» » » » » » Le vent, les nuages et la neige

Le vent, les nuages et la neige

Posté dans : Contes 0

Le vent, les nuages et la neige

I

(1) Il était une fois une grande querelle entre les vents, les nuages et la neige. Et tout à coup, sans aucun avertissement, il y eut le rugissement furieux du tonnerre et les éclairs coupants de la foudre alors qu’il séparait les cieux.

Puis les vents du nord, les vents du sud, les vents d’est et les vents d’ouest se sont rassemblés mille et mille plus fort.

Et on ne voyait plus le soleil, car la terre était couverte d’une profonde noirceur dès la nuit. Les nuages se dirigeaient vers le casting, mais le vent les a tous renvoyés du côté ouest du ciel et finalement beaucoup de grêle et de neige ont été jetés à la terre.

Les nuages ont dit à la neige : « Pourquoi allez-vous sur terre ? Vous n’êtes pas recherché là-bas. Dans les terres chaudes du sud, vous n’êtes jamais les bienvenus. Vos gens seraient tués immédiatement s’ils y allaient. Même ici, vous n’êtes autorisé à rester que peu de temps. »

« Nous ne venons pas sur cette terre pour notre propre plaisir, » a répondu la neige. « C’était plus agréable où nous étions. Nous sommes venus sur terre pour aider ses habitants. »

À cela, les nuages ont froncé les sourcils jusqu’à ce que leurs visages soient devenus noirs et ils ont dit : « Nous ne pouvons pas croire cela. »

« C’est vrai, » a répondu la neige. « En été, vous verrez comme les gens pleurent pour la neige pressée. Ils paient trois sous pour une petite tasse d’eau que nous avons refroidie.

« Vous dites que nous ne sommes pas aimés dans les terres du sud, mais nous vous disons que les habitants des terres du sud envoient beaucoup de bœufs, de chevaux et d’hommes au nord pour trouver la neige,

« Ils nous emballent dans les entrepôts afin que nous puissions durer jusqu’au temps chaud et, lorsque la fièvre de l’été arrive, tout le monde a besoin de nous.

« Nous pensons que vous étudiez depuis longtemps ce grand besoin de l’homme et que les nuages s’inclinaient avec une moquerie méprisante.

« Nous faisons beaucoup de bonnes choses pour l’homme, » a poursuivi la neige. « Le tonnerre et les éclairs lui font beaucoup de mal et il les craint beaucoup ; mais le Créateur nous envoie pour le réconforter. La foudre disparaît de la terre pour un temps où vient la saison de notre apparition. »

« Vous devrez porter une couronne, » ont suggéré les nuages avec ricanement.

« Un roi qui en portait un – le vieux roi Dai-Sung – a dit un jour de nous : « Oh, neige, comme tu es belle. C’est bon pour les fleurs, bon pour l’herbe et bon pour les arbres que vous êtes ici. »

« Et il a dit aux rosiers, aux arbustes et aux arbres endormis : « Si vous voulez de la beauté au printemps, vous devez avoir notre ami la neige en hiver. »

« Il a posé doucement sa main sur le cou de ses chevaux et a dit : « De véritables aides qui sont pour moi des pieds et des jambes, il sera bientôt temps pour l’herbe verte d’apparaître. Vous en aurez beaucoup cette année, car nous avons eu une épaisse couche de neige cet hiver.

« Il fera bientôt chaud, mais je ne crains pas la chaleur, car j’ai beaucoup de neige dure, comprimée et emballée pour l’été. »

« Donc vous voyez que la neige est utile à l’homme. Nous aurions pu rester où nous étions dans le ciel et rester propres, et nous n’avions pas besoin de travailler dur pour voler jusqu’au sol.

« On n’entend jamais que les nuages fassent du bien, » a dit la neige.

« Le moment viendra où vous aurez fini de parler, » ont dit les nuages. « Ensuite, nous pouvons vous dire certaines choses. »

« Nous avons vu la grande montagne de Ti-San aujourd’hui, » a continué la neige, « et beaucoup d’enfants des nuages jouaient autour de son sommet, mais quel bien ont-ils fait ? Aucun.

« Un chasseur était à la recherche de bêtes sauvages et vos enfants étaient méchants et se couvraient les yeux pour qu’il ne puisse pas voir. Vous rappelez-vous comment il a grondé vos enfants et a dit : « Je n’aime pas ces jours nuageux et brumeux ? »

« Une fois que le général San Chi a conduit ses soldats à se battre contre l’ennemi de sa nation, il est sorti une nuit pour savoir combien d’ennemis pouvaient être vus.

« La lune et les étoiles ont essayé de l’aider, mais vous êtes venu les couvrir et il faisait si noir qu’il s’est égaré. Ensuite, l’ennemi a pris son cheval et son fusil et il a failli perdre la vie.

« Il s’est caché dans une grotte et a dit : « Ces nuages ont causé ma mort, je le crains. » Il resta étendu dans l’obscurité de la caverne jusqu’à ce que le matin vienne et il put voir comment se retrouver. Nous ne voyons pas pourquoi le Créateur a créé des nuages qui traînent dans le ciel du nord au sud et d’est en ouest, dit la neige avec colère. »

II

Juste à ce moment, l’avocat des nuages, le vent, est venu les défendre. « Qui grondez-vous ? » Il a demandé.

« Vous pensez que le Créateur aurait dû faire de la neige le roi d’un monde, je suppose, et qu’il n’y a pas de place ou d’utilisation pour les nuages.

« Vous parlez tellement que nous ne pouvons trouver l’occasion de dire en quoi nous sommes bons. Vous n’êtes pas le seul assistant de l’homme et des choses qui poussent en plein été.

« Vous souvenez-vous quand le grand général Dhi-Sing a conduit cinq mille soldats au combat ? Ils ont parcouru des montagnes et des endroits sauvages jusqu’à ce qu’ils soient fatigués.

« Ils trouvèrent de l’eau à boire près de la montagne de la mine d’or et s’arrêtèrent là pour se reposer ; mais il n’y avait pas d’arbres ou de choses qui poussaient sur cette montagne et ils ne pouvaient trouver aucune ombre.

« Le soleil a envoyé une chaleur intense et ils ont souffert pour ne pas pouvoir se reposer. Puis ils levèrent les yeux au ciel et, criant angoisse, « Oh, soleil, pourquoi brille-t-il si chaud aujourd’hui ? »

« Puis ils ont regardé vers l’est et ont vu notre frère, le nuage, commencer à apparaître.

« Pourquoi ne venez pas vers nous et ne couvrez pas le soleil pour que nous puissions avoir de l’ombre et nous reposer ? » ils ont plaidé de la nuée ; et ainsi notre frère est venu et s’est tenu entre la terre et le soleil.

« Oh, c’est du repos, du repos », ont déclaré les soldats avec un grand soulagement. « Nous souhaitons que le nuage nous protège toujours du feu brûlant du soleil. »

« Et non seulement les soldats, mais tous les agriculteurs et les bûcherons nous demandent de les aider au moment où le soleil s’approche.

« Pouvez-vous faire seulement cette chose ? » demanda froidement la neige.

« Qui porte la pluie et la neige dans le ciel ? » a demandé le vent.

« Je vous dis qu’il n’y aurait pas de pluie ni de neige sans l’aide du vent et des nuages.

« Vous savez bien que la pluie provient de l’eau de mer.

« Un jour, l’eau a dit au nuage : « Ami, j’aimerais voyager dans les airs, mais je n’ai pas d’ailes et je ne peux pas voler. Mon corps est si lourd que je ne peux pas le déplacer et je ne m’attends jamais à faire ce voyage à moins que vous, mon ami, aidez-moi. »

« Nous avons donc soulevé l’eau et l’avons aidée étape par étape jusqu’à la faire flotter dans les airs. Nos premiers nuages étaient très clairs, mais après avoir parcouru cinq ou six milles dans le ciel, notre visage a viré au gris et, après un millier de kilomètres, notre visage est devenu noir et les agriculteurs nous ont dit : « Nous aurons bientôt de la pluie. »

« Savez-vous pourquoi les visages des nuages deviennent noirs ? » a demandé le vent.

« La colère rend les choses noires, » a dit la neige, « mais pourquoi devrions-nous savoir, pour nous-mêmes, nous ne changeons pas de couleur. »

« C’est parce qu’une grande force était mise en œuvre pour voyager dans le ciel, » a argumenté le vent, « car les gouttes d’eau disaient bientôt : « Nous sommes fatigués et voulons retourner sur Terre. »

« Puis nous avons dit à l’eau : « Les gens de la terre ont besoin de toi et tout ce qui grandit a besoin de toi. C’est bien que tu partes. »

« Et à l’endroit où ces eaux sont tombées, il ne pleuvait pas depuis trois ans.

« Le roi avait plié mille fois devant notre père et notre mère et s’était écrié : « Oh, pluie nuage, pourquoi tardes-tu à venir ? »

« Nous avons entendu le cri du roi de la Terre et cette nuit-là, la mère des nuages nous a dit : « Mes enfants, vous devez descendre sur terre et aider ses habitants, sinon ils périront. » Nous avons donc appelé tous nos frères et sœurs à partir en même temps. Nous sommes allés sur terre et avons sauvé un million et un million de vies.

« Le plus grand tort que vous avez fait est d’oublier qui vous a aidé lorsque vous étiez dans le besoin, » a poursuivi le vent.

« Vous souvenez-vous avoir déjà vécu dans l’océan, une rivière ou un lac ? A cette époque, je pensais que vous n’étiez pas bien aimé. Dans la mer, vous apparteniez à la classe la plus basse et travailliez fort, jour et nuit.

« Lorsque le vent soufflait et vous provoquait des vagues, vous criez toujours d’une voix forte, « Muh; Muh; Spsh; Sph -s -s. »

« Vous étiez inquiet et malheureux, et vous avez essayé et tenté de vous échapper de cet endroit, et la mère des nuages vous a fait pitié.

« Elle a dit : « Je suis vraiment désolée. Nous allons les amener ici avec nous, » et elle a demandé l’aide du soleil pour le faire.

« Pendant un jour et un jour, une nuit et une nuit, vous avez été transporté jusqu’à la première section. Mais vous n’étiez pas satisfait alors, et vous avez été emmené à des sièges très élevés.

« Vous voulez les meilleurs endroits et vous ne travaillez pas à moins que les vents ne vous poussent et que les nuages ne vous emportent Nous vous avons donc emmené dans les hauteurs où nous vivions et nous nous sommes bien amusés.

« Maintenant, vous avez oublié tout cela. Qui vous a aidé ? Qui voua a fait pur ? » Mais la neige n’a pas répondu.

Enfin, la neige a dit : « Oui, notre famille est issue des rivières et des mers. Nous avions oublié. Si seulement nous avions pensé, nous aurions été plus reconnaissants. »

Le soleil était juge et il a dit : « Nous décidons de cette affaire en faveur du vent et des nuages. »

(1) Cette histoire a été racontée à son peuple par ce brave homme Mong-Fu-Tsi (dialecte de Canton), qui a vécu environ cinq cents ans plus tard que Confucius.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *