» » » » » » Le corps qui a déserté l’estomac

Le corps qui a déserté l’estomac

Posté dans : Contes 0

Le corps de l’homme est une chose parfaite et merveilleuse. Ses mains sont fortes à faire; ses pieds sont forts pour marcher; son nez juge si les choses sont bonnes à manger; ses oreilles entendent clairement; ses yeux l’aident à voir tout ce qui se passe dans le monde et à étudier les livres; son cerveau peut avoir de grandes pensées. Nous appelons donc le corps de l’homme une chose parfaite.

Mais un jour, les différentes parties du corps de l’homme se sont disputés à propos du travail. De nombreuses plaintes ont été portées contre l’estomac. Les mains et les pieds ont dit: « Nous travaillons toute la journée et pourtant nous sommes rien. Savez-vous pour qui nous travaillons? »

Les yeux ont dit: « Nous trouvons beaucoup de poulets, de poissons, d’œufs et beaucoup de riz et de thé pour l’estomac. Il prend tout et ne fait pas de travail. Il ne pense même pas. Et même s’il ne fait jamais rien pour nous, nous travaillos toujours pour lui. »

Ensuite, ils ont tous accepté de refuser de travailler plus pour l’estomac. Ils ont dit: « Demain, nous dirons au cœur et lui demanderons de juger [1] qui doit être blâmé. »

Ainsi, le lendemain, la langue en a informé le cerveau, qui a déclaré: « Je verrai le juge ce soir. »

Quand le cœur entendit l’histoire, il dit: « Oui, vous avez raison. Si vous vous allongez tous et refusez d’aider votre estomac; si vous ne lui donnez ni riz ni viande à manger, ni thé à boire, il apprenez alors qu’il ne peut pas vivre sans vous. »

En peu de temps, l’estomac a voulu manger et a dit aux mains: « Donnez-moi un morceau de poisson, du riz et une tasse de thé. » Les mains sont restés silencieuses et n’ont rien dit.

Puis l’estomac a dit aux pieds: « Allez-vous sortir et demander à Men-Yen de m’apporter un bol de chop-suey-meen? [2] J’ai faim. »

Les pieds ont répondu: « Non, monsieur, nous ne travaillerons plus pour vous. » Et ils se sont couchés.

L’estomac a pleuré pour de la nourriture, mais tous ont dit: « Nous ne nous en soucions pas; nous ne travaillerons pas pour lui. »

Après un certain temps, les yeux se sont aperçus qu’ils ne voyaient plus très bien; et dans la salle de théâtre voisine, les tambours sonnaient fort, mais les oreilles ne pouvaient pas entendre. La juge-coeur a dit: « Comment va-t-il maintenant avec l’estomac? » Le cerveau a répondu: « Nous ne travaillons pas pour lui, ni ne l’aidons plus, et je crois qu’il va mourir. Je crains que moi aussi je ne meurs et que tous les autres vont mourir. Je ne crois pas que nous ayons fait bien en déserter l’estomac. Ne pensez-vous pas qu’il est préférable de dire aux pieds de sortir et d’apporter de chop-suey-meen à l’estomac? S’il avait cela, il pourrait nous aider à nouveau. Nous mourrons certainement à moins que nous ayons son aide. »

Mais le juge imprudent a dit: « Laissez-le se nourrir lui-même; laissez-le faire son travail pour lui-même. »

« Il ne peut pas faire ça », a dit le cerveau. « Il vit dans un endroit entouré de grands murs, il ne peut donc pas sortir. Ses mains et ses pieds lui ont toujours apporté sa nourriture. »

Le juge a dit: « En a-t-il parlé aujourd’hui? »

Et le cerveau a répondu: « Non. »

Ils ont donc accepté de laisser leur estomac un jour de plus.

Mais cette nuit-là, ils ont tous été retrouvés morts ensemble, car ils ne pouvaient pas vivre sans l’autre.

Cette fable a été racontée par le général chinois Tsii à l’empereur chinois il y a environ douze cents ans. L’empereur s’était fâché contre une province de son peuple et souhaitait envoyer ce général, avec des soldats, pour le tuer. Mais le général n’est pas allé, et dans sa discussion avec l’empereur, il a utilisé cette fable pour illustrer ses raisons d’objection et montrer la nécessité de chaque partie à tous. Cette fable a été traduite en japonais en 1891 et les japonais ont ajouté la Signification suivante:

L’estomac signifie l’empereur. Les mains, les yeux, les pieds et toutes les parties du corps représentent les gens. Encore une fois, l’estomac est comme une mère, les autres parties étant les enfants.

Chaque peuple doit donc faire quelque chose pour sa nation et son empereur. Chaque enfant doit faire quelque chose pour la famille et la mère. Ces choses doivent être, si la nation doit être puissant, ou si la famille doit être forte et unie.

[1] Les Chinois se représentent ainsi le cœur, avec deux côtés: Pour le plus grand côté, tout est amené par le cerveau pour que le juge du coeur, ou la conscience, puisse juger. S’il prononce la pensée ou le sentiment de se sentir digne, il va dans la mémoire, où il reste; sinon, il est rejeté.

[2] Dialecte de canton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *