Home » Articole » FR » Art » Littérature » Mythes de la nature » LE VISAGE DU MANITOU

LE VISAGE DU MANITOU

Posté dans : Mythes de la nature 0

Manitou

Il y a de nombreuses années, le manitou des Indiens vivait au soleil. Tous les matins, les sages de la tribu montaient au sommet d’une montagne, et, comme le soleil se levait à l’orient, ils chantaient: «Nous te louons, ô soleil, de toi vient le feu et la lumière. à nous.»

Après les jours chauds de l’été, le soleil était si brillant que les Indiens dirent à leurs sages: «Quand vous allez au sommet de la montagne, demandez au manitou de nous montrer son visage dans une lumière plus douce et plus gentile.»

Alors les sages vinrent au sommet de la montagne, et voici ce qu’ils disaient: «O grand manitou, nous ne sommes que des enfants avant toi, et nous n’avons pas le pouvoir de porter la clarté de ta face. Regardez vers le bas sur nous ici avec une lumière plus douce et plus gentile, que nous puissions vous regarder et vous montrer tout l’amour et tout l’honneur.»

Le soleil brillait lentement vers le sud. Les gens craignaient que le manitou ne fût en colère contre eux, mais quand la lune s’est levée ils ne sont plus tristes, car de la lune le visage aimant du manitou les regardait.

Nuit après nuit les gens regardaient le visage doux, mais enfin une nuit vint quand la lune n’a pas été vue dans le ciel. Les sages sont allés avec tristesse au sommet de la montagne. «O manito, ont dit-ils, nous ne sommes jamais heureux quand nous ne pouvons pas vous regarder. Voulez-vous ne le montrer pas à vos enfants?»

La lune ne se lève pas, et le peuple est triste, mais quand le matin est venu, il y avait le visage aimant du manitou montrant clairement dans les rochers au sommet de la montagne.

Encore ils étaient heureux, mais quand les nuages sombres cachaient le visage doux, les sages se sont mis au pied de la montagne et ont appelé tristement, «O manito, nous ne pouvons plus voir votre visage.»

Les nuages s’obscurcissaient et tombaient comme un manteau sur la montagne, les arbres tremblaient dans le vent, la foudre fourchue traversait le ciel, et le tonnerre appelait à haute voix.

«C’est la colère du manito,» s’écrièrent les gens. «Les cieux tombent,» murmurent-ils, et ils se cachèrent le visage dans la crainte.

Le matin venu, la tempête avait disparu, et le ciel était clair. Tremblant, le peuple leva les yeux vers le sommet de la montagne pour le visage du manitou. Ce n’était pas là, mais après avoir longtemps regardé dans la douleur, un homme sage a crié, «Il est là, où aucun nuage ne nous le cachera.» Dans l’orage, les rochers étaient tombés du sommet de la montagne. Ils étaient à mi-chemin de la montagne, et on y voyait le visage du manitou.

Alors le peuple s’écria: «Louange au bon manitou, sa face aimante nous regardera de l’autre côté de la montagne pour toujours.»

Pendant longtemps, tout alla bien, mais enfin il y eut des ennuis, car on apprit qu’une grande tribu était sur le chemin de la guerre pour venir les tuer. «Aidez-nous, cher manitou,» s’écrièrent-ils, mais sans aide. Les guerriers s’approchèrent de plus en plus. Leur cri de guerre fut entendu: «O manitou, appela le peuple, aidez-nous, aidez-nous!» Une voix de la montagne répondit: «Mes enfants, n’ayez pas peur.» Le cri de guerre était encore, et quand le peuple regardait, pour les guerriers, ils étaient nulle part vu. Le peuple regarda tout autour, et enfin un des sages cria: «Voilà, ils sont là!»

Ils étaient au pied de la montagne, mais le peuple ne les craignait plus, car maintenant ils n’étaient pas des guerriers mais des rochers. Pour éviter de nuire à ceux qu’il aimait, le manitou avait fait des guerriers en pierre. Ils se tenaient au pied de la montagne, et aujourd’hui, si vous alliez dans ce pays lointain, vous pouviez voir les rochers qui étaient autrefois des guerriers, et au-dessus d’eux, à mi-hauteur de la montagne, on pouvait voir le visage du manitou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *