» » » » » L’asymétrie de l’information et la psychologie des groupes dans les réseaux sociaux, utilisés par la Russie dans la stratégie de la cyberguerre

L’asymétrie de l’information et la psychologie des groupes dans les réseaux sociaux, utilisés par la Russie dans la stratégie de la cyberguerre

Posté dans : Sécurité, Société 0

L’asymétrie de l’information signifie que les parties impliquées dans l’interaction ont des informations différentes, par exemple une partie a des informations plus ou mieux que l’autre. La présomption que l’autre partie aurait une meilleure information peut conduire à un changement de comportement.

La connaissance de la psychologie des foules, et en particulier des groupes dans les réseaux sociaux, est aujourd’hui la plus importante ressource avec laquelle un homme d’État peut entraîner des foules – ou au moins les influencer.

Le général Valery Gerasimov, chef d’état-major de la Russie, a publié un article en 2013 à propos de cyberguerre et de la stratégie à adopter par la Russie dans le contexte actuel, lorsque l’Internet, par les asymétries développés, «réduit le potentiel de combat de l’ennemi.» Le printemps arabe était un exemple clair à cet égard.

Dans cet article, Valery Gerasimov a conclu que la Russie a besoin de développer certains secteurs spécifiques pour le piratage et les cyber-attaques comme une extension naturelle de la guerre conventionnelle et des conflits politiques dans tous les domaines d’intérêt pour la Russie. Cette stratégie est maintenant connu comme « la doctrine Gherasimov », « guerre sans guerre, grâce à l’utilisation de l’information, des réseaux sociaux, de la désinformation [y compris des fausses nouvelles] et de la fraude», selon Robert Neller.

Cette stratégie a été appliquée par la Russie pour les anciennes républiques soviétiques (Géorgie, 2008, Ukraine 2014) et les pays voisins. Les responsables américains avertissent que la Russie va essayer d’influencer toutes les élections dans l’Union Européenne, sur le modèle de l’influence des élections dans les États-Unis.

Selon le Wall Street Jopurnal, il existe un lien entre cette stratégie et les entreprises russes qui one été récemment sanctionnés par les américains.

Ainsi, ANO PO KSI est une petite entreprise dans un village près de Moscou, fondé en 1990, qui construit des scanners spéciaux pour les bulletins de vote et est impliqué dans la cartographie numérique, les technologies à micropuces et le développement de caméras aériennes numériques.

Le Centre de la Technologie Spéciale est une société de St. Pétersbourg qui fabrique des équipement de mesure et surveillance, et des avions pilotés à distance.

Et ZOR, est une petite entreprise de cyber-sécurité.

«Je voudrais dire que, peu importe les forces disponibles à l’ennemi, peu importe le niveau de développement des forces et des moyens de conflit armé, on peut être trouvés des formes et des méthodes de les surmonter. L’ennemi aura toujours des vulnérabilités et cela signifie qu’il existe des moyens approprié pour s’y opposer. Nous ne devons pas copier l’expérience d’autres pays, des pays dirigeants, nous devons les surmonter et devenir des leaders nous-mêmes. Ici, la science militaire assume un rôle crucial», a conclu Valery Gerasimov.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *