» » » » » Le film Solaris, réalisé par Andrei Tarkovski

Le film Solaris, réalisé par Andrei Tarkovski

Posté dans : Cinéma 0

Filmul Solaris (1972), regia Andrei Tarkovsky

Andrei Tarkovski (1932 – 1986) est né en Russie. Tarkovsky a réalisé les cinq premiers de ses sept films (L’Enfance d’Ivan (1962), Andrei Roublev (1966), Solaris (1972), Le Mirroir (1975) et Stalker (1979)) en Union Soviétique ; ses derniers films, Nostalghia (1983) et Le Sacrifice (1986), ont été produits en Italie et en Suède.

Andrei Rublev, Solaris, Le Mirroir et Stalker figurent régulièrement sur la liste des plus grands films de tous les temps. Ingmar Bergman aurait déclaré :

« Tarkovsky est pour moi le plus grand [d’entre nous tous], qui a inventé un nouveau langage, qui est fidèle à la nature du film, car il capture la vie en tant que reflet, la vie comme un rêve. » (Bielawski 2018)

L’historien du cinéma Steven Dillon a déclaré qu’une grande partie des films suivants ont été profondément influencés par les films de Tarkovsky. (Dillon 2006)

Tarkovsky a développé une théorie de la cinématographie, qu’il a baptisé « le temps scellé ». À travers cela, il a voulu mettre en valeur la particularité unique du cinéma en tant qu’environnement, aborder notre expérience du temps et la changer. Le film irrégulier transcrit le temps en temps réel. À l’aide de longs plans et de coupes dans ses films, il a cherché à donner au spectateur une idée du temps, du temps perdu et de la relation entre différents moments de temps.

Solaris (Lem 2012) est un roman philosophique de fiction écrit en 1961 par l’écrivain polonais Stanisław Lem. Le livre se concentre sur les thèmes de la nature de la mémoire humaine, de l’expérience et de l’inaction de la communication entre les espèces humaines et non humaines. Le roman a été transposé trois fois cinématiquement : en 1968, réalisé par Boris Nirenburg, suivant de près le livre et mettant l’accent sur la planète plutôt que sur les relations humaines ; en 1972, réalisé par Andreï Tarkovski, respectant vaguement le livre et mettant l’accent sur les relations humaines ; et en 2002, réalisé par Steven Soderbergh, avec George Clooney et produit par James Cameron, abordant également les relations humaines et en négligeant les thèmes suggérés par Lem. En effet, Lem lui-même a noté qu’aucune des versions du film ne se concentrait sur l’océan Solaris :

« … d’après ce que je sais, le livre n’est pas consacré aux problèmes érotiques des personnes vivant dans l’espace … en tant qu’auteur de Solaris, je me permettrai de répéter que je voulais seulement créer une vision d’une rencontre humaine avec quelque chose qui existe certainement de manière forte, mais ne peut être réduite à des concepts humains, des idées ou des images. C’est pourquoi le livre s’intitulait « Solaris » et non « Amour dans l’espace cosmique ». »

– Stanislaw Lem, Station Solaris (8 décembre 2002) (Lem 2006)

Tarkovsky a reconnu ces différences et a dit :

« En contradiction avec l’idée initiale de Lem, parce que je m’intéressais aux problèmes de la vie intérieure, des problèmes spirituels pour ainsi dire, et qu’il s’intéressait à la collision entre l’homme et le Cosmos, l’Inconnu avec une grande lettre. Au sens ontologique du terme, au sens du problème de la connaissance et des limites de cette connaissance – c’est ce dont il s’agit. Il a même dit que l’humanité était en danger, qu’il y avait une crise de la connaissance quand l’homme ne sent plus… Cette crise grandit, une boule de neige, prend la forme de diverses tragédies humaines, y compris des scientifiques. » (Jerzy and Neuger 1985, 21)

La différence est également évidente dans l’explication de Tarkovsky sur le processus de transposition de Solaris. Tarkovsky a commenté le roman de Lem :

« Le livre m’a attiré juste parce que j’ai rencontré pour la première fois une œuvre que je pourrais dire : expiation, c’est une histoire d’expiation. Qu’est-ce que l’expiation ? – Remission. Au sens simple et classique du terme, lorsque nous nous souvenons des péchés du passé, les péchés devient réalité. C’est pour cette raison que j’ai realisé un tel film. » (Jerzy and Neuger 1985, 21)

En 1972, Tarkovsky achève le film Solaris. Il a travaillé sur le script avec Fridrikh Gorenshtein.

Les personnages du Solari sont Natalia Bondarchuk (Hari), Donatas Banionis (Kris Kelvin), Juri Järvet (Dr. Snaut), Vladislav Dvorzhetsky (Henri Berton), Nikolai Grinko (le père de Kris Kelvin), Olga Barnet (la mère de Kris Kelvin) Solonitsyn (Dr. Sartorius) et Sos Sargsyan (Dr. Gibarian).

Le film est un drame psychologique se déroulant à bord d’une station spatiale en orbite autour de la planète Solaris. Les trois membres de l’équipage ont des problèmes psychologiques. Le psychologue Kris Kelvin est envoyé là pour évaluer la situation, mais il fait face aux mêmes phénomènes mystérieux que les autres.

Tarkovsky et Lem ont collaboré à l’adaptation cinématographique du roman.

Tarkovsky se concentre sur les sentiments de Kelvin envers sa femme, Hari, et sur l’impact de l’exploration spatiale sur la condition humaine.

La bande originale du film est le prélude au choeur pour orgue de Johann Sebastian Bach, Ier ruf ‘zu dir, Herr Jesu Christ, BWV 639, interprété par Leonid Roizman (le thème central du film), et une composition électronique d’Eduard Artemiev. Hari a son propre sous-texte musical, un cantus firmus d’Artemiev inspiré de la musique de J. S. Bach, qui est entendue à la mort de Hari et à la fin du film. (Artemyev 1991)

Solaris a fait ses débuts au Festival de Cannes en 1972 et a remporté le Grand Prix Spécial du Jury étant nominé pour la Palme d’Or. Une liste de 100 films cinématographiques, les meilleurs du monde, établie par le magazine Empire en 2010, a classé Solaris de Tarkovsky à la 68ème place. (Empire.com 2017)

Stanisław Lem a affirmé que « je n’ai jamais aimé la version de Tarkovski. » (Lem 2012) Tarkovsky aurait réalisé Crime and Punishment plutôt que Solaris, en omettant les aspects épistémologiques et cognitifs de son livre. Pour Tarkovsky, le conflit existentiel exposé par Lem n’était que le point de départ du développement de la vie intérieure des personnages. (Jerzy and Neuger 1987, 137–60)

Bibliographie

  • Artemyev, Eduard. 1991. “Eduard Artemyev Talks to Maya Turovskaya ].” 1991. https://people.ucalgary.ca/~tstronds/nostalghia.com/TheTopics/Stalker/artemyev.html.
  • Bielawski, Trond Trondsen and Jan. 2018. “Nostalghia.Com – An Andrei Tarkovsky Information Site.” 2018. http://people.ucalgary.ca/~tstronds/nostalghia.com/.
  • Dillon, Steven. 2006. The Solaris Effect: Art and Artifice in Contemporary American Film. University of Texas Press. https://muse.jhu.edu/book/211.
  • Empire.com. 2017. “The 100 Best Films Of World Cinema.” Empire. 2017. https://www.empireonline.com/movies/features/100-greatest-world-cinema-films/.
  • Jerzy, Illg, and Leonard Neuger. 1985. “’Tm Interested in the Problem of Inner Freedom…” Interview w/Andrei Tarkovsky.” 1985. https://people.ucalgary.ca/~tstronds/nostalghia.com/TheTopics/interview.html.
  • ———. 1987. “The Illg/Neuger Tarkovsky Interview (1985) ].” 1987. http://people.ucalgary.ca/~tstronds/nostalghia.com/TheTopics/interview.html#On_Solaris.
  • Lem, Stanislaw. 2006. “The Solaris Station.” Stanislaw Lem The Official Site. 2006. http://english.lem.pl/index.php/arround-lem/adaptations/soderbergh/147-the-solaris-station.
  • ———. 2012. Solaris. Premier Digital Publishing.

Nicolae Sfetcu
Email : nicolae@sfetcu.com

Cet article est sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nd/4.0/.

Sfetcu, Nicolae, « Le film Solaris, réalisé par Andrei Tarkovski », SetThings (18 mai 2019), URL = https://www.setthings.com/fr/le-film-solaris-realise-par-andrei-tarkovski/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *