Home » Articole » FR » Art » Littérature » Mythes de la nature » L’HISTOIRE DES PREMIÈRES PERLES

L’HISTOIRE DES PREMIÈRES PERLES

Posté dans : Mythes de la nature 0

Perles

Il y avait une fois un homme appelé Runoia, et quand il marchait le long des chemins de la forêt, les enfants disaient timidement les uns aux autres: «Regardez, il ya l’homme qui entend toujours la musique.»

C’était vraiment vrai que partout où il allait il pouvait entendre une musique douce. Il y a certaines sortes de musique que chacun peut entendre, mais Runoia entendait des sons doux que les autres nentendaient pas. Quand les lys chantaient le chant du soir aux étoiles, il pouvait l’entendre, et quand l’arbre-mère murmura «Bonne nuit» aux petites feuilles vertes, il entendait la musique de son murmure, bien que les autres hommes n’entendaient pas un son.

Il était désolé pour ces autres hommes, et il se disait: «Je ferai une harpe, et même s’ils n’entendent pas toutes sortes de musique, ils entendront la douce voix de la harpe.»

Ce devait être une harpe magique, car si quelqu’un d’autre la touchait, on n’entendait aucun son, mais quand Runoia touchait les cordes, les arbres se penchaient en bas pour écouter, les petites fleurs s’échappaient timidement et même le vent devenait silencieux. Toutes sortes de bêtes et d’oiseaux l’entouraient comme il chantait, et le soleil et la lune se tenaient dans les cieux pour entendre la musique merveilleuse. Toutes ces belles choses se passaient chaque fois que Runoia touchait les cordes.

Parfois, la musique de Runoia était triste. Alors le soleil et la lune cachaient leurs visages derrière les nuages, le vent chantait tristement, et les lis se penchaient sous leurs fleurs blanches comme la neige.

Un jour, Runoia a parcouru le lointain jusqu’à ce qu’il vienne aux rives de la grande mer. Le soleil s’était couché, les ténèbres cachaient le ciel et l’eau, pas une étoile n’était à voir. On n’entendait pas un bruit, mais le gémissement de la mer. Aucun ami n’était proche. «Je n’ai pas d’amis,» dit-il. Il posa la main sur sa harpe, et d’eux-mêmes les cordes donnèrent de doux sons, d’abord doucement et timidement. Puis les sons se firent plus forts, et bientôt le monde fut plein de musique, comme Runoia n’avait jamais entendu auparavant, car c’était la musique des dieux. «C’est vrai,» se dit-il doucement. «Ma harpe me donne de la musique pour chasser ma tristesse.»

Il écoutait, et la harpe chantait de plus en plus doucement. «Celui qui a une harpe a un seul ami: celui qui aime la musique est aimé par les dieux», ainsi la harpe lui chantait.

Des larmes entrèrent dans les yeux de Runoia, mais elles étaient des larmes de bonheur, non de tristesse, car il n’était plus seul. Une voix douce appela: «Runoia, viens à la maison des dieux.»

Comme l’obscurité tombait sur la mer, les amis de Runoia allaient le chercher. Il était parti, mais là où il avait écouté joyeusement la musique des dieux, sur la belle plage de sable blanc se trouvait la harpe, et tout autour il y avait de belles perles, brillant doucement au clair de lune, car chaque larme de bonheur était maintenant perle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *