» » » » » » Le lion et les moustiques

Le lion et les moustiques

Posté dans : Contes 1

Le lion et les moustiques

Un jour, le père de Ah-Fou lui a dit: « Viens ici, mon garçon, et je vais te raconter une histoire. Tu te souviens du grand lion que nous avons vu un jour, qu’Ah-Kay a attrapé? Tu sais qu’une corde forte le tenait, il rugit et tenta de se libérer jusqu’à sa mort, puis, quand Ah-Kay l‘a sorti du filet, il a regardé attentivement la corde et le bambou et a trouvé cinq des grandes cordes cassées.

« Quelle est la force du lion? Vingt enfants comme vous ne pourraient pas casser un brin de cette grande corde. Mais le lion a cassé cinq cordes complètes. Il est le plus fort de tous les animaux. Il attrape de nombreuses créatures pour sa nourriture, mais une fois il a perdu un bataille avec l’une des plus petites créatures du désert. Savez-vous ce que c’était? »

« Un oiseau pourrait se battre puis s’envoler. Était-ce un oiseau? »

« Non, mon fils. »

« Un homme est plus fort qu’un lion. »

« Non, tu ne te souviens pas du bûcheron qui a pu mettre cinq hommes forts sur terre? Une nuit, un lion du désert l’a attrapé et l’a tué. »

« Alors quelle était la plus petite des créatures du désert qui se battait avec un lion? »

Le père a dit: « Je vais te raconter l’histoire: une fois en été, le lion avait très soif. Mais le soleil avait pris toute l’eau près de la maison du lion et il s’était rendu à de nombreux endroits à sa recherche. vieux puits, mais l’eau n’était pas fraîche. Comme le lion avait très soif, il a dit: « Je dois boire, même si l’eau est viciée. »

« Mais quand il a atteint le vieux puits, il s’est aperçu que c’était la maison de tous les moustiques du désert.

« Les moustiques ont dit au lion: « Va-t’en, nous ne voulons pas de toi. C’est notre maison et nous sommes heureux. Nous ne souhaitons pas que le lion, le renard ou l’ours viennent ici. Tu n’es pas notre ami. Pourquoi viens-tu? »

« Le lion a rugi et a dit: « Ce qui est faible et stupide! Je suis le lion. C’est vous qui devez partir, car je suis venu boire. C’est mon désert et je suis roi. Savez-vous, choses faibles, que quand je sors de chez moi et que j‘envoie ma voix, toutes les créatures du désert tremblent comme des feuilles et s’inclinent devant moi? Qu’êtesvous pour avoir un endroit où vous puissent appeler votre maison et me dire que je peux ou je ne peux pas? »

« Alors les moustiques ont répondu: « Tu n’es qu’un. Tu parles comme si tu étais nombreux. Notre peuple avait ce vieux puits comme maison avant que ton rugissement ne soit entendu dans le désert. Et plusieurs générations d’entre nous sont nées ici. Cette maison est à nous et c’est nous qui disons qui va venir ou aller. Et pourtant, tu viens et nous dites de sortir par notre propre porte. Si tu ne nous quitte pas, nous appellerons notre peuple et tu connaîtra des difficultés. »

« Mais le lion a levé la tête haute avec fierté et colère et a dit: « Qu’est-ce que vous êtes, ô petits, du petits? Je tuerai chacun de votre gens inutile. Quand je bois, je n’ouvre que légèrement plus la bouche, et vous serez avalé comme l’eau. Et demain, j’oublierai que j’ai bu aujourd’hui. »

« « Un vantard », a dit les moustiques, « nous ne croyons pas que tu as le pouvoir de détruire tout notre peuple. Si tu veux la bataille, nous verrons. Nous savons que ton nom est excellent et que tous les animaux s’inclinent devant toi; mais notre peuple peut te tuer. »

« Le lion a sauté haut dans sa colère et a dit: « Aucune autre créature dans le désert n’a osé dire ces choses-là à moi, le roi. Est-ce que je suis venu dans le vilain puits des moustiques idiots pour obtenir de la sagesse? » Et il a levé la tête haute et a donné le rugissement puissant de la bataille et s‘est préparé à tuer tous les moustiques.

« Alors, les moustiques, petits et grands, ont volé autour de lui. Beaucoup sont entrés dans ses oreilles, les plus petits dans son nez, et les plus grands dans sa bouche pour le piquer. Mille et mille étaient suspendus dans les airs, juste au-dessus de sa tête et ont fait un grand bruit, et le lion a su bientôt qu’il ne pourrait pas vaincre.

« Il a rugi et a sauté, et les deux de ses pieds avant sont tombées dans le puits. Le puits était étroit et profond et il ne pouvait pas sortir, car ses deux pieds postérieurs étaient en l’air et sa tête pendait vers le bas. Et comme il était sur le point de mourir, il a dit à lui-même:

« « Ma fierté et ma colère m’ont amené ce destin. Si j’avais utilisé des paroles douces, les moustiques m’auraient peut-être donné de l’eau pour me désaltérer. J’étais sage et fort dans le désert, et même le plus grand des animaux craignait mon pouvoir. Mais je me suis battu avec les moustiques et je meurs – pas parce que je n’ai pas la force de vaincre, mais à cause de la folie de la colère. » »

Ee-Sze (Signification): Le sage peut vaincre l’idiot. Le pouvoir n’est rien, la force n’est rien. Le sage, gentillesse et prudence peut toujours gagner.

(« Chinese Fables and Folk Stories », par Mary Hayes Davis et Chow-Leung – Traduction de Nicolae Sfetcu)

  1. […] Un jour, le père de Ah-Fou lui a dit: « Viens ici, mon garçon, et je vais te raconter une histoire. Tu te souviens du grand lion que nous avons vu un jour, qu’Ah-Kay a attrapé? Tu sais qu’une corde … Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *