Home » Articole » FR » Art » Littérature » Mythes de la nature » L’HISTOIRE DU PREMIER COLIBRI

L’HISTOIRE DU PREMIER COLIBRI

Posté dans : Mythes de la nature 0

COLIBRIPARTIE I. LA GRANDE MONTAGNE DE FEU

Il y a très longtemps, quand la terre était très jeune, deux chasseurs se déplaçaient à travers la forêt. Ils avaient été sur la piste d’un cerf pendant plusieurs jours, et ils étaient maintenant loin du village où ils vivaient. Le soleil se coucha et la nuit vint. Il était sombre et lugubre, mais sur le ciel de l’ouest il est venu une lumière brillante.

«Il est la lune,» dit l’un.

«Non», dit l’autre. «Nous avons vu un grand nombre des nuit pour voir la lune grand et ronde se levant dessus des arbres. Cela n‘est pas la lune. Est-ce les aurores boréales?»

«Non, les aurores boréales ne sont pas comme cela, et ce ne sont pas une comète. Que peut-il être?»

Il est pas étonnant que les chasseurs avaient peur, car les flammes évasaient rouge sur le ciel comme un wigwam sur le feu. Une fumée épais, bleue, flottait au-dessus des flammes et cacha les étoiles brillantes.

«Est-ce que les flammes et la fumée proviennent du wigwam du Grand Esprit?» demanda l’un.

«Je crains qu’il est en colère avec ses enfants, et que les flammes sont ses brûlent armes de guerre,» murmura l’autre. Pas de sommeil est venu à leurs yeux. Toute la nuit, ils regardait et se demandait, et attendait dans la terreur pour le matin.

Le matin venu, les deux chasseurs étaient encore à regarder le ciel. Peu à peu, ils ont vu qu’il y avait une haute montagne à l’ouest où la lumière avait été, et au-dessus de la montagne flottait une fumée bleu foncé. «Viens,» dit l’un, «nous allons voir ce qu’il est.»

Ils marchaient et marchaient jusqu’à ce qu’ils arrivent près de la montagne, puis ils ont vu le feu brillant à travers les coutures des rochers. «Il est une montagne de feu», on chuchota. «Allons-nous continuer?» «Nous allons,» dit l’autre, et ils sont allés plus haut dans la montagne. Enfin, ils se tinrent sur son point culminant. «Maintenant, nous savons le secret,» crièrent-ils. «Nos gens seront heureux quand ils entendront ça.»

Rapidement, ils sont rentrés chez eux à travers la forêt à leur propre village. «Nous avons trouvé une merveille,» crièrent-ils. «Nous avons trouvé la maison de l’Esprit de Feu. Nous savons où elle garde ses flammes pour aider le Grand Esprit et ses enfants. Il est une montagne de feu. La fumée bleue monte au-dessus nuit et jour, pour son coeur est une mer de feu, et sur la mer les flammes rouges sautent et dansent. Venez avec nous à la magnifique montagne de feu.»

Les gens du village avaient été froid dans les nuits d’hiver, et ils criaient: «O nos frères, vos paroles sont bonnes. Nous allons passer nos loges au pied de la montagne magique. Nous pouvons allumer nos feux de wigwam de ses flammes, et nous ne craindrons pas que nous périront dans les longues nuits froides de l’hiver.»

Ainsi, les indiens sont allés vivre au pied du feu-montagne, et quand les nuits froides sont venus, ils ont dit, «Nous n‘avons pas froid, car l’Esprit de Feu est notre bon ami, et elle garde les gens de périr.»

PARTIE II. LA GAMBADE DES FLAMMES

Beaucoup de temps les gens du village vivaient au pied de la grande montagne de feu. Les soirs d’été, les enfants regardaient la lumière, et quand un enfant a demandé: «Père, qu’est qui le rend?» le père a dit: «Ç’est la maison du Grand Esprit de Feu, qui est notre bon ami.» Puis tout dans le petit village est allé dormir et poser en toute sécurité sur leurs lits jusqu’à la venue du matin.

Mais une nuit, quand tous les gens du village étaient endormis, les flammes dans la montagne avait une grand gambade. Ils ont dansé sur la mer de feu en tant que les guerriers dansent la danse de guerre. Ils ont saisi de grandes roches et les ont jeté au ciel. La fumée au-dessus cacha les étoiles; la montagne palpitait et tremblait. De plus en plus haut encore jailli les flammes dansantes. Enfin, ils sautaient clair au-dessus du point culminant de la montagne et ont commencé à descendre dans une rivière de feu rouge. Alors l’Esprit de Feu doux a appelé, «Revenez, mes flammes, revenez! Les gens du village ne savent pas que vous êtes dans un ébat, et ils vont avoir peur.»

Les flammes ne tiennent pas compte de ses paroles, et la rivière de feu a couru sans arrêt, vers le bas de la montagne. Les fleurs dans sa voie péri. Il sauta sur des grands arbres et les portait à la terre. Il chassa les oiseaux de leurs nids, et ils voletait dans la fumée épaisse. Il chassait les créatures sauvages de la forêt des fourrés où ils se cachaient, et ils ont fui devant elle dans la terreur.

Enfin, l’un des guerriers du village se réveilla. La fumée épaisse était dans ses narines. Dans ses oreilles était le cri de guerre des flammes. Il bondit à la porte de sa loge et vit la rivière de feu en sautant en bas de la montagne. «Mon peuple, mon peuple», dit-il, «les flammes sont près de nous!» Avec des cris de peur les gens du village ont fui loin dans la forêt, et les flammes se sont régalés sur les maisons qu’ils aimaient.

Les deux chasseurs sont allés chercher sur la montagne, et quand ils sont revenus, ils ont dit tristement: «Il n’y a pas de fleurs sur la montagne. Nous entendons pas un chant d’oiseau. Nous voyons pas une créature vivante. Il est tout noir et sombre. Nous savons que le feu est là, car la fumée bleue flotte encore vers le ciel, mais la montagne ne sera plus jamais notre ami.»

PARTIE III. L’OISEAU DE LA FLAMME

Lorsque le Grand Esprit a vu le travail des flammes, il a été très en colère. «Les feux de cette montagne doivent périr,» dit-il. «Ses flammes rouges n’auront plus à éclairer le ciel de minuit.»

La montagne tremblait de peur des paroles en colère du Grand Esprit. «O père de tout feu et de la lumière», cria l’Esprit de Feu, «Je sais que les flammes ont été cruels. Ils ont tué les belles fleurs et a conduit vos enfants de leur foyer, mais pour beaucoup de temps elles ont tenu compte de mes paroles et ont été bonnes et douces. Ils ont conduit le gel et le froid de l’hiver des wigwams du village. Les petits enfants riaient de voir leur lumière rouge dans le ciel. Les cœurs de ton peuple sera triste, si les flammes doivent périr de la terre.»

Le Grand Esprit a écouté les paroles doux de l’Esprit de Feu, mais il a répondu: «Les feux doivent périr. Ils ont été cruels envers mon peuple, et les petits enfants craindront d’eux maintenant. Mais parce que les enfants, une fois aimaient les belles couleurs des flammes, elles doivent encore vivre pour faire plaisir au cœur de tous ceux qui les regardent.»

Puis le Grand Esprit a frappé la montagne avec son arme magique de guerre. La fumée au-dessus disparu; ses feux ont augmenté froid et mort. Dans son coeur sombre et lugubre une seule petite flamme tremblait encore. Il ressemblait à une étoile. Comment il était beau!

Le Grand Esprit regarda la petite flamme. Il a vu qu’il était beau et doux, et il l’aimait. «Les feux de la montagne doit périr,» dit-il, «mais vous, petit et douce flamme, doivent avoir des ailes et voler loin des feux cruels, et tous mes enfants vous aimeront comme je le fais.» Rapidement la petite chose a rosé au-dessus de la montagne et a volé loin dans le soleil. La lumière des flammes était encore sur sa tête; leurs couleurs merveilleuses étaient sur ses ailes.

Donc, à partir du cœur de la montagne de feu jaillit le premier colibri. Il est l’oiseau de feu, car il a toute la beauté des couleurs de la flamme, mais il est doux, et chaque enfant dans toute le monde aime et est heureux de le voir flotter sur les fleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *