaphysique et de la phénoménologie de la personne humaine, et des relations interpersonnelles.

Anciens écrivains chrétiens: Augustin d’Hippone

Augustin d’Hippone fut l’un des premiers auteurs latins antiques chrétiens avec une vision anthropologique très claire, bien qu’il ne soit pas clair s’il avait une influence sur Max Scheler, le fondateur de l’anthropologie philosophique comme discipline indépendante, ni sur aucun des philosophes majeurs qui l’a suivi. Augustin a été cité par Husserl et Heidegger comme l’un des premiers écrivains à s’interroger sur la conscience du temps et le rôle de voir dans le sentiment de «l’Être-dans-le-monde».

Augustin a vu l’être humain comme une unité parfaite de deux substances: l’âme et le corps. Il était beaucoup plus proche dans cette vision anthropologique d’Aristote que de Platon. Dans son dernier traité Sur le soin d’être eu pour les morts, sec. 5 (420) il a insisté sur le fait que le corps est une partie essentielle de la personne humaine:

« En aucun cas, les corps eux-mêmes ne doivent être rejetés. (…) Car il ne s’agit pas d’un ornement ou d’un secours appliqué de l’extérieur, mais de la nature même de l’homme.« 

La figure préférée d’Augustin pour décrire l’unité corps-âme est le mariage: caro tua, coniux tua ton corps est ta femme. Initialement, les deux éléments étaient en parfaite harmonie. Après la chute de l’humanité, ils vivent maintenant un combat dramatique entre eux.

Ce sont deux choses catégoriquement différentes: le corps est un objet tridimensionnel composé des quatre éléments, alors que l’âme n’a pas de dimensions spatiales. L’âme est une sorte de substance, participant à la raison, propre à gouverner le corps. Augustin, comme Platon et Descartes, ne se préoccupait pas trop de détailler ses efforts pour expliquer la métaphysique de l’union âme-corps. Il lui suffisait d’admettre qu’ils étaient métaphysiquement distincts. Être humain, c’est être un composé de l’âme et du corps, et que l’âme est supérieure au corps. Cette dernière affirmation est fondée sur sa classification hiérarchique des choses en celles qui existent simplement, celles qui existent et vivent, et celles qui existent, vivent et ont l’intelligence ou la raison.

Selon N. Blasquez, le dualisme d’Augustin des substances du corps et de l’âme ne l’empêche pas de voir l’unité du corps et de l’âme comme une substance même. Après Aristote et d’autres philosophes antiques, il a défini l’homme comme animal mortel rationnelanimal rationale mortale.

Période moderne

L’anthropologie philosophique comme une sorte de pensée, avant d’être fondée comme une discipline philosophique distincte dans les années 1920, a émergé en tant que pensée post-médiévale luttant pour l’émancipation de la religion chrétienne et de la tradition aristotélicienne. L’origine de cette libération, caractéristique de la modernité, a été le scepticisme cartésien formulé par Descartes dans les deux premières de ses Méditations sur la première philosophie (1641).

Immanuel Kant (1724-1804) a enseigné les premières conférences sur l’anthropologie dans le monde académique européen. Il a développé spécifiquement une conception de l’anthropologie pragmatique, selon laquelle l’être humain est étudié comme un agent libre. En même temps, il conçoit son anthropologie comme une discipline empirique et non strictement philosophique. Son travail philosophique et anthropologique a été l’une des influences sur le terrain au cours des XIXe et XXe siècles. Après Kant, Ludwig Feuerbach est parfois considéré comme l’influence la plus importante et le fondateur de la philosophie anthropologique.

Pendant le 19ème siècle, une contribution importante est venue des idéalistes post-kantiens allemands comme Fichte, Schelling et Hegel, aussi bien que Søren Kierkegaard. De la fin du 19ème siècle jusqu’au début du 20ème siècle, des contributeurs influents ont été Friedrich Nietzsche, John Dewey et Rudolf Steiner.

L’anthropologie philosophique comme discipline indépendante

Depuis son développement dans les années 1920, dans le milieu de la culture Weimar en Allemagne, l’anthropologie philosophique s’est transformée en une discipline philosophique, en concurrence avec les autres sous-disciplines traditionnelles de l’épistémologie, de l’éthique, de la métaphysique et de l’esthétique. C’est la tentative d’unifier les manières disparates de comprendre le comportement des humains en tant que créatures de leurs environnements sociaux et créateurs de leurs propres valeurs. Bien que l’on puisse dire que la majorité des philosophes de l’histoire de la philosophie ont une «anthropologie» distincte qui sous-tend leur pensée, l’anthropologie philosophique elle-même, en tant que discipline spécifique en philosophie, est née de la philosophie moderne comme la phénoménologie et l’existentialisme. La première, tirant son énergie de la réflexion méthodique sur l’expérience humaine (perspective de la première personne) et de l’expérience personnelle du philosophe, a naturellement favorisé l’émergence d’explorations philosophiques de la nature humaine et de la condition humaine.

1920 Allemagne

Max Scheler, de 1900 à 1920, était un disciple de la phénoménologie de Husserl, la forme hégémonique de la philosophie en Allemagne à l’époque. Scheler a cherché à appliquer l’approche phénoménologique de Husserl à différents sujets. À partir de 1920, Scheler jeta les bases de l’anthropologie philosophique en tant que discipline philosophique, concurrençant la phénoménologie et d’autres disciplines philosophiques. Husserl et Martin Heidegger (1889-1976), étaient les deux philosophes les plus autorisés en Allemagne à l’époque, et leurs critiques à l’anthropologie philosophique et Scheler ont eu un impact majeur sur la discipline.

Scheler définissait l’être humain moins comme un «animal rationnel» (comme cela a traditionnellement été le cas depuis Aristote), mais essentiellement comme un être aimant. Il décompose la conception hylémorphique traditionnelle de la personne humaine, et décrit l’être personnel avec une structure tripartite de corps, d’âme et d’esprit vécus. L’amour et la haine ne sont pas des émotions psychologiques, mais des actes spirituels et intentionnels de la personne, qu’il catégorise comme des «sentiments intentionnels». Scheler a basé son anthropologie philosophique dans une métaphysique chrétienne de l’esprit. Helmuth Plessner émanciperait plus tard l’anthropologie philosophique du christianisme.

Helmuth Plessner et Arnold Gehlen ont été influencés par Scheler, et ils sont les trois principaux représentants de l’anthropologie philosophique en tant que mouvement.

Depuis les années 1940

Ernst Cassirer, un philosophe néo-kantien, a été la source la plus influente pour la définition et le développement du domaine à partir des années 1940 jusqu’aux années 1960. La description par Cassirer de l’homme comme animal symbolique, qui a été reprise dans les années 1960 par Gilbert Durand, spécialiste de l’anthropologie symbolique et de l’imaginaire, a été particulièrement influente.

En 1953, le futur pape Karol Wojtyla fonde sa thèse de dissertation sur Max Scheler, se limitant aux travaux écrits par Scheler avant de rejeter le catholicisme et la tradition judéo-chrétienne en 1920. Wojtyla a utilisé Scheler comme exemple de réconciliation de la phénoménologie avec le catholicisme. Certains auteurs ont soutenu que Wojtyla a influencé l’anthropologie philosophique.

Au 20ème siècle, Paul Häberlin (1878-1960), Martin Buber (1878-1965), [20] ER Dodds (1893-1979), Hans-Georg Gadamer (1900-2002), Eric Voegelin (1901-1985), Hans Jonas (1903-1903), Josef Pieper (1904-1907), Hans-Eduard Hengstenberg (1904-1998), Jean-Paul Sartre (1905-1880), Joseph Maréchal (1878-1944), Maurice Merleau-Ponty (1908-61), Paul Ricoeur (1913-2005), René Girard (1923-2015), Alasdair MacIntyre (1929-), Pierre Bourdieu (1930-2002), Hans Blumenberg, Jacques Derrida (1930-2004), Emerich Coreth (1919-2006), Leonardo Polo (1926-2013) sont d’autres contributeurs et influences importants de l’anthropologie philosophique.

Traduit de Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *