Home » Articole » FR » Société » Philosophie » Immanuel Kant

Immanuel Kant

Posté dans : Philosophie 0

Immanuel KantNé: 22 avril 1724, Königsberg, Prusse (maintenant Kaliningrad, Russie)
Décès: 12 février 1804 (79 ans), Königsberg, Prusse
Résidence: Königsberg, Prusse
Nationalité: Prussienne
Formation: Collegium Fridericianum, Université de Königsberg (BA, MA, 1755, PhD, 1755, PhD, 1770)
Epoque: L’âge des Lumières
Région: Philosophie occidentale
Ecole: Kantianisme, philosophie des Lumières, idéalisme allemand
Institutions: Université de Königsberg
Conseillers pédagogiques: Martin Knutzen, Johann Gottfried Teske, Konrad Gottlieb Marquardt
Étudiants remarquables: Jakob Sigismund Beck, Johann Gottlieb Fichte
Principaux intérêts: épistémologie, métaphysique, éthique, cosmogonie
Idées notables: idéalisme transcendantal, philosophie critique, a priori synthétique (Noumenon, Sapere aude), impératif catégorique, impératif hypothétique, «royaume des fins», distinction compréhension-raison, distinction abstraite-concrète, critique de l’idéalisme subjectif, Rechtsstaat ( régner selon la loi supérieure), La primauté de l’hypothèse pratique, nébuleuse
Influences: Wolff, Baumgarten, Platon, Aristote, Empiricus, Hume, Smith, Descartes, Leibniz, Locke, Rousseau, Newton, Tetens, Swedenborg, Euclide
Influencé: Pratiquement toute la philosophie occidentale subséquente

Immanuel Kant (22 avril 1724 – 12 février 1804) a été un philosophe allemand, une figure centrale de la philosophie moderne. Kant soutient que l’esprit humain crée la structure de l’expérience humaine, que la raison est la source de la moralité, que l’esthétique provient d’une faculté de jugement désintéressé, que l’espace et le temps sont des formes de sensibilité humaine et que le monde « soi-même » est indépendant des concepts de l’humanité. Kant s’est pris pour avoir effectué une «révolution copernicienne» dans la philosophie, semblable au renversement de Copernic de la croyance séculaire que le soleil tourne autour de la terre. Les croyances de Kant continuent d’avoir une influence majeure sur la philosophie contemporaine, en particulier dans les domaines de la métaphysique, de l’épistémologie, de l’éthique, de la théorie politique et de l’esthétique.

Sur le plan politique, Kant est l’un des premiers représentants de l’idée qu’une paix perpétuelle pourrait être assurée par la démocratie universelle et la coopération internationale. Il a cru que ce sera le résultat final de l’histoire universelle, bien qu’il ne soit pas rationnellement planifié. La nature exacte des idées religieuses de Kant continue de faire l’objet d’un débat philosophique particulièrement passionné, car les points de vue vont de l’idée que Kant était un exposant précoce et radical de l’athéisme qui a finalement explosé l’argument ontologique de l’existence de Dieu. par Nietzsche qui prétendait que Kant avait « du sang théologien » et que Kant était simplement un apologiste sophistiqué de la croyance religieuse chrétienne traditionnelle, écrivant que «Kant voulait prouver, d’une manière qui saperait l’homme commun, que l’homme commun avait raison: c’était la blague secrète de cette âme.»

Dans une des œuvres majeures de Kant, la Critique de la raison pure (Kritik der reinen Vernunft, 1781), il tente d’expliquer la relation entre la raison et l’expérience humaine et de dépasser les échecs de la philosophie et de la métaphysique traditionnelles. Kant voulait mettre un terme à l’ère des théories futiles et spéculatives de l’expérience humaine, tout en résistant au scepticisme des penseurs tels que David Hume. Kant se considérait comme finissant et montrant le chemin au-delà de l’impasse que la philosophie moderne avait conduit entre rationalistes et empiristes, et il est largement considéré comme ayant synthétisé ces deux premières traditions modernes dans sa pensée.

Kant a soutenu que nos expériences sont structurées par les caractéristiques nécessaires de notre esprit. Selon lui, l’esprit façonne et structure les expériences de sorte que, sur un plan abstrait, toute expérience humaine partage certaines caractéristiques structurelles essentielles. Kant croyait entre autres que les concepts d’espace et de temps font partie intégrante de toute expérience humaine, tout comme nos concepts de cause et d’effet. Une conséquence importante de cette vision est que notre expérience des choses est toujours du monde phénoménal véhiculé par nos sens: nous n’avons pas un accès direct aux choses en elles-mêmes, le soi-disant monde nouménal. Kant a publié d’autres ouvrages importants sur l’éthique, la religion, le droit, l’esthétique, l’astronomie et l’histoire. Celles-ci comprenaient la Critique de la raison pratique (Kritik der praktischen Vernunft, 1788), la Métaphysique de la morale (Die Metaphysik der Sitten, 1797), qui traitait de l’éthique, et la Critique du jugement (Kritik der Urteilskraft, 1790), qui examine l’esthétique et la téléologie.

La biographie

Immanuel Kant est né le 22 avril 1724 à Königsberg, en Prusse (depuis 1946 la ville de Kaliningrad, oblast de Kaliningrad, Russie). Sa mère, Anna Regina Reuter (1697-1737), est également née à Königsberg d’un père de Nuremberg. (Son nom est parfois donné par erreur comme Anna Regina Porter.) Son père, Johann Georg Kant (1682-1746), était un faiseur de harnais allemand de Memel, à l’époque la ville la plus nord de la Prusse (maintenant Klaipėda, Lituanie). Emmanuel Kant croyait que son grand-père paternel Hans Kant était d’origine écossaise. Bien que les érudits de la vie de Kant aient longtemps accepté la revendication, il n’y a aucune preuve que la ligne paternelle de Kant était écossaise; il est plus probable que les Kants tirent leur nom du village de Kantwaggen (aujourd’hui partie de Priekulė) et qu’ils soient d’origine curonienne. Kant était le quatrième de neuf enfants (quatre d’entre eux ont atteint l’âge adulte). Baptisé «Emanuel», il a changé son nom pour «Immanuel» après avoir appris l’hébreu.

Le jeune Kant était un étudiant solide, quoique peu spectaculaire. Kant est né dans une famille allemande prussienne de foi protestante luthérienne en Prusse orientale. Il a été élevé dans une famille piétiste qui a souligné la dévotion religieuse, l’humilité et une interprétation littérale de la Bible. Son éducation était stricte, punitive et disciplinaire, et axé sur l’enseignement latin et religieux sur les mathématiques et les sciences. Kant a maintenu une croyance dans le christianisme, dans son travail Fondements de la métaphysique des mœurs il révèle une croyance en l’immortalité humaine comme la condition nécessaire de notre approche continue du bien le plus élevé possible. Cependant, comme Kant était sceptique sur certains des arguments utilisés avant lui pour défendre le théisme et affirmait que la compréhension humaine est limitée et ne peut jamais atteindre la connaissance de Dieu ou de l’âme, divers commentateurs l’ont qualifié d’agnostique philosophique.

Les mythes communs sur les manières personnelles de Kant sont énumérés, expliqués et réfutés dans l’introduction de Goldthwait à sa traduction Observations sur le sentiment du beau et du sublime. Il est souvent soutenu que Kant a vécu une vie très stricte et disciplinée, menant à une histoire souvent répétée que les voisins mettaient leurs horloges à ses promenades quotidiennes. Il ne s’est jamais marié, mais a semblé avoir une vie sociale enrichissante – il était un enseignant populaire et un auteur modestement réussi même avant de commencer ses travaux philosophiques principaux. Il avait un cercle d’amis qu’il rencontrait fréquemment, parmi eux Joseph Green, marchand anglais à Königsberg.

Un mythe commun est que Kant n’a jamais voyagé plus de 16 kilomètres de Königsberg toute sa vie. En fait, entre 1750 et 1754, il a travaillé comme précepteur (Hauslehrer) à Judtschen (aujourd’hui Veselovka, Russie, environ 20 km) et à Groß-Arnsdorf (maintenant Jarnołtowo près de Morąg (allemand: Mohrungen), Pologne, environ 145 km).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *