Home » Articole » FR » Société » Philosophie » La nature des concepts

La nature des concepts

Posté dans : Philosophie 0

Une question centrale dans l’étude des concepts est la question de savoir quels sont les concepts. Les philosophes interprètent cette question comme une question sur l’ontologie des concepts – à quoi ils ressemblent vraiment. L’ontologie des concepts détermine la réponse à d’autres questions, comme comment intégrer les concepts dans une théorie plus large de l’esprit, quelles fonctions sont autorisées ou interdites par l’ontologie d’un concept, etc. Il y a deux vues principales de l’ontologie des concepts: 1) Les concepts sont des objets abstraits et (2) les concepts sont des représentations mentales.

Les vues platoniciennes de l’esprit interprètent les concepts comme des objets abstraits.

Il existe un débat sur la relation entre les concepts et le langage naturel. Cependant, il faut au moins commencer par comprendre que le concept de «chien» est philosophiquement distinct des choses du monde regroupées par ce concept – ou de la classe de référence ou de l’extension. Les concepts qui peuvent être assimilés à un seul mot sont appelés «concepts lexicaux».

L’étude des concepts et de la structure conceptuelle relève des disciplines de la linguistique, de la philosophie, de la psychologie et des sciences cognitives.

Dans les termes les plus simples, un concept est un nom ou une étiquette qui considère ou traite une abstraction comme si elle avait une existence concrète ou matérielle, telle qu’une personne, un lieu ou une chose. Il peut représenter un objet naturel qui existe dans le monde réel comme un arbre, un animal, une pierre, etc. Il peut aussi nommer un objet artificiel (fabriqué par l’homme) comme une chaise, un ordinateur, une maison, etc. des domaines tels que la liberté, l’égalité, la science, le bonheur, etc., sont également symbolisés par des concepts. Il est important de réaliser qu’un concept est simplement un symbole, une représentation de l’abstraction. Le mot ne doit pas être confondu avec la chose. Par exemple, le mot «lune» (un concept) n’est pas le grand objet brillant et changeant de forme dans le ciel, mais représente seulement cet objet céleste. Des concepts sont créés (nommés) pour décrire, expliquer et capturer la réalité telle qu’elle est connue et comprise.

Des concepts a priori

Kant a déclaré que les esprits humains possèdent des concepts purs ou a priori. Au lieu d’être abstrait des perceptions individuelles, comme des concepts empiriques, ils proviennent de l’esprit lui-même. Il a appelé ces catégories de concepts, dans le sens du mot qui signifie prédicat, attribut, caractéristique ou qualité. Mais ces catégories pures sont des prédicats de choses en général, pas d’une chose particulière. Selon Kant, il y a 12 catégories qui constituent la compréhension des objets phénoménaux. Chaque catégorie est ce prédicat qui est commun à plusieurs concepts empiriques. Afin d’expliquer comment un concept a priori peut se rapporter à des phénomènes individuels, d’une manière analogue à un concept a posteriori, Kant a employé le concept technique du schéma. Il a soutenu que le compte du concept comme une abstraction de l’expérience n’est que partiellement correct. Il a appelé ces concepts qui résultent de l’abstraction « concepts a posteriori » (signifiant concepts qui surgissent de l’expérience). Un concept empirique ou a posteriori est une représentation générale (Vorstellung) ou une pensée non spécifique de ce qui est commun à plusieurs objets perçus spécifiques (Logic, I, 1., §1, Note 1)

Un concept est une caractéristique commune. Kant a étudié la façon dont les concepts empiriques a posteriori sont créés.

Les actes logiques de la compréhension par laquelle les concepts sont générés quant à leur forme sont:

  1. la comparaison, c’est-à-dire l’assimilation des images mentales les unes aux autres par rapport à l’unité de la conscience;
  2. la réflexion, c’est-à-dire le retour sur différentes images mentales, comment elles peuvent être comprises dans une seule conscience; et enfin
  3. l’abstraction ou la ségrégation de tout le reste par lequel les images mentales diffèrent …

Pour faire de nos images mentales des concepts, il faut donc pouvoir comparer, réfléchir et abstraire, car ces trois opérations logiques de l’entendement sont des conditions essentielles et générales pour générer un concept quelconque. Par exemple, je vois un sapin, un saule et un tilleul. En comparant d’abord ces objets, je remarque qu’ils sont différents l’un de l’autre en ce qui concerne le tronc, les branches, les feuilles, etc. de plus, je ne réfléchis que sur ce qu’ils ont en commun, le tronc, les branches, les feuilles elles-mêmes, et abstraction faite de leur taille, de leur forme, etc. ainsi je gagne un concept d’arbre.
Logique, §6

Contenu incorporé

En linguistique cognitive, les concepts abstraits sont des transformations de concepts concrets dérivés de l’expérience incarnée. Le mécanisme de transformation est la cartographie structurale, dans laquelle les propriétés de deux domaines sources ou plus sont mappées sélectivement sur un espace mélangé (Fauconnier et Turner, 1995). Une classe commune de mélanges sont des métaphores. Cette théorie contraste avec la vision rationaliste selon laquelle les concepts sont des perceptions (ou des souvenirs, dans le terme de Platon) d’un monde d’idées existant indépendamment, en ce sens qu’il nie l’existence d’un tel domaine. Cela contraste aussi avec la vision empiriste selon laquelle les concepts sont des généralisations abstraites d’expériences individuelles, parce que l’expérience contingente et corporelle est préservée dans un concept, et non pas abstraite. Alors que la perspective est compatible avec le pragmatisme jamésien, la notion de transformation des concepts incarnés par la cartographie structurelle apporte une contribution distincte au problème de la formation des concepts.

Ontologie

Platon était le plus fervent défenseur de la thèse réaliste des concepts universels. Selon lui, les concepts (et les idées en général) sont des idées innées qui sont des instanciations d’un monde transcendantal de formes pures qui se trouvent derrière le voile du monde physique. De cette façon, les universaux ont été expliqués comme des objets transcendants. Inutile de dire que cette forme de réalisme était profondément liée aux projets ontologiques de Platon. Cette remarque sur Platon n’a pas seulement un intérêt historique. Par exemple, l’idée que les nombres sont des objets platoniciens a été relancée par Kurt Gödel à la suite de certaines énigmes qu’il a supposées provenir des récits phénoménologiques.

Gottlob Frege, fondateur de la tradition analytique en philosophie, a fait valoir l’analyse du langage en termes de sens et de référence. Pour lui, le sens d’une expression dans le langage décrit un certain état de choses dans le monde, à savoir la façon dont certains objets sont présentés. Puisque beaucoup de commentateurs considèrent la notion de sens comme identique à la notion de concept, et Frege considère les sens comme les représentations linguistiques des états de choses dans le monde, il semble que nous pouvons comprendre les concepts comme la manière dont nous saisissons le monde. . En conséquence, les concepts (en tant que sens) ont un statut ontologique (Morgolis: 7).

Selon Carl Benjamin Boyer, dans l’introduction à son Histoire du calcul et à son développement conceptuel, les concepts en calcul ne se réfèrent pas aux perceptions. Tant que les concepts sont utiles et mutuellement compatibles, ils sont acceptés par eux-mêmes. Par exemple, les concepts de la dérivée et de l’intégrale ne sont pas considérés comme faisant référence à des perceptions spatiales ou temporelles du monde extérieur de l’expérience. Ils ne sont aucunement liés à des limites mystérieuses dans lesquelles les quantités sont à la limite de la naïveté ou de l’évanescence, c’est-à-dire entrant ou disparaissant. Les concepts abstraits sont maintenant considérés comme totalement autonomes, même s’ils sont issus du processus d’abstraction ou d’enlèvement des qualités des perceptions jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les attributs essentiels communs.

Représentations mentales

Dans une théorie physicaliste de l’esprit, un concept est une représentation mentale, que le cerveau utilise pour désigner une classe de choses dans le monde. C’est-à-dire que c’est littéralement, un symbole ou un groupe de symboles faits ensemble à partir du matériel physique du cerveau. Les concepts sont des représentations mentales qui nous permettent de tirer des conclusions appropriées sur le type d’entités que nous rencontrons dans notre vie quotidienne. Les concepts n’incluent pas toutes les représentations mentales, mais n’en sont qu’un sous-ensemble. L’utilisation de concepts est nécessaire aux processus cognitifs tels que la catégorisation, la mémoire, la prise de décision, l’apprentissage et l’inférence.

On pense que les concepts sont stockés dans la mémoire corticale à long terme, contrairement à la mémoire épisodique des objets particuliers et des événements qu’ils abstiennent, qui sont stockés dans l’hippocampe. Les preuves de cette séparation proviennent de patients atteints d’hippocampe tels que le patient HM. L’abstraction des événements hippocampiques du jour et des objets dans les concepts corticaux est souvent considérée comme le calcul sous-jacent (certaines étapes) du sommeil et du rêve. Beaucoup de personnes (à commencer par Aristote) rapportent des souvenirs de rêves qui semblent mélanger les événements du jour avec des concepts et des souvenirs historiques analogues et connexes, et suggèrent qu’ils ont été triés ou organisés en concepts plus abstraits. (« Trier » est lui-même un autre mot pour concept, et « trier » signifie donc organiser en concepts.)

Traduit de Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *