» » » » » » Le poisson et les fleurs

Le poisson et les fleurs

Posté dans : Contes 1

Le poisson et les fleurs

Il a été une fois un marchand chinois qui vendait des fleurs et du poisson. En hiver, les fleurs et les poissons avaient chacun une maison séparée pour vivre, mais le marchand a déclaré à ses serviteurs : « Je pense que nous devons installer les bulbes de lys dans la maison avec les poissons. Il fait plus chaud ici. »

Et mille et mille bulbes de narcisse qui poussés pour la grande fête du Nouvel An ont été transférés dans la maison avec le poisson.

Cela a mis le poisson en colère et cette nuit-là, ils ont grondé le narcisse.

« Mes amis, » ont dit les poissons, « ce n’est pas votre place et nous ne voulons pas de vous ici.

« Nous n’aimons pas votre odeur. Vous allez gâcher notre peuple. Lorsque les hommes passeront devant notre porte, ils ne verront plus que vous.

« Ils ne verront jamais notre famille. Vous ne pouvez pas aider ou faire quelque chose de bien ici, alors vous devez partir.

« Chaque jour, cent et cent marchands et étudiants viennent nous rendre visite. Si vous vous tenez près de notre porte, ils penseront sûrement que tous les poissons ont disparu et qu’il ne reste plus que des fleurs.

« Nous ne voulons pas que notre endroit sente si fort des fleurs. Nous ne l’aimons pas. C’est très mauvais et nous rend malades. »

Le narcisse a répondu : « Étrange, mais nous pensions même chose de cela. Certaines personnes disent que les poissons ont une mauvaise odeur, mais je ne l’ai jamais entendu dire de nos fleurs. Je pense que je n’en dirai pas plus. Laissez les autres décider. »

Puis une autre fleur a parlé et a dit à celui qui parlait : «  Chut, ma sœur, ce n’est pas notre maison. Nous irons demain. Laissons les poissons dire ce qu’ils veulent de nous et ne nous disputons pas avec eux. Tous les gens savent que nous ne sommes pas mauvais et que notre parfum est doux. »

Quand le soleil du matin est arrivé, les portes ont été ouvertes et mille et mille fleurs s’étaient épanouies dans la nuit et les gens ont dis : « Oh, comme c’est doux! Même une maison de poisson peut être rendue agréable. Nous aimerions que cela puisse être comme cela tout le temps. »

Et un visiteur a dit : « Comme cet endroit est doux! Est-ce que les poissons ou les fleurs vivent ici ? » Et quand il a vu, il a dit : « C’est dommage de mettre des fleurs délicates dans des lieux malodorants. »

Puis trois étudiants sont venus acheter des fleurs. Les serviteurs ont rapporté trois pots de la maison du poisson et les étudiants ont répondu : « Nous ne voulons pas de casseroles de la maison du poisson. Donnez-nous les autres. Celles-ci ont une odeur désagréable, comme celle des poissons. »

Les poissons ont tout entendu et étaient encore plus en colère contre les fleurs. Mais les fleurs ont entendu et ont été heureux, et ils ont dit : « Comme c’est stupide de se quereller et d’essayer de faire du mal aux autres. »

Ee-Sze (Signification) : Les bons n’ont pas besoin de se défendre. Leur meilleure défense réside en eux-mêmes.

  1. […] Il a été une fois un marchand chinois qui vendait des fleurs et du poisson. En hiver, les fleurs et les poissons avaient chacun une maison séparée pour vivre, mais le marchand a déclaré à ses serviteurs : « Je … Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *