» » » » » » La Platanie: Du projet de loi universelle sur la couleur

La Platanie: Du projet de loi universelle sur la couleur

Posté dans : Contes | 0

Mais pendant ce temps les arts intellectuels se décomposaient rapidement.

L’art de la reconnaissance, n’étant plus nécessaire, n’était plus pratiqué; et les études de la géométrie, de la statique, de la cinétique, et d’autres sujets apparenté,s furent bientôt considérées comme superflues et tombèrent dans l’irrespect et la négligence, même à notre université. L’art inférieur du sentiment a rapidement connu le même sort dans nos écoles primaires. Alors les classes Isocèles, affirmant que les Spécimens n’étaient plus utilisés ni nécessaires, et refusant de payer le tribut coutumier des classes criminelles au service de l’éducation, devenaient de jour en jour plus nombreux et plus insolents sur la force de leur immunité de l’ancien fardeau qui avait autrefois exercé le double effet salutaire d’apprivoiser leur nature brutale et d’éclaircir leur nombre excessif.

Année après année, les soldats et les artisans commencèrent à affirmer avec plus de véhémence – et de plus en plus de vérité – qu’il n’y avait pas de grande différence entre eux et la plus haute classe des Polygones, maintenant qu’ils étaient élevés à égalité avec ces derniers. avec toutes les difficultés et résoudre tous les problèmes de la vie, que ce soit statique ou cinétique, par le simple processus de reconnaissance des couleurs. Non contents de la négligence naturelle dans laquelle tombait la reconnaissance visuelle, ils commencèrent hardiment à exiger l’interdiction légale de tous les «arts monopolisateurs et aristocratiques» et l’abolition consécutive de toutes les dotations pour les études de reconnaissance visuelle, de mathématiques et de sensation. Bientôt, ils ont commencé à affirmer que la couleur, qui était une seconde nature, avait détruit le besoin de distinctions aristocratiques, la loi devait suivre la même voie, et que dorénavant tous les individus et toutes les classes seraient reconnus comme absolument égaux. à l’égalité des droits.

Trouvant les ordres supérieurs vacillants et indécis, les chefs de la révolution avancèrent encore plus loin dans leurs exigences, et demandèrent enfin que toutes les classes, les prêtres et les femmes non exceptées, fissent hommage à la couleur en se soumettant à être peint. Quand on a objecté que les prêtres et les femmes n’avaient pas de côtés, ils ont rétorqué que la nature et la compétence s’autorisait à dicter que la moitié antérieure de chaque être humain (c’est-à-dire la moitié contenant son œil et sa bouche) devait être distinguée. Ils amenèrent donc, devant une assemblée générale et extraordinaire de tous les États de la Platanie, un projet de loi proposant que dans chaque femme la moitié contenant l’œil et la bouche soit colorée en rouge et l’autre moitié verte. Les prêtres devaient être peints de la même manière, le rouge étant appliqué à ce demi-cercle dans lequel l’œil et la bouche formaient le point médian; tandis que l’autre ou le demi-cercle devait être coloré en vert.

Il n’y avait pas de ruse dans cette proposition, qui n’émanait en effet d’aucun Isocèle – car aucun être aussi dégradé n’aurait eu assez d’angularité pour apprécier, et encore moins pour concevoir, un tel modèle de métier d’État – mais d’un Cercle Irrégulier qui, au lieu d’être détruit dans son enfance, a été réservé par une indulgence stupide pour apporter la désolation sur son pays et la destruction sur les myriades de ses disciples.

D’une part, la proposition était calculée pour amener les femmes dans toutes les classes à se placer du côté de l’innovation chromatique. En attribuant aux femmes les deux mêmes couleurs que celles qui étaient assignées aux prêtres, les révolutionnaires s’assuraient ainsi que, dans certaines positions, chaque femme apparaîtrait comme un prêtre et serait traitée avec le respect et la déférence correspondants – une perspective qui ne pouvait manquer attirer le sexe féminin dans une masse.

Mais par certains de mes lecteurs, la possibilité d’une apparence identique de prêtres et de femmes, en vertu de la nouvelle législation, peut ne pas être reconnue; si oui, un mot ou deux le rendra évident.

Imaginez une femme dûment décorée, selon le nouveau code; avec la moitié avant (c’est-à-dire la moitié contenant l’oeil et la bouche) rouge, et avec l’entrave moitié verte. Regardez-la d’un côté. Évidemment, vous verrez une ligne droite, MOITIÉ ROUGE, MOITIÉ VERT.

La Platanie: Du projet de loi universelle sur la couleur

Imaginons maintenant un prêtre dont la bouche est à M et dont le demi-cercle avant (AMB) est par conséquent coloré en rouge, tandis que son demi-cercle inférieur est vert; de sorte que le diamètre AB divise le vert du rouge. Si vous contemplez le Grand Homme afin d’avoir votre œil dans la même ligne droite que son diamètre de division (AB), ce que vous verrez sera une ligne droite (CBD), dont UNE DEMI (CB) SERA ROUGE, ET L’AUTRE (BD) VERT. La ligne entière (CD) sera peut-être plus courte peut-être que celle d’une femme de taille normale, et se teindra plus rapidement vers ses extrémités; mais l’identité des couleurs vous donnerait une impression immédiate d’identité de classe, vous rendant négligeant des autres détails. Gardez à l’esprit la décadence de la reconnaissance de la vue qui menaçait la société à l’époque de la révolte des couleurs; ajoutez aussi la certitude que les femmes apprendront rapidement à ombrer leurs extrémités de manière à imiter les cercles; il doit donc être évident pour vous, mon cher lecteur, que le projet de loi sur la couleur nous mettait en danger de confondre un prêtre avec une jeune femme.

A quel point cette perspective doit avoir été attrayante pour le sexe fragile? Ils anticipaient avec délices la confusion qui en résulterait. A la maison, ils pouvaient entendre des secrets politiques et ecclésiastiques destinés non à eux mais à leurs maris et à leurs frères, et pouvaient même émettre des ordres au nom d’un Cercle sacerdotal; à l’extérieur, la combinaison saisissante du rouge et du vert, sans l’addition d’aucune autre couleur, entraînerait sans doute les gens ordinaires dans des erreurs sans fin, et les femmes gagneraient tout ce que les Cercles perdraient, dans la déférence des passants. Quant au scandale qui frapperait la classe Circulaire si la conduite frivole et inconvenante des femmes leur était imputée, et quant à la subversion subséquente de la constitution, on ne saurait s’attendre à ce que le sexe féminin réfléchisse à ces considérations. Même dans les foyers des Cercles, les femmes étaient toutes en faveur de la loi universelle sur la couleur.

Le deuxième objet visé par le projet de loi était la démoralisation progressive des Cercles eux-mêmes. Dans la décadence intellectuelle générale, ils conservaient encore leur clarté primitive et leur force de compréhension. Dès leur plus tendre enfance, familiarisés dans leurs foyers Circulaires avec l’absence totale de couleur, les nobles seuls ont conservé la reconnaissance de l’art sacré de la vue, avec tous les avantages qui résultent de cet entraînement admirable de l’intellect. Par conséquent, jusqu’à la date de l’introduction de la loi universelle sur la couleur, les Cercles avaient non seulement tenu bon, mais avaient même augmenté leur avance sur les autres classes en s’abstenant de la mode populaire.

Maintenant, l’Irrégulier habile que j’ai décrit plus haut comme le véritable auteur de ce projet de loi diabolique, a déterminé d’un seul coup à abaisser le statut de la hiérarchie en les forçant à se soumettre à la pollution de la couleur et en même temps de s’entraîner à l’art de la reconnaissance, pour affaiblir leur intelligence en les privant de leurs maisons pures et incolores. Une fois soumis à la souillure chromatique, chaque Cercle parental et chaque Cercle enfantin se démoraliseraient mutuellement. Ce n’est qu’en discernant entre le père et la mère que le nourrisson circulaire trouverait des problèmes pour l’exercice de sa compréhension – des problèmes trop souvent susceptibles d’être corrompus par des impostures maternelles avec pour résultat d’ébranler la foi de l’enfant dans toutes les conclusions logiques. Ainsi, peu à peu, l’éclat intellectuel de l’ordre sacerdotal s’évanouirait, et la route s’ouvrirait alors pour une destruction totale de toute la législature aristocratique et pour la subversion de nos classes privilégiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *