» » » » » » Le prince et le fakir

Le prince et le fakir

Il y avait une fois un roi qui n’avait pas d’enfants. Maintenant, ce roi est allé et est couché pour se reposer à un endroit où quatre routes remplies, de sorte que tout le monde qui a passé a dû le sauter.

Enfin, un fakir est venu, et il a dit au roi: «Mec, pourquoi êtes-vous couché ici?»

Il a répondit: «Fakir, un millier d’hommes sont venus et passés; passezvous aussi

Mais le fakir a dit: «Qui êtes-vous, mec

Le roi répondit: «Je suis un roi, fakir. Je ne manque pas des produits et or, mais j’ai vécu longtemps et je n’ai pas des enfants. Donc, je suis venu ici, et je me suis installé ici à la croisée des chemins. Mes péchés et infractions ont été très nombreux, donc je suis venu et je suis couché ici pour les hommes peuvent passer au-dessus de moi, et peut-être mes péchés peuvent être pardonnés, et peut être Dieu sera miséricordieux, et je peut avoir un fils.»

Le fakir lui répondit: «Oh roi! Si vous aurez des enfants, que vous me donnerez

Le prince et le fakir«Quoi que vous demandez, fakir,» répondit le roi.

Le fakir a dit: «Des produits et or je ne manque, mais je vais dire une prière pour vous, et vous aurez deux fils; l’un de ces fils sera le mien.»

Puis il a sorti deux sucreries et les a remis au roi, et dit: «Roi, prennez ces deux sucreries et les donner à vos femmes; les donner aux femmes que vous aimez mieux.»

Le roi prit les sucreries et les mit dans son sein.

Puis le fakir a dit: «Roi! dans un an je reviendrai, et des deux fils qui naîtront pour vous, un est à moi et un  levôtre.»

Le roi dit: «Eh bien, je suis d’accord.»

Puis le fakir continua son chemin, et le roi est rentré et a donné une friandise à chacun de ses deux épouses. Après un certain temps deux fils sont nés au roi. Alors qu’est-ce qu‘a fait le roi, a placé ces deux fils dans une chambre souterraine qu’il avait construit dans la terre.

Quelque temps a passé, et un jour, le fakir apparut, et dit: «Roi! apportez-moi ton fils!»

Le roi a mis les fils de deux filles esclaves et les présenter au fakir. Alors que le fakir était assis là les fils du roi étaient assis en bas, dans leur cave en mangeant leur nourriture. Juste alors une fourmi affamé avait emporté un grain de riz en provenant de leur nourriture, et est allé avec lui à ses enfants. Une autre fourmi plus fort est venu et l’a attaquée afin d’obtenir ce grain de riz. La première fourmi dit: «O fourmis, pourquoi vous glissez cela loin de moi? Je suis depuis longtemps boiteux dans mes pieds, et jai obtenu un seul grain, et je le porte à mes enfants. Les fils du roi sont assis dans le cave en mangeant leur nourriture, vous allez chercher un grain à partir de là, pourquoi devriez-vous prendre le mien de moi?» Sur cette la deuxième fourmi est allé et n’a pas volé la première, mais est partit à l’endroit où les fils du roi mangeaient leur nourriture.

En entendant cela le fakir a dit, «Roi! ce ne sont pas vos fils; allez chercher les enfants qui mangent leur nourriture dans la cave.»

Alors le roi est allé chercher ses propres fils. Le fakir a choisi le fils aîné et l’a emmené, et est partit avec lui sur son voyage. Quand il est arrivé chez lui, il a dit au fils du roi de sortir pour recueillir le carburant.

Alors le fils du roi est sorti pour recueillir la bouse de vache, et quand il a recueilli certains il les a apporté.

Puis le fakir regarda le fils du roi et, mis sur un grand pot, il dit: «Viens par ici, mon élève.»

Mais le fils du roi dit: «Maître d’abord, et l’élève après.»

Le fakir lui a dit de venir une fois, il lui a dit deux fois, il lui a dit trois fois, et chaque fois le fils du roi répondit: «Maître d’abord, et l’élève après.»

Puis le fakir a attaqué le fils du roi, pensant à l’attraper et le jeter dans le chaudron. Il y avait environ une centaine de litres d‘huile dans cette chaudière, et le feu brûlait en dessous. Ensuite, le fils du roi, en soulevant le fakir, lui a donné une secousse et l‘a jeté dans le chaudron, et il a été brûlé, et est devenu de la viande rôtie. Il a alors vu une clé du fakir étendue là; il a pris cette clé et ouvrit la porte de la maison du fakir. Maintenant, beaucoup d’hommes ont été enfermés dans cette maison; deux chevaux étaient là dans une cabane du fakir; deux lévriers étaient attachés là-haut; deux simurgs ont été emprisonnés, et deux tigres étaient là aussi. Alors le fils du roi a laissé toutes les créatures aller, et les a fait sortir de la maison, et ils ont tous retourné grâce à Dieu. Ensuite, il a laissé échapper tous les hommes qui étaient en prison. Il a emporté avec lui les deux chevaux, et il a enlevé les deux tigres, et il a enlevé les deux chiens, et il a enlevé les deux simurgs, et, avec eux, il est partit pour un autre pays.

Comme il est allé le long de la route, il a vu ci-dessus de lui un homme chauve, pâturant un troupeau de veaux, et cet homme chauve lui cria, «Mec! pouvez-vous battre à tout?»

Le fils du roi répondit: «Quand j’étais petite, je pouvais battre un peu, et maintenant, si quelqu’un veut se battre, je ne suis pas efféminé à tourner le dos. Venez, je vais vous battre.»

L’homme chauve a dit: «Si je vous jette, vous serez mon esclave; et si vous me jetez, je serai votre esclave.» Alors, ils se préparaient et ont commencé à se battre, et le fils du roi l’a jeté.

Sur cette, le fils du roi dit: «Je vais laisser mes bêtes ici, mes simurgs, tigres, et les chiens et les chevaux;. Ils vont tous rester ici pendant que je vais à la ville pour voir les sites. Je nomme le tigre comme garde à ma propriété. Et vous êtes mon esclave, vous aussi doit rester ici avec mes propriétés.» Alors le fils du roi est parti à la ville pour voir les sites, et est arrivé à une piscine.

Il a vu que que ce fut une agréable piscine, et il pensait qu’il arrêterait et se baigner là-bas, et donc il a commencé à dépouiller de ses vêtements.

Maintenant, la fille du roi, qui était assis sur le toit du palais, a vu ses marques royales, et elle a dit: «Cet homme est un roi, quand je me marie, je vais lui et aucun autre mariage.» Alors, elle a dit à son père: «Mon père, je veux me marier.»

«Bon,» dit son père.

Alors le roi fit une proclamation: «Que tous les hommes, grands et petits, assistent aujourd’hui dans la salle d’audience, parce que la fille du roi veut aujourd’hui de prendre un mari.»

Tous les hommes de la terre sont réunis, et le prince voyageur est également venu, vêtus des vêtements du fakir, en se disant: «Je dois voir cette cérémonie aujourd’hui.» Il entra et s’assit.

La fille du roi est sorti et est assis sur le balcon, et jeta son regard autour de toute l’assemblée. Elle a remarqué que le prince voyageur était assis dans l’ensemble dans la tenue vestimentaire du fakir.

La princesse dit à sa servante: «Prenez ce plat du henné, aller à ce voyageur habillé comme un fakir, et saupoudrer le parfum sur lui du plat.»

La servante obéit à l’ordre de la princesse, alla vers lui, et répandit le parfum sur lui.

Alors le peuple dit:«La fille esclave a fait une erreur.»

Mais elle a répondu: «La fille esclave n’a fait aucune erreur, ç’est sa maîtresse qui a fait l’erreur.»

Sur cette le roi épousa sa fille avec le fakir, qui était vraiment pas fakir, mais un prince.

Quel sort a décrété est arrivé dans ce pays, et ils ont été mariés. Mais le roi de cette ville est devenue très triste dans son cœur, parce que, quand tant de chefs et nobles étaient assis, sa fille avait choisi aucun d’entre eux, mais avait choisi cet fakir; mais il a gardé ces pensées cachées dans son cœur.

Un jour, le prince voyageur a dit: «Que tous les beaux-frères du roi sortent avec moi aujourd’hui pour chasser.»

Les gens disaient: «Qu’est-ce qui se passe à ce fakir qu’il doit aller à la chasse?»

Cependant, ils ont tous partirent pour la chasse, et ont fixés leur lieu de rencontre à une certaine piscine.

Le prince nouvellement marié est allé à ses tigres, et dit à ses tigres et chiens de tuer et apporter un grand nombre de gazelles et de porc-cerf et markhor. Aussitôt, ils ont tué et ont apporté un grand nombre. Puis, prenant avec lui ces dépouilles de la chasse, le prince est venu à la piscine installée sur un lieu de rencontre. Les autres princes, beaux-frères du roi de cette ville, sont également assemblé là; mais ils avaient apporté aucun jeu, et le nouveau prince avait apporté beaucoup. De là, ils sont rentrés chez eux à la ville, et se sont rendus à leur beau-père le roi, de présenter leur jeu.

Maintenant que le roi n’avait pas de fils. Ensuite, le nouveau prince lui a dit que, en fait, lui aussi, était un prince. A ce le roi, son beau-père, fut très heureux et le prit par la main et l’embrassa. Il le fit asseoir par lui-même, en disant: «O prince, je rends grâce que vous êtes venus ici et êtes devenu mon beau-fils, je suis très heureux de cela, et je vous donne mon royaume.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *