» » » » » » La vigne en rotin et la rose

La vigne en rotin et la rose

Posté dans : Contes 1

La vigne en rotin et la rose

Dans le district de San-Wui, dans le jardin d’un riche marchand, vivaient Lon-da-Tang [1] (vigne en rotin) et Mui-Kwi (rosier).

Un jour, la rose a dit à la vigne en rotin: « Lon-da-Tang, dites-moi s’il vous plaît comment vous grandissez si vite. Que mangez-vous pour aller n’importe où vous voulez? Rien ne semble vous faire mal. Rien ne semble vous arrêter, pas même les clôtures de pierre ou les toits de terre battue. Vous n’avez aucune crainte, et il ne semble y avoir aucun danger pour vous. Vous ne vous souciez pas de la chaleur du soleil quand il est proche en été. La pluie vient descendez avec un bruit précipité des endroits sombres dans les cieux, et vous n’avez pas peur. Le vent souffle fort et plie la tête vers la terre, mais vous ne semblez même pas l’écouter. »

Alors Lon-da-Tang, avec un visage d’été fier et heureux, a répondu à la rose: « Mui-Kwi-Si [2] (Mme Rose), vous devriez être obligé de quitter ce jardin. Je ne vous le permettrais pas grandir ici si j’étais maître.

« Je vous connais depuis cinq ou six ans. Le maître vous a mis dans la terre et vous a donné beaucoup de terre pour vous nourrir. Il vous donne de l’eau tous les matins. En hiver, il vous donne une couverture et un lit de paille. Il taille vos branches et vous sert de nombreuses façons, mais vous ne grandissez pas.

« Vous avez neuf ans maintenant, et seulement cinq ou six pieds de haut, alors que je n’ai que quatre ans et que mes branches mesurent plusieurs milliers de pieds. Vous portez quelques fleurs en été, et c’est tout ce que vous pouvez faire vous n’avez pas de fruits et pas beaucoup de feuilles. Vous restez immobile dans le jardin et vous ne faites rien d’utile. Vous devez avoir honte. Voyezvous mes branches? Bien que je ne sois là que depuis quatre ans, je passe maintenant au-dessus de cette maison et grimpe l’année prochaine, je vais couvrir une autre maison.

« Le maître m’aime bien en été parce que je garde le soleil brûlant du toit et que je rafraîchit sa maison. Les enfants m’aiment aussi. Parfois, ils me montent dans les bras en me balançant. Et la clôture m’aime bien, parce que je le couvre si fort que je le protège des enfants et des cochons. Les oiseaux construisent leurs nids haut dans mes bras et ils m’aiment aussi. Les insectes m’aiment, parce que je leur donne une maison et qu’ils se nourrissent de mes feuilles. Le maître sait que je suis bon pour beaucoup de choses.

« Les oiseaux niraient pas chez vous, parce que vous êtes si petits; ils ne peuvent pas construire un nid sur vous. La femme du maître ne se soucie guère de vous, car vous avez tellement d’épines qu’elle a du mal à cueillir vos fleurs. Vour êtes jolie, mais qui se soucie de ça? La clôture est haute et personne ne vous voit. Et vous restez là sans rien faire. »

Puis la rose a répondu: « Lon-da-Tang, avec toute votre gloire, vous ne pouvez même pas rester seul. Je peux au moins le faire. Je sais que je ne suis pas grand et que les oiseaux ne construisent pas leurs nids sur moi. Je ne peux pas grandir aussi vite que vous, mais mes enfants sont connus de tout le monde, et sont appelés les plus doux de toutes les fleurs.

« Et puis, je suis indépendant. Je ne m’appuie pas sur autre chose. Si votre maison ou votre clôture s’effondre, où sera alors votre tête vaine et vaniteuse?

« Peu importe ce que vous dites de moi, que vous pensiez qu’une rose est bonne ou mauvaise, forte ou faible. Je ne souhaite pas m’appuyer sur la clôture ou sur le toit, comme vous le faites. Un jour, quand la maison et la clôture vieilliront, ils vont tomber, et que ferez-vous alors? »

Peu de temps après, il y a eu une grande tempête. À San-Wiu, de nombreuses maisons ont été en partie détruites et les clôtures sont tombées au sol. Le toit de la maison du marchand a été emporté. La fière vigne en rotin, Lon-da-Tang, était cassée à de nombreux endroits et sa tête était basse sur la terre.

Mais la rose est resté ferme. Et elle sest mis à rire et a dit au rotin: « Je vous‘ai dit qu’il était dangereux de s’appuyer sur d’autres choses et de ne jamais apprendre à rester seul. Je ne ferais pas confiance à une maison ou à une clôture pour me défendre. Je préférerais être indépendante. Je fais pousser toutes les feuilles, les tiges et les fleurs que je veux, et je reste donc ici pour toujours. Le vent du nord vient et je penche la tête vers le sud. Puis le vent du sud vient et ouvre mes belles fleurs. Je suis un rosier, et dans ma propre force je me tiens. »

La nouvelle Ee-Sze suivante a été ajoutée à cette vieille histoire:

Ee-Sze (Signification): La Chine et son peuple devraient être comme le rosier. Nous devons compter sur nous-mêmes. Nous sommes meilleurs étudiants que guerriers; une fois, lorsque nous nous sommes trouvés dans le pétrin, nous nous sommes appuyés sur le Japon. Ensuite, quand nous avons eu des problèmes avec elle, la Russie nous a dit qu’elle aiderait. Mais elle était bien pire et souhaitait prendre notre terre et faire de nous un peuple sans pays.

[1] La signification littérale de « Lon-da-Tang » est « Ne jamais cesser de grandir ». Il s’agit d’un rotin ressemblant à une vigne importé de l’île de Pang-Wu en Chine par des pêcheurs chinois il y a plus de mille ans. Il se développe avec une rapidité merveilleuse, couvrant complètement une maison dans environ trois ans. Il offre une précieuse protection contre le soleil brûlant aux maisons chinoises au toit mince.

[2] Mme Rose: Les fables chinoises appellent tous les plantes ou arbres portant des fruits ou des fleurs, Madame ou Mademoiselle. Les arbres ou les plantes qui ne portent ni fleurs ni fruits s’appellent Monsieur.

  1. […] Dans le district de San-Wui, dans le jardin d’un riche marchand, vivaient Lon-da-Tang [1] (vigne en rotin) et Mui-Kwi (rosier). Un jour, la rose a dit à la vigne en rotin: « Lon-da-Tang, dites-moi s’il vous plaît comment vous grandissez … Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *