Home » Articole » FR » Art » Littérature » Contes de fées indiens » Le fils du Devin

Le fils du Devin

Un devin, quand il été sur son lit de mort, a écrit l’horoscope de son deuxième fils, dont le nom était Gangazara, et légua à lui comme sa seule propriété, laissant l’ensemble de ses biens au fils aîné. Le deuxième fils réfléchit à l’horoscope, et se dit:

«Hélas! Les paroles de mon père n’ont pas échoué jamais. Je les ai vus prouvent vrai jusqu’au dernier mot alors qu’il vivait, et comment a-il fixé mon horoscope! ‘De ma pauvreté de naissance!’ Ni est que mon seul destin. ‘Pour dix ans, l’emprisonnement’ – un destin plus difficile que la pauvreté; et qu’est que vient ensuite? ‘Mort sur le bord de mer’; ce qui signifie que je dois mourir loin de la maison, loin de mes amis et parents  sur une côte de la mer. Maintenant vient la partie la plus curieuse de l’horoscope, que je vais ‘avoir un peu de bonheur après!’ Qu’est-ce que ce bonheur est, est une énigme pour moi.»

Ainsi pensait-il, et après toutes les funérailles de son père étaient finis, il prit congé de son frère aîné, et est parti pour Bénarès. Il est allé par le milieu du Deccan, en évitant les côtes, et a continué cheminant et cheminant pendant des semaines et des mois, jusqu’à ce qu’enfin il a atteint les montagnes Vindhya. En passant le désert il avait à cheminer pour un couple de jours à travers une plaine de sable, avec aucun signe de vie ou de la végétation. La petite réserve de provisions avec laquelle il a été fourni pour un couple de jours, à la fin était épuisé. La carafe, qu’il portait toujours pleine, remplie avec de l’eau douce du ruisseau qui coule ou d’un réservoir abondant, il avait épuisé dans la chaleur du désert. Il n’y avait pas un morceau dans sa main pour manger; ni une goutte d’eau à boire. Tournant les yeux partout il a trouvé un vaste désert, dont il voyait aucun moyen d’évasion. Pourtant, il pensait en lui-même, «Sûrement la prophétie de mon père n’a jamais prouvé faux. Je dois survivre à cette calamité pour trouver ma mort sur certaines côtes maritimes.» Ainsi pensait-il, et cette pensée lui a donné la force d’esprit pour marcher vite et essayer de trouver une goutte de quelque part de l’eau pour satisfaire sa gorge sèche.

Enfin, il a réussi; le ciel a jeté dans son chemin un puits ruiné. Il pensait qu’il pourrait recueillir un peu d’eau s’il baissait sa carafe avec la chaîne qu’il portait toujours avec un nœud coulant au cou de celui-ci. En conséquence il a laissé vers le bas; il est allé une certaine distance et est arrêté, et les mots suivants est venu du puits: «Oh, soulagez-moi, je suis le roi des tigres, je vais mourir ici de faim. Pour les trois derniers jours, je n’ai rien eu. La fortune vous a envoyé ici!… Si vous m’aidez maintenant, vous trouverez une aide sûre en moi tout au long de votre vie. Ne croyez pas que je suis une bête de proie. Quand tu es devenu mon libérateur, je ne vous toucherai jamais. Je vous en prie, veuillez soulevez-moi.» Gangazara pensa: «Dois-je le faire sortir ou non? Si je le sors, il peut me faire le premier morceau de sa bouche affamée. Non, il ne fera pas, parce que la prophétie de mon père n’a jamais été faux, je dois mourir sur la bord de la mer, et non par un tigre». Ainsi il a pensé, il demanda le roi des tigres à tenir fermement la carafe, ce qu’il fit, et il le souleva lentement. Le tigre a atteint le sommet du puits et se sentait en terrain sûr. Fidèle à sa parole, il n’a pas fait de mal à Gangazara. D’un autre côté, il fit le tour de son patron trois fois et, debout devant lui, humblement prononça les mots suivants:

«Mon sauveur, mon bienfaiteur, je n’oublierai jamais ce jour, quand je repris ma vie à travers vos mains aimables. En contrepartie de ce genre d’aide, je promets mon serment de me tenir près de vous dans toutes les calamités. Chaque fois que vous êtes en difficulté, il suffit de penser à moi. Je suis là avec vous prêt à vous aider par tous les moyens que je peux. Pour vous dire brièvement comment je suis venu ici: il y a trois jours, je parcourais dans la forêt là-bas, quand je voyais un orfèvre qui le traversait, je l’ai poursuivi. Lui, dans l’impossibilité d’échapper à mes griffes, a sauté dans ce puits, et vit à ce moment aussi dans le fond du puits. J’ai également sauté, mais je me suis retrouvé sur le premier rebord du puits, il est sur la quatrième et dernière corniche. Dans le second vit un serpent demi-affamé. Dans le troisième se trouve un rat, également demi-affamés, et quand vous commencez à nouveau puiser de l’eau ceux-ci peuvent vous demander d’abord de les libérer. De la même manière l’orfèvre peut aussi vous demander. Je vous prie, comme votre ami intime, jamais aider ce pauvre homme, même s’il est votre relation comme un être humain. les orfèvres ne sont jamais à faire confiance. Vous pouvez placer plus de foi en moi, un tigre, mais je me régale parfois avec des hommes, en un serpent, dont la piqûre rend votre sang-froid l’instant suivant, ou en un rat qui fait un millier de morceaux de mal dans votre maison. Mais jamais faire confiance à un orfèvre. Ne pas le libérer; et si vous le faites, vous serez sûrement repentir un jour ou l’autre.» Ainsi le conseillant, le tigre affamé alla sans attendre une réponse.

Gangazara a pensé à plusieurs reprises de la manière éloquente dans laquelle le tigre a parlé, et a admiré sa facilité d’élocution. Mais encore sa soif n’a pas été étanchée. Alors il a laissé tomber sa carafe à nouveau, qui a été maintenant saisit par le serpent, qui lui parla ainsi: «Oh, mon protecteur! Levez-moi. Je suis le roi des serpents, et le fils d’Adisesha, qui est maintenant dépérir à l’agonie à cause de ma disparition. Relâchez-moi maintenant, je vais rester toujours ton serviteur, souvenir de votre aide, et vous aider pendant toute la vie de toutes les manières possibles. Obligez moi:… Je suis en train de mourir.» Gangazara, appelant à nouveau à l’esprit de la «mort sur le bord de la mer» de la prophétie, le souleva. Celui ci, comme le roi des tigres, a marché autour de lui trois fois, et se prosternant devant lui parla ainsi:. «Oh, mon donneur de vie, mon père, car je dois vous appeler comme ça, vous m’avez donné une autre naissanceIl y a trois jours je me dorais au soleil du matin, quand je vis un rat courir devant moi. Je l’ai poursuivi. Il est tombé dans ce puits. Je l’ai suivi, mais au lieu de tomber sur le troisième étage où il est maintenant étendu, je suis tombé dans la seconde. Je pars maintenant de voir mon père. Chaque fois que vous êtes en difficulté il suffit de penser à moi. Je serai là à vos côtés pour vous aider par tous les moyens possibles.» Ce disant, Nagaraja glissa dans les mouvements en zig-zag, et était hors de vue dans un instant.

Le pauvre fils du Devin, qui était presque en train de mourir de soif, laisser tomber sa carafe pour une troisième fois. Le rat saisit et, sans discuter, il éleva le pauvre animal à la fois. Mais il ne partirait pas sans montrer sa gratitude:!.. «Oh, la vie de ma vie Mon bienfaiteur! Je suis le roi des rats Chaque fois que vous êtes dans toute calamité il suffit de penser à moi, je viens à vous, et je vais vous aider. Mes oreilles avides entendirent tout ce que le roi des tigres vous a parlé de l’orfèvre, qui est dans le quatrième étage. Il n’y a rien, mais une triste vérité que les orfèvres ne doit jamais être digne de confiance. Par conséquent, ne jamais l’aider comme vous l’avez fait pour nous tous .. Et si vous le faites, vous allez souffrir pour lui. Je suis faim, laissez-moi aller pour le moment». Ainsi, en prenant congé de son bienfaiteur, le rat, aussi, s’est enfui.

Le fils du DevinGangazara pendant un moment a pensé sur les conseils répétés donnés par les trois animaux sur la libération de l’orfèvre: «Quel mal y aurait-il en lui aider? Pourquoi devrais-je pas le libérer aussi?» Donc, en pensant à lui-même, Gangazara laisser tomber la carafe à nouveau. L’orfèvre la saisit, et a demandé de l’aide. Le fils du Devin avait pas de temps à perdre; il était lui-même mourir de soif. Il leva donc l’orfèvre, qui a maintenant commencé son histoire. «Arrêtez-vous pour un moment», a déclaré Gangazara, et après il a trempé sa soif en laissant tomber sa carafe pour la cinquième fois, craignant toujours que quelqu’un pourrait rester dans le puits et demander son aide, il a écouté l’orfèvre, qui a commencé comme suit :. «Mon cher ami, mon protecteur, ces brutes vous ont parlé beaucoup de bêtises sur moi, je suis heureux que vous n’ont pas suivi leurs conseils. Je suis juste en train de mourir de faim. Permettez-moi d’aller. Mon nom est Manikkasari. Je vis dans la rue principale est de Ujjaini, qui est de vingt kas au sud de cet endroit, et ainsi se trouve sur votre chemin lorsque vous revenez de Bénarès. Ne pas oublier de venir me voir et recevoir mes aimables souvenirs de votre assistance, sur le chemin du retour vers votre pays.» Ce disant, l’orfèvre a pris son congé, et Gangazara a également poursuivi sa route vers le nord après les aventures ci-dessus.

Il a atteint Bénarès, et il a vécu pendant plus de dix ans, et tout à fait oublié le tigre, le serpent, le rat, et lorfèvre. Après dix ans de vie religieuse, les pensées de la maison et de son frère se précipita dans son esprit. «Je l’ai obtenu assez de mérite maintenant par mes observances religieuses. Il faut que je reviens à la maison.» Ainsi pensait Gangazara en lui-même, et très vite, il était sur son chemin de retour à son pays. Se souvenant de la prophétie de son père, il est retourné par le même chemin par lequel il est allé à Bénarès dix ans auparavant. Tout en retraçant ainsi ses pas, il a atteint le puits ruiné où il avait libéré les trois rois brute et l’orfèvre. Aussitôt les vieux souvenirs se sont précipités dans son esprit, et il pensait du tigre pour tester sa fidélité. Seulement un moment passé, et le roi des tigres vint en courant devant lui portant une grande couronne dans sa bouche, l’éclat des diamants dont pour un temps a éclipsé même les rayons lumineux du soleil. Il a laissé tomber la couronne aux pieds de son sauveur, et, en mettant de côté tout son orgueil, humilié comme un chat aux coups de son protecteur, a commencé dans les termes suivants: «Mon sauveur! Comment est-ce que vous ne m‘avez oublié, votre pauvre serviteur, pour une si longue période? Je suis heureux de constater que j’occupe toujours un coin dans votre esprit. Je ne pourrai jamais oublier le jour où je devais ma vie à vos mains de lotus. J’ai plusieurs bijoux avec moi de peu de valeur. Cette couronne, étant le meilleur de tous, je l’ai amené ici comme un seul ornement de grande valeur, que vous pouvez transporter avec vous et en disposer de lui dans votre propre pays». Gangazara regarda la couronne, l’a examiné à plusieurs reprises, a compté et recompté les pierres précieuses, et il pensait à l’intérieur de lui-même qu’il allait devenir le plus riche des hommes en séparant les diamants et l’or, et de les vendre dans son propre pays. Il prit congé du roi des tigres, et après sa disparition il a pensée aux rois des serpents et des rats, qui sont venus à leur tour avec leurs présents, et après les salutations et l’échange de mots habituels ont pris leur congé. Gangazara était extrêmement heureux de la fidélité avec laquelle les bêtes se sont comportés, et continua son chemin vers le sud. En allant le long il parlait à lui-même ainsi:… «Ces bêtes ont été très fidèles dans leur assistance. Beaucoup plus, par conséquent, doit Manikkasari être fidèle. Je ne veux rien de lui maintenant. Si je prends cette couronne avec moi comme il est, il occupe beaucoup de place dans mon paquet. il peut aussi exciter la curiosité de quelques voleurs sur le chemin. Je vais maintenant passer à Ujjaini sur mon chemin. Manikkasari m’a prié de le voir sans échec sur mon voyage de retour. Je vais le faire, et demander lui de fondre la couronne, avec les diamants et l’or séparés. Il doit le faire du moin cette bonté pour moi. Je vais ensuite rouler ces diamants et boule d’or dans mes chiffons et aller sur mon chemin vers la maison.» Ainsi en pensant toute le chemin, il a atteint Ujjaini. Aussitôt, il a demandé pour la maison de son ami l’orfèvre, et le trouva sans difficulté. Manikkasari était extrêmement heureux de trouver sur son seuil lui qui, dix ans auparavant, en dépit de l’avis lui a été donné à plusieurs reprises par les sages tigre, serpent, et rat, l’avait délivré de la fosse de la mort. Gangazara lui à la fois montré la couronne qu’il a reçu du roi des tigres, lui dit comment il l’a obtenu, et a demandé son aide pour séparer l’or et des diamants. Manikkasari a accepté de le faire, et en même temps a demandé à son ami de se reposer pendant un certain temps pour avoir son bain et les repas; et Gangazara, qui était très attentif avec ses cérémonies religieuses, est allé directement à la rivière pour se baigner.

Comment est venu la couronne dans les mâchoires du tigre? Le roi de Ujjaini, une semaine avant, est parti avec tous ses chasseurs pour une expédition de chasse. Tout d’un coup le roi des tigres est sorti du bois, saisit le roi, et disparut.

Lorsque les agents du roi a informé le prince de la mort de son père, il a pleuré et pleuré, et a donné un avis qu’il donnerait la moitié de son royaume à celui qui devrait lui apporter des nouvelles sur le meurtrier de son père. L’orfèvre savait très bien qu’il était un tigre qui a tué le roi, et non pas les mains de tout chasseur, depuis qu’il avait entendu de Gangazara comment il a obtenu la couronne. Pourtant, il résolut de dénoncer Gangazara comme l’assassin du roi, donc, en cachant la couronne sous ses vêtements, il a volé au palais. Il est allé devant le prince et l’a informé que l’assassin a été capturé, et a placé la couronne devant lui. Le prince la prit dans ses mains, l’examina, et donna aussitôt la moitié du royaume à Manikkasari, puis a posé des questions sur le meurtrier. «Il baigne dans la rivière, et est de telle ou telle apparence,» était la réponse. Aussitôt quatre soldats armés ont volé à la rivière, et ont lié le mains et les pieds du pauvre Brahman, tandis que lui, assis en méditation, était sans aucune connaissance du sort qui pesait sur lui. Ils ont apporté Gangazara à la présence du prince, qui a tourné son visage de l’assassin présumé, et a demandé à ses soldats de le jeter dans un cachot. En une minute, sans connaître la cause, le pauvre Brahman se trouvait dans le sombre cachot.

Ce fut une cave souterraine sombre, construit avec des murs en pierre solides, dans lesquels tout criminels coupables d’une infraction capitale sont introduits et respirent là leur dernieres jours sans nourriture et boisson. Telle était la cave dans laquelle Gangazara a été poussée. Quelles étaient ses pensées quand il a atteint cet endroit? «Il est inutile d’accuser soit l’orfèvre ou le prince maintenant. Nous sommes tous les enfants du destin. Nous devons obéir à ses ordres. Mais ceci est le premier jour de la prophétie de mon père. Jusqu’à présent, sa déclaration est vrai. Mais comment vais-je passer dix ans ici? Peut-être, sans rien pour maintenir la vie, je peux glisser sur mon existence pendant un jour ou deux. Mais comment passer dix ans? Cela ne peut pas être, et je dois mourir. Avant la mort vient permettez-moi de penser à mon amis brutes fidèles.»

Ainsi médité Gangazara dans la cellule sombre du sous-sol, et à ce moment il a pensée à ses trois amis. Le roi des tigres, le roi des serpents, et le roi des rats se sont réunis à la fois avec leurs armées dans un jardin près du donjon, et pendant un certain temps ne savaient pas quoi faire. Ils ont tenu leur conseil, et a décidé de faire un passage souterrain à l’intérieur d’un puits en ruines du donjon. Le roi des rats a émis un ordre à la fois pour son armée. Ils, avec leurs dents, ont creusé dans le sol un long chemin vers les murs de la prison. Après avoir atteint, ils ont constaté que leurs dents ne pouvaient pas travailler sur les pierres dures. Les bandicoots ont ensuite été spécialement commandées pour l’entreprise; ils, avec leurs dents dures, ont fait une petite fente dans le mur pour un rat de passer et repasser sans difficulté. Ainsi, un passage a été effectué.

Le rois des rats est entré le premier pour exprimer ses condoléances à son protecteur sur son malheur, et a entrepris de fournir des provisions à son protecteur. «N’importe dans quel maison sont préparés les sucreries ou le pain, tous et chacun d’entre vous doit essayer d’apporter tout ce que vous pouvez à notre bienfaiteur. Quel que soit les vêtements que vous trouverez pendant dans une maison, coupez, trempez les morceaux dans de l’eau, et amenez les morceaux humides à notre bienfaiteur. Il va les presser et recueillir l’eau pour la boir! et le pain et confitures doit former sa nourriture.» Après avoir émis ces ordres, le roi des rats prit congé de Gangazara. Ils, dans l’obéissance à l’ordre de leur roi, ont continué à lui fournir des provisions et de l’eau.

Le roi des serpents dit: «J’exprime sincèrement mes condoléances à vous dans votre malheur, le roi des tigres sympathise aussi pleinement avec vous, et veut que je vous le dire, car il ne peut pas faire glisser son corps énorme ici comme nous l’avons fait avec nos petits corps. Le roi des rats a promis de faire de son mieux pour vous fournir de la nourriture. Nous aimerions maintenant faire ce que nous pouvons pour votre libération. A partir de ce jour, nous allons donner des ordres à nos armées pour opprimer tous les citoyens de ce royaume. Les décès par morsure des serpents et tigres doit augmenter centuple de ce jour, et de jour en jour, il doit continuer à augmenter jusqu’à ce que votre libération. Chaque fois que vous entendez des gens près de chez vous, vous feriez mieux de brailler de manière à être entendu par eux: ‘Le malheureux prince m’a emprisonné sur la fausse accusation d’avoir tué son père, alors qu’il était un tigre qui l’a tué. A partir de ce jour, ces calamités ont éclaté dans ses dominions. Si je suis libéré, je veux sauver tous avec mes pouvoirs de guérison des plaies toxiques et par des incantations.’ Quelqu’un peut le signaler au roi, et s’il le sait, vous obtiendrez votre liberté.» Ainsi réconfortant son protecteur en difficulté, il lui a conseillé de cueillir le courage, et prit congé de lui. De ce jour les tigres et les serpents, agissant sous les ordres de leurs rois, sont unis à tuer autant des personnes et bétails que possible. Chaque jour, ont été enlevés par des tigres ou mordues par des serpents. Ainsi passé des mois et des années. Gangazara, assis dans la cave sombre, sans la lumière du soleil tombant sur lui, se régalait sur la chapelure et friandises que les rats si gentiment lui fournis. Ces délices avaient complètement changé son corps en une grosse, énorme masse rouge, lourde de chair. Ainsi passé plein dix ans, comme prophétisé dans l’horoscope.

Dix années complètes roulaient dans l’étroite prison. Le dernier soir de la dixième année, un des serpents monta dans la chambre à coucher de la princesse et sucé sa vie. Elle rendit son dernier soupir. Elle était la seule fille du roi. Le roi envoya aussitôt pour tous les guérisseurs de morsure de serpent. Il a promis la moitié de son royaume et la main de sa fille à celui qui veut lui rendre la vie. Maintenant, un serviteur du roi qui avait plusieurs fois entendu les cris de Gangazara, a signalé l’affaire à lui. Le roi ordonna aussitôt d’aller à la cellule pour l’examiner. Là était l’homme assis. Comment avait-il réussi à vivre si longtemps dans la cellule? Certains murmuraient qu’il doit être un être divin. Ainsi ils ont discuté, pendant ils ont apporté Gangazara au roi.

Le roi à peine vu Gangazara qu’il tomba sur le sol. Il a été frappé par la majesté et la grandeur de sa personne. Ses dix ans d’emprisonnement dans la cellule souterraine profonde avait donné une sorte de lustre à son corps. Ses cheveux devait d’abord être coupé avant que son visage pourrait être vu. Le roi demanda pardon pour son ancien faute, et lui a demandé de faire revivre sa fille.

«Apportez-moi dans une heure tous les cadavres des hommes et du bétails, mourants ou morts, qui restent imbrûlés ou non enterré dans la zone de vos dominions, je vais tous revivre», étaient les seuls mots qui Gangazara parlait.

Charretées de cadavres d’hommes et de bétail ont commencé à venir dans toutes les minutes. Même les tombes, il est dit, ont été brisées ouvert, et les cadavres enterrés un jour ou deux avant ont été retirés et envoyés pour leur renaissance. Dès que tous étaient prêts, Gangazara a pris un vase plein d’eau et il le répandit sur eux tous, ne pensant qu’à ses roi des serpents et roi des tigres. Tous se levèrent comme d’un sommeil profond, et se rendit à leurs domiciles respectifs. La princesse, aussi, a été rendu à la vie. La joie du roi ne connaissait pas des limites. Il maudit le jour où il l’a emprisonné, se reprochait d’avoir cru le mot d’un orfèvre, et lui a offert la main de sa fille et tout le royaume, au lieu de la moitié, comme il l’a promis. Gangazara ne voulait pas accepter quoi que ce soit, mais il a demandé au roi de rassembler tous ses citoyens dans un bois près de la ville. «Je vais y faire appel à tous les tigres et les serpents, et leur donner un ordre général.»

Lorsque toute la ville a été assemblé, juste à la tombée de la nuit du soir, Gangazara assis muet pendant un moment, et a pensée aux roi des tigres et roi des serpents, qui est venu avec toutes leurs armées. Les gens ont commencé à prendre la fuite à la vue des tigres. Gangazara les a assurés de la sécurité, et les arrêta.

Le gris clair de la soirée, la couleur de citrouille de Gangazara, les cendres sacrées disséminées généreusement sur son corps, les tigres et les serpents s’humiliant à ses pieds, lui a donné la vraie majesté du dieu Gangazara. Pour qui d’autre par un seul mot pourrait ainsi commander les vastes armées des tigres et serpents, disaient quelques-uns parmi les gens. «Ne vous souciez pas pour lui;.. Il peut être par magie. Ce n’est pas une grande chose. Qu’il ranima charretées de cadavres montre qu’il soit sûrement Gangazara», a déclaré d’autres.

«Pourquoi devriez-vous, mes enfants, faire ainsi du mal à ces pauvres citoyens de Ujjaini? Répondez à moi, et désormais renoncez à vos ravages.» Ainsi dit le fils du devin, et la réponse suivante provenaient du roi des tigres: «Pourquoi ce roi de base devrait emprisonner votre honneur, croyant le simple mot d’un orfèvre que votre honneur a tué son père. Tous les chasseurs lui ont dit que son père a été emporté par un tigre. J’étais le messager de la mort envoyé à porter le coup sur son cou. Je l’ai fait, et a donné la couronne à votre honneur. le prince n’a fait aucune enquête, et a emprisonné immediatement votre honneur. Comment pouvons-nous attendre la justice d’un tel roi stupide que cela? A moins qu’il adopte un meilleur niveau de la justice, nous allons continuer avec notre destruction».

Le roi a entendu, a maudit le jour où il a cru en la parole d’un orfèvre, a battu sa tête, a arraché ses cheveux, a pleuré et pleuré pour son crime, a demandé mille pardons, et jura de se prononcer d’une manière juste de ce jour-là. Le roi des serpents et le roi des tigres a également promis de respecter leur serment aussi longtemps que la justice a prévalu, et prirent congé. L’orfèvre a fui pour sa vie. Il a été capturé par les soldats du roi, et a été gracié par le Gangazara généreux, dont la voix maintenant régné en maître. Tous sont rentrés chez eux.

Le roi de nouveau a pressé Gangazara d’accepter la main de sa fille. Il a accepté de le faire, pas alors, mais quelque temps après. Il voulait aller voir son frère aîné d’abord, puis de revenir et d’épouser la princesse. Le roi a accepté; et Gangazara a quitté la ville ce jour-là sur le chemin du retour.

Il se trouve que, sans le savoir, il a pris une mauvaise route, et a dû passer près d’un bord de la mer. Son frère aîné était également sur son chemin jusqu’à Bénarès par cette même voie. Ils se sont rencontrés et ont reconnu l’un l’autre, même à distance. Ils ont volé dans les bras l’un et l’autre. Tous deux restèrent encore pendant un temps presque inconscient de joie. Le plaisir de Gangazara était si grand qu’il est mort de joie.

Le frère aîné était un dévot de Ganesha. Ce fut un vendredi, un jour très sacré pour ce dieu. Le frère aîné a pris le cadavre au temple Ganesha le plus proche et a appelé pour lui. Le dieu est venu, et lui demanda ce qu’il voulait. «Mon pauvre frère est mort et disparu, et cela est son cadavre Veuillez conserver dans vos frais jusqu’à ce que je finisse de vous adorer. Si je pars nulle part ailleurs les diables peut l’arracher quand je suis absent pour vous adorer. Après avoir terminé les rites je vais le brûler.» Ainsi dit le frère aîné, et, donnant le cadavre au dieu Ganesha, il alla se préparer pour les cérémonies de cette divinité. Ganesha a apporté le cadavre à son Ganas, leur demandant de veiller sur lui avec soin. Mais au lieu de cela, ils le dévoraient.

Le frère aîné, après avoir terminé la puja, a exigé le cadavre de son frère au dieu. Le dieu a appelé son Ganas, qui est venu à l’avant en clignotant, et craignant pour la colère de leur maître. Le dieu a été grandement irrité. Le frère aîné était très en colère. Lorsque le cadavre n’a pas été à venir, il a remarqué sèchement: «Est-ce, après tout, le retour de ma profonde croyance en vous? Vous êtes incapable même de retourner le cadavre de mon frère.» Ganesha était honteux à la remarque. Alors il, par sa puissance divine, lui a donné un Gangazara vivant au lieu du cadavre. Ainsi le deuxième fils du Devin a été restauré à la vie.

Les frères avaient un long conversation sur les aventures de l’un et l’autre. Ils ont tous deux sont allés à Ujjaini, où Gangazara épousa la princesse, et ont réussi au trône de ce royaume. Il a régné pendant une longue période, ce qui confère plusieurs avantages à son frère. Et donc l’horoscope a été entièrement remplie.

indiantales00jacorich_0144

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *