» » » » » » Le raja Rasalu

Le raja Rasalu

Une fois là a vécu un grand raja, dont le nom était Salabhan, et il avait une reine, par son nom Lona, qui, bien quelle pleurait et priait au nombre des sanctuaires, elle avait jamais un enfant pour réjouir ses yeux. Après un long temps, cependant, un fils a été promis à elle.

La reine Lona est retourné au palais, et quand le temps de la naissance du fils promis approchait, elle demanda aux trois jogis qui sont venus mendier à sa porte, ce que le sort de l’enfant serait, et le plus jeune d’entre eux répondit et dit: «Oh, ma reine! l’enfant sera un garçon, et il va vivre pour être un grand homme. Mais pendant douze ans il ne faut pas regarder son visage, car si vous ou son père la voir avant les douze années sont passées, vous allez sûrement mourir! Voici ce que vous devez faire, dès que l’enfant est né, vous devez le renvoyer à une cave sous le sol, et ne jamais lui laisser voir la lumière du jour pendant douze ans. Après qu’ils sont terminés, il peut sortir baigner dans la rivière, mettre des nouveaux vêtements, et vous rendre visite. Son nom sera le raja Rasalu, et il serait connu de loin.»

Donc, quand un jeune prince juste était en temps utile né dans le monde, ses parents l’ont caché loin dans un palais souterrain, avec des infirmières et des fonctionnaires, et tout le reste le fils d’un raja pouvait désirer. Et avec lui ils ont envoyé un jeune poulain, né le même jour, et l’épée, la lance et le bouclier, pour le jour où le raja Rasalu devrait entrer dans le monde.

Donc, l’enfant a vécu , en jouant avec son poulain, et en parlant à son perroquet, tandis que les infirmières lui ont appris toutes les choses nécessaires de savoir un fils d’un raja.

Le jeune Rasalu  a vécu , loin de la lumière du jour, pendant onze longues années, de plus en plus grand et fort, mais content de jouer avec son poulain, et de parler à son perroquet; mais quand la douzième année a commencé, le cœur du jeune homme bondit avec le désir de changement, et il aimait à écouter les bruits de la vie qui venaient à lui dans son palais-prison du monde extérieur.

«Je dois aller voir d’où les voix viennent!» il a dit; et quand ses infirmières lui ont dit qu’il ne doit pas aller encore un an, il seulement ri à haute voix, en disant: «Non! Je ne reste plus ici pour personne

Puis il sella son cheval arabe Bhaunr, mit son armure brillante, et partit en avant dans le monde; mais conscient de ce que ses infirmières avaient souvent lui a dit, quand il est venu à la rivière, il mit pied à terre, et, en entrant dans l’eau, a lavé lui-même et ses vêtements.

Puis, avec des vêtements propres, un visage clair, et courageux du cœur, il est monté sur son chemin jusqu’à ce qu’il atteigne la ville de son père. Là, il se mit à se reposer pendant quelque temps par un puits, où les femmes tiraient l’eau dans des vases de terre. Maintenant, comme elles ont passé de lui, leurs pleins pichets prêts sur leur tête, le jeune prince gai a jeté des pierres sur les vases de terre, et tous se brisa. Puis les femmes, trempés avec de l’eau, sont allés en pleurant et se lamentant au palais, se plaignant au raja qu’une puissante jeune prince dans une armure brillante, avec un perroquet sur son poignet et un destrier galant à côté de lui, était assis au bord du puits, et brisèrent leur pichets.

Maintenant, dès que le raja Salabhan entendit cela, il devina aussitôt que ce fut le prince Rasalu sors avant le temps, et, conscient des paroles des jogis qu’il allait mourir s’il verra le visage de son fils avant douze ans furent passés, il n’a pas osé envoyer ses gardes à saisir le délinquant et l’amener à être jugé. Alors il ordonna aux femmes d’être consolés, et prennent des pichets de fer et d’airain, donnant les nouvelles pichets de son trésor à ceux qui ne possédait pas leur propre pichets.

Mais lorsque le prince Rasalu a vu les femmes qui retournent sur le puits avec des pichets de fer et d’airain, il riait lui-même, et tira son puissant arc jusqu’à ce que les flèches pointues percées les vaisseaux métalliques comme si elles avaient été d’argile.

Pourtant, le raja n’a pas envoyé pour lui, alors il monta sur son cheval et partit dans l’orgueil de sa jeunesse et force pour le palais. Il entra dans la salle d’audience, où son père était assis tremblant, et le salua avec tout le respect; mais le raja Salabhan, dans la peur de sa vie, a tourné le dos hâtivement et n’a dit jamais un mot en réponse.

Alors le prince Rasalu l’a appelé dédaigneusement à travers la salle:

«Je suis venu vous saluer, raja, et pas pour vous nuire!
Qu’ai-je fait pour vous devez vous détourner?
Le sceptre et l’empire ont pas le pouvoir de charme pour moi –
Je vais chercher un prix plus digne qu’eux!»

Puis il se éloigna, plein d’amertume et de colère; mais, comme il passait sous les fenêtres du palais, il a entendu les pleurs de sa mère, et le son adouci son cœur, de sorte que sa colère est mort vers le bas, et une grande solitude est tombé sur lui, parce qu’il a été repoussé par le père et la mère. Alors il cria tristement,

« Oh coeur couronné de la douleur, as-tu rien
Mais les larmes pour ton fils?
As-tu ma mère? Donnez une pensée
Pour ma vie vient de commencer!»

Et la reine Lona répondit à travers ses larmes:

«Oui! je suis ta mère, bien que je pleure,
Donc prend soin de cette parole, –
Vas, règne le raja de tous les hommes, mais garde
Ton cœur bon et pur!»

Alors le raja Rasalu fut consolé, et a commencé à se préparer pour la fortune. Il prit avec lui son cheval Bhaunr et son perroquet, qui avaient tous deux vécu avec lui depuis qu’il est né.

Donc, ils ont fait une belle compagnie, et la reine Lona, quand elle les a vu en allant, les regardait de sa fenêtre jusqu’à ce qu’elle ne voyait rien, mais un nuage de poussière à l’horizon; puis elle baissa la tête sur ses mains et pleura, en disant:

«Oh! fils qui n’a réjoui jamais mes yeux,
Que ton nuage va surgir,
Obscurant la lumière du soleil et noircirant la journée;
Pour la mère dont le fils est parti
Ç’est la poussière!»

Rasalu avait commencé à jouer chaupur avec le raja Sarkap. Et comme il était en chemin il y eut une violente tempête de tonnerre et d’éclairs, de sorte qu’il a cherché refuge, et en trouvant aucune is s’a sauvé dans un vieux cimetière, où un cadavre décapité gisait sur le sol. Si solitaire est-ce que même le cadavre semblait une compagnie, et Rasalu, assis à côté de lui, a dit:

«Il n’y a personne ici, ni loin, ni de près,
Que ce cadavre essoufflé si froid et sombre;
Est-ce que Dieu, voulait-Il le ressusciter,
Pour être moins seul et pour lui parler».

Et immédiatement le cadavre décapité se leva et était assis à côté du raja Rasalu. Et lui, pas de tout étonné, lui dit:

«La tempête bat féroce et fort,
Les nuages montent épais dans l’ouest;
Qu’a-tu donc grave et linceul,
Oh cadavre! que tu ne peux pas reposer?»

Alors le corps décapité a répondu:

«Sur la terre, j’étais comme toi,
Mon turban de travers comme un raja,
Ma tête avec le plus haut, je crois,
Avoir mon plaisir et mon aventure,
En luttant contre mes ennemis comme un brave,
En vivant ma vie avec une balançoire.
Et, maintenant, je suis mort,
Péchés, lourds comme le plomb,
Me donnera pas de repos dans ma tombe!»

Donc, la nuit est passé, sombre et lugubre, tandis que Rasalu été assis dans le cimetière et a parlé au cadavre décapité. Maintenant, quand le matin se brisa et Rasalu dit qu’il doit continuer son voyage, le corps décapité lui a demandé où il allait, et quand il a dit «jouer chaupur avec le raja Sarkap,» le cadavre le pria de renoncer à l’idée disant: «Je suis frère du raja Sarkap, et je sais ses voies. Chaque jour, avant le petit déjeuner, il coupe les têtes de deux ou trois hommes, juste pour se distraire. Un jour, personne d’autre était accessible, alors il coupa le mien, et il sûrement va couper la vôtre sur un prétexte ou un autre. Toutefois, si vous êtes déterminé à aller jouer chaupur avec lui, prendre quelques-uns des os de ce cimetière, et faites vos dés d’eux, ainsi les dés enchantés avec laquelle mon frère jeux vont perdre leur vertu. Sinon, il va gagner toujours.»

Donc Rasalu a pris quelques-uns des os qui traînent et les a façonné en dés, et ceux-ci il a mis dans sa poche. Alors, il dit adieu au cadavre décapité, et continua son chemin à jouer chaupur avec le raja.

Maintenant, comme Raja Rasalu, tendre et forte, a voyagé le long de jouer chaupur avec le roi, il est venu à une forêt en feu, et une voix se leva du feu en disant: «Oh, voyageur! Pour l’amour de Dieu sauvez-moi du feu!»

Alors le prince se tourna vers la forêt en feu, et voici! la voix était la voix d’un petit grillon. Néanmoins, Rasalu, tendre et forte, lui arracha du feu et le mettre en liberté. Puis la petite créature, pleine de gratitude, a sorti un de ses antennes, et en lui donnant à son sauveur, a dit: «Gardez ceci, et si jamais vous être en difficulté, le mettre dans le feu, et instantanément je vais venir à votre aide.»

Le prince sourit, en disant: «Quelle aide pouvez-vous me donner?» Néanmoins, il a gardé les cheveux et continua son chemin.

Maintenant, quand il a atteint la ville du roi Sarkap, soixante-dix jeunes filles, filles du roi, est venu à sa rencontre, soixante-dix belles damoiselles, joyeux et insouciants, pleins de sourires et de rires; mais, le plus jeune de tous, quand elle a vu le brave jeune prince à cheval sur le Bhaunr irakienne, en allant gaiement à sa perte, a été rempli de pitié, et appelé à lui en disant:

«Beau prince, sur ce cheval si gris,
Tournez-vous de retour! tournez-vous de retour!
Ou abaisser ta lance pour le combat;
Ta tête sera perdu aujourd’hui!
Aimez-vous la vie? alors, étranger, je vous en prie,
Tournez-vous de retour! tournez-vous de retour!»

Mais lui, en souriant à la jeune fille, répondit doucement:

« Belle jeune fille, je viens de loin,
Assermentée conquérant dans l’amour et la guerre!
Le roi Sarkap va regretter ma venue,
Je vais cuper sa tête en quatre morceaux
Puis  je vais rouler comme un époux,
Avec vous, petite fille, comme mon épouse!»

Maintenant, quand Rasalu répondit si galamment, la jeune fille a regardé dans son visage, et a vu comment il était beau, et courageux et fort, elle incontinent est tombé en amour avec lui, et serait heureux de l’avoir suivi à travers le monde.

Mais les soixante-neuf autres jeunes filles, êtant jaloux, ri dédaigneusement à elle, en disant: «Pas si vite, oh vaillant guerrier! Si vous souhaitez épouser notre sœur, vous devez d’abord faire notre appel d’offres, pour vous serez notre jeune frère.»

«Belles sœurs!» dit Rasalu gaîment, «donnez-moi ma tâche et je vais l’accomplir.»

Alors, les soixante-neuf jeunes filles ont mélangés cent-poids de semences de mil avec cent-poids de sable, et en donnant à Rasalu, lui ordonna de séparer la graine du sable.

Puis il se souvint du grillon, et en tirant l’antenne de sa poche, l’a poussée dans le feu. Et tout de suite il y avait un bruit vrombissant dans l’air, et un grand vol de grillons descendu de près de lui, et parmi eux le grillon dont la vie il avait sauvé.

Puis Rasalu dit: «Séparer le grain de millet du sable.»

«Est-ce tout?» dit le grillon; «Si j’avais su que ç’est un petit travail que vous vouliez que je fasse, je ne serais pas assemblé tant de mes frères.»

Avec ça le vol des grillons se mettent au travail, et dans une nuit ils ont séparè la graine du sable.

Maintenant, quand les soixante-neuf belles jeunes filles, les filles du roi, ont vu que Rasalu avait accompli sa tâche, ils lui ont mis une autre, lui ordonnant de les balancer tous, un par un, dans leurs balançoires, jusqu’à ce qu’elles seront fatigués.

Après quoi il se mit à rire, en disant: «Il y a soixante-dix d’entre vous, en comptant aussi ma petit mariée là-bas, et je ne vais pas passer ma vie en balançant des filles! Parce que, au moment où je vais balancer chacun d’entre vous, la première voudra une autre! Non! si vous voulez vous balancer, entrer, tous les soixante-dix d’entre vous, en un seul coup, et puis je vais voir ce qui peut être fait.»

Ainsi, les soixante-dix jeunes filles montèrent dans une balançoire, et Raja Rasalu, debout dans son armure étincelante, a attaché les cordes à son puissant arc, et le tirèrent jusqu’à son maximum plié. Puis il les laissa aller, et comme une flèche la balançoire a volé en l’air, avec sa charge de soixante-dix belles filles, joyeux et insouciants, pleins de sourires et de rires.

Mais comme il a balancé à nouveau en arrière, Rasalu, debout dans son armure étincelante, tira son épée tranchante et coupé les cordes. Ensuite, les soixante-dix belles filles ont tombé au sol tête baissée; et certains étaient meurtris et certains cassé, mais le seul qui est sorti indemne était la jeune fille qui aimait Rasalu, car elle est tombée dernière, sur le dessus des autres, et ainsi ella a souffert aucun mal.

Après cela, Rasalu a avansé quinze pas, jusqu’à ce qu’il est venu aux soixante-dix batteries, que tout le monde qui est venu jouer chaupur avec le roi a dû battre à son tour; et il les battait si fort que il les rompit. Puis il est venu à soixante-dix gongs, tout de suite, et il les a martelé si fort qu’ils ont été fissurés en morceaux.

Voyant cela, le plus jeune princesse, qui était le seul qui pouvait courir, a fui à son père le roi dans une grande frayeur, en disant:

«Un puissant prince, Sarkap! il fait des ravages, monte le long,
Il nous a balancé, soixante-dix belles jeunes filles, et nous a jeté tête baissée;
Il a brisé les tambours que vous avez placé là et aussi les gongs dans son orgueil,
Bien sûr, il va vous tuer, mon père, et me prendre pour son épouse!»

Mais le roi Sarkap répondit dédaigneusement:

«Stupide jeune fille, tes paroles font beaucoup
D’une très petite affaire;
Par crainte de ma valeur, je sais,
Son armure sera claquer.
Dès que j’ai mangé mon pain
Je vais aller de l’avant et lui couper la tête!»

Malgré ces paroles courageuses et vantard, il avait en réalité très peur, ayant entendu parler de la renommée de Rasalu. Et en apprenant qu’il est arrêté à la maison d’une vieille femme dans la ville, jusqu’à l’heure pour jouer chaupur est arrivé, Sarkap a envoyé des esclaves pour lui avec des plateaux de friandises et de fruits, comme pour un invité d’honneur. Mais la nourriture a été empoisonné.

Maintenant, quand les esclaves ont amenés les plateaux à Raja Rasalu, il se leva fièrement, en disant: «Allez, dites à votre maître, j’ai rien à faire avec lui dans l’amitié. Je suis son ennemi juré, et je mange pas de son sel!»

Ce disant, il a jeté les bonbons à chien du Raja Sarkap, qui avait suivi l’esclave, et voilà! le chien est mort.

Puis Rasalu fut très irrité, et dit avec amertume, «Retournez à Sarkap, esclaves! Et lui dire que Rasalu juge aucun acte de bravoure pour tuer même un ennemi par la trahison.»

Maintenant, le soir venu, Raja Rasalu sortit pour jouer chaupur avec le roi Sarkap, et comme il passait des fours de quelques potiers il a vu un chat errant sans relâche; il a donc demandé pourqoi est-il souffrant, pour ne pas arrêter, et il a répondu: «Mes chatons sont dans un pot non cuite dans le là-bas du four Il vient d’être mis le feu, et mes enfants seront cuits vivants;. donc je ne peux pas me reposer!»

Ses paroles ont déplacé le coeur du Raja Rasalu, et, allant au potier, il lui a demandé de vendre le four comme il était; mais le potier a répondu qu’il ne pouvait pas se contenter d’un prix équitable jusqu’à ce que les pots ont été brûlés, comme il ne pouvait pas dire combien seraient sortis ensemble. Néanmoins, après quelques négociations, il consentit enfin à vendre le four, et Rasalu, après avoir fouillé tous les pots, restauré les chatons à leur mère, et elle, en reconnaissance sa miséricorde, lui a donné l’un d’eux, en disant: «Mettez dans votre poche, car il va vous aider lorsque vous êtes en difficulté.» Ainsi Raja Rasalu mis le chaton dans sa poche, et est allé jouer chaupur avec le roi.

Le raja RasaluMaintenant, avant de se mettre à jouer, Raja Sarkap fixé ses enjeux, – sur le premier jeu, son royaume; sur le second, la richesse du monde entier; et, le troisième, sa propre tête. Ainsi, de même, Raja Rasalu fixa ses enjeux, – sur le premier jeu, son armure; sur le second, son cheval; et, le troisième, sa propre tête.

Puis ils ont commencé à jouer, et il est tombé au sort de Rasalu à faire le premier pas. Maintenant, il, oubliant l’avertissement de l’homme mort, a joué avec les dés donnés par Raja Sarkap, en plus lequel Sarkap a lâché son fameux rat, Dhol Raja, et il a couru à peu près de la table, bouleversant les morceaux de chaupur à la sauvette, de sorte que Rasalu a perdu le premier jeu, et a renoncé à son armure étincelante.

Ensuite, le second jeu a commencé, et une fois de plus Dhol Raja, le rat, a bouleversé les morceaux; et Rasalu, perdant le jeu, a renoncé à son fidèle destrier. Alors Bhaunr, le cheval arabe, qui était près de lui, a trouvé la voix, et a crié à son maître,

    «Je suis né sur la mer, acheté avec beaucoup d’or;
Cher prince! croyez-moi maintenant comme autrefois.
Je vais vous porter loin de ces ruses-
Mon vol, tout non-éperonné, sera rapide comme un oiseau,
Pour des milliers et des milliers de miles!
Ou s’il faut vous pouvez rester; ici pour la prochain jeu que vous jouez,
Placez la main dans votre poche, je vous en prie!»

En entendant cela, Raja Sarkap fronça les sourcils, et ordonna à ses esclaves d’enlever Bhaunr, le cheval arabe, car il a donné conseils à ses maître dans le jeu. Maintenant, quand les esclaves sont venus pour diriger le cheval fidèle loin, Rasalu ne pouvait retenir ses larmes, en pensant au cours des longues années pendant lesquelles Bhaunr, le cheval arabe, avait été son compagnon. Mais le cheval cria de nouveau,

«Ne pleurez pas, cher prince, je ne mangerais pas mon pain
Des mains étranges, ni serais-je conduit chez une stalle étrange.
Prennez votre main droite, et placez-le comme je l’ai dit.»

Ces mots réveillèrent quelque souvenir dans l’esprit de Rasalu, et quand, juste à ce moment, le chaton dans sa poche a commencé à se débattre, il se souvint tout au sujet de la mise en garde, et les dés fabriqués à partir d’ossements de morts. Alors son cœur se leva une fois de plus, et il a appelé hardiment Raja Sarkap, «Laissez mon cheval et les armes ici pour le présent. Suffisamment de temps pour les enlever quand vous avez gagné ma tête!»

Maintenant, Raja Sarkap, voyant le comportement confiant de Rasalu, a commencé à avoir peur, et a ordonné à toutes les femmes de son palais pour sortir dans leur tenue vestimentaire la plus gai et restent debout devant Rasalu, afin de détourner son attention de la partie. Mais il n’a même jamais regardé, et tirant les dés de sa poche, dit à Sarkap, «Nous avons joué avec vos dés tout ce temps;. Maintenant nous allons jouer avec le mien.»

Ensuite, le chaton est allé et assis à la fenêtre par laquelle le rat Dhol Raja avait l’habitude de venir, et le jeu a commencé.

Après un certain temps, Sarkap, voyant que Raja Rasalu était gagnante, a appelé à son rat, mais quand Dhol Raja a vu le chaton il avait peur, et n’a pas aller plus loin. Alors Rasalu a gagné, et a repris l’armure. Ensuite, il a joué pour son cheval, et une fois de plus Raja Sarkap a appelé à son rat; mais Dhol Raja, voyant le chaton en surveillance, avait peur. Alors Rasalu a remporté le deuxième jeu, et a repris Bhaunr, le cheval arabe.

Puis Sarkap a apporté toute son habileté à porter sur le troisième et dernier jeu, en disant:

«Oh pièces moulées! favorisez-moi aujourd’hui!
En vérité ç’est un homme avec qui je joue.
Pas un petit risque – mais la vie et la mort est en jeu;
Comme Sarkap, donc faire, pour l’amour de Sarkap!»

Mais Rasalu répondit,

«Oh pièces moulées! favorisez-moi aujourd’hui!
En vérité ç’est un homme avec qui je joue.
Pas un petit risque – mais la vie et la mort est en jeu;
Comme le le ciel, donc faire, pour l’amour du ciel!»

Alors, ils ont commencé à jouer, tandis que les femmes se tenaient autour d’un cercle, et le chaton regardé Dhol Raja de la fenêtre. Puis Sarkap perdu, d’abord son royaume, la richesse du monde entier, et enfin sa tête.

A ce moment, un serviteur entra pour annoncer la naissance d’une fille au Raja Sarkap, et il, vaincu par malheur, dit: «Tuez-la à la fois! Car elle est née dans un mauvais moment, et a apporté malheur à son père!»

Mais Rasalu se leva dans son armure brillante, tendre et forte, en disant: «Pas comme ça, oh roi! Elle a fait aucun mal. Donnez-moi cet enfant à la femme; et si vous le vœu, par tout ce que vous maintenez sacré, jamais à nouveau à jouer chaupur pour la tête d’un autre, je vais épargner le vôtre maintenant!»

Puis Sarkap fit un voeu solennel de ne jamais jouer pour pour la tête d’un autre; et après ça il a pris une branche de mangue fraîche, et le nouveau-né, et les a placé sur un plat d’or leur a donnant à Rasalu.

Maintenant, comme il a quitté le palais, emportant avec lui le nouveau-né et la branche de mangue, il a rencontré un groupe de prisonniers, et ils lui cria,

«Vous êtes un faucon royal, oh Roi! Le reste
Mais timides oiseaux sauvages. Donne-nous notre demande, –
Desserrer ces chaînes, et vivre éternellement béni!»

Et Raja Rasalu écouta, et ordonna le roi Sarkap leur mise en liberté.

Puis il est allé aux Collines Murti, et a placé le bébé nouveau-né, Kokilan, dans un palais souterrain, et planté la branche de mangue à la porte, en disant: «En douze ans, le manguier fleurira, puis je reviendrai et marier Kokilan.»

Et après douze ans, le manguier a commencé à fleurir, et le Raja Rasalu épousa la princesse Kokilan, qu’il a gagné de Sarkap quand il a joué chaupur avec le roi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *