» » » » » » La Platanie: Concernant nos prêtres

La Platanie: Concernant nos prêtres

Posté dans : Contes | 0

Il y a longtemps que j’ai passé de ces passe de ces brèves et discursives sur les choses de la Platanie à l’événement central de ce livre, mon initiation aux mystères de l’Espace. C’est mon sujet; tout ce qui a précédé n’est qu’une préface.

Pour cette raison je dois omettre beaucoup de choses dont l’explication ne serait pas, je me flatte, être sans intérêt pour mes lecteurs: comme par exemple, notre méthode de nous propulser et de nous arrêter, bien que dépourvue de pieds; le moyen par lequel nous donnons la fixité aux structures de bois, de pierre ou de brique, bien que nous n’ayons pas de mains, et que nous ne puissions pas poser de fondations comme vous pouvez, ni profiter de la pression latérale de la terre; la manière dont la pluie prend naissance dans les intervalles entre nos diverses zones, de sorte que les régions du nord n’interceptent pas l’humidité de tomber sur le sud; la nature de nos collines et de nos mines, nos arbres et nos légumes, nos saisons et nos récoltes; notre alphabet et notre méthode d’écriture, adaptés à nos tablettes linéaires; il me faut passer outre ces cent autres détails de notre existence physique, et je ne les mentionne plus que pour indiquer à mes lecteurs que leur omission ne provient pas de l’oubli de la part de l’auteur, mais de son respect pour le temps de la lecteur.

Cependant, avant de passer à mon sujet légitime, quelques remarques finales seront sans doute attendues de mes lecteurs sur les piliers et piliers de la Constitution de la Platanie, les contrôleurs de notre conduite et les façonneurs de notre destinée, les objets de l’hommage universel et presque d’adoration: ai-je besoin de dire que je veux dire nos cercles ou prêtres?

Quand je les appelle prêtres, ce n’est pas seulement le terme que vous utilisez. Pour nous, nos prêtres sont des administrateurs de toutes les affaires, de l’art et de la science; directeurs du commerce, de la généralité, de l’architecture, de l’ingénierie, de l’éducation, de l’administration, de la législature, de la moralité, de la théologie; ne faisant rien eux-mêmes, ils sont les causes de tout ce qui vaut la peine d’être fait, qui est fait par les autres.

Bien que tout le monde appelle populairement un Cercle est considéré comme un Cercle, parmi les classes les mieux éduquées, on sait qu’aucun Cercle n’est vraiment un Cercle, mais seulement un Polygone avec un très grand nombre de très petits côtés. Lorsque le nombre de côtés augmente, un Polygone se rapproche d’un Cercle; et, quand le nombre est très grand, disons par exemple trois ou quatre cents, il est extrêmement difficile au toucher le plus délicat de sentir des angles polygonaux. Disons plutôt que ce serait difficile: car, comme je l’ai montré ci-dessus, la reconnaissance par le sentiment est inconnue dans la société la plus élevée, et sentir un Cercle serait considéré comme une insulte très audacieuse. Cette habitude de s’abstenir de sentir dans la meilleure société permet à un Cercle de soutenir plus facilement le voile du mystère dans lequel, dès ses premières années, il a coutume d’envelopper la nature exacte de son périmètre ou de sa circonférence. Trois pieds étant le périmètre moyen, il en résulte que, dans un Polygone de trois cents côtés, chaque côté ne sera pas plus long que la centième partie d’un pied, ou un peu plus que la dixième partie d’un pouce; et dans un Polygone de six ou sept cents côtés, les côtés sont un peu plus grands que le diamètre d’une tête d’épingle de l’Espace. Il est toujours supposé, par courtoisie, que le Cercle principal a pour l’instant dix mille côtés.

L’ascension de la postérité des Cercles dans l’échelle sociale n’est pas restreinte, comme c’est le cas parmi les classes inférieures régulières, par la loi de la nature qui limite l’augmentation des côtés à un dans chaque génération. S’il en était ainsi, le nombre de côtés dans un Cercle ne serait qu’une question de pedigree et d’arithmétique, et le quatre cent quatre-vingt-dix-septième descendant d’un Triangle Équilatéral serait nécessairement un Polygone de cinq cents côtés. Mais ce n’est pas le cas. La loi de la nature prescrit deux décrets antagonistes affectant la propagation Çirculaire; tout d’abord, que, comme la race gravit plus haut dans l’échelle du développement, le développement progressera à un rythme accéléré; deuxièmement, dans la même proportion, la race deviendra moins fertile. Par conséquent, dans la maison d’un Polygone de quatre ou cinq cents côtés, il est rare de trouver un fils; plus d’un n’est jamais vu. D’un autre côté, on sait que le fils d’un Polygone à cinq cents côtés possède cinq cent cinquante ou même six cents côtés.

L’art intervient également pour aider le processus de l’évolution supérieure. Nos médecins ont découvert que les petits et tendres côtés d’un Polygone infantile de la classe supérieure peuvent être fracturés, et tout son cadre re-réglé, avec une telle précision qu’un Polygone de deux ou trois cents côtés parfois – en aucun cas toujours, pour le processus est assorti d’un risque sérieux – mais parfois dépasse deux ou trois cents générations, et en même temps double d’un coup, le nombre de ses ancêtres et la noblesse de sa descendance.

Beaucoup d’enfants prometteurs sont sacrifiés de cette manière. À peine un sur dix survit. Pourtant, l’ambition parentale est si forte parmi les Polygones qui sont, en quelque sorte, en marge de la classe Circulaire, qu’il est très rare de trouver un noble de cette position dans la société, qui a négligé de placer son premier-né au Gymnase Circulaire Néo-Thérapeutique avant d’avoir atteint l’âge d’un mois.

Une année détermine le succès ou l’échec. A la fin de cette période, l’enfant a, selon toute les probabilités, ajouté un de plus aux pierres tombales qui entourent le cimetière néo-thérapeutique; mais en de rares occasions une procession heureuse rend le petit à ses parents exultants, non plus un Polygone, mais un Cercle, au moins par courtoisie: et un seul exemple d’un résultat si béni amène une multitude de parents Polygonaux à se soumettre à des semblables domestiques sacrifices, qui ont un problème différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *