Home » Articole » FR » Société » Philosophie » Métaphysique

Métaphysique

Posté dans : Philosophie 0

La métaphysique est une branche de la philosophie explorant les questions fondamentales, y compris la nature des concepts tels que l’être, l’existence et la réalité. Il a deux branches – la cosmologie et l’ontologie. La métaphysique traditionnelle cherche à répondre, «d’une manière suffisamment abstraite et générale», aux questions

  1. Qu’y a-t-il là?
  2. Et à quoi ressemble-t-il?

Les sujets de la recherche métaphysique comprennent l’existence, les objets et leurs propriétés, l’espace et le temps, la cause et l’effet, et la possibilité. Une branche centrale de la métaphysique est l’ontologie, la recherche sur les catégories fondamentales de l’être et sur la manière dont elles se rapportent les unes aux autres.

Il y a deux grandes conceptions sur ce que le «monde» est étudié par la métaphysique. La vue forte et classique suppose que les objets étudiés par la métaphysique existent indépendamment de tout observateur, de sorte que le sujet est la plus fondamentale de toutes les sciences. La vision moderne suppose que les objets étudiés par la métaphysique existent dans l’esprit d’un observateur, de sorte que le sujet devient une forme d’introspection et d’analyse conceptuelle. Certains philosophes, notamment Kant, parlent de ces deux «mondes» et de ce que l’on peut en déduire.

Certains philosophes, tels que les positivistes logiques, et la plupart des scientifiques rejettent le sujet entier de la métaphysique comme insignifiant et invérifiable, tandis que d’autres sont en désaccord et pensent qu’il est légitime.

Étymologie

Le mot « métaphysique » dérive des mots grecs μετά (metá, «au-delà», «sur» ou «après») et φυσικά (physiká, «physique»). Il a d’abord été utilisé comme titre pour plusieurs œuvres d’Aristote, parce qu’elles étaient généralement anthologisées après les travaux sur la physique en éditions complètes. Le préfixe meta– («après») indique que ces travaux viennent «après» les chapitres sur la physique. Cependant, Aristote lui-même n’a pas appelé le sujet de ces livres la métaphysique: il l’a appelée «première philosophie». On pense que l’éditeur des œuvres d’Aristote, Andronicus de Rhodes, a placé les livres sur la première philosophie juste après un autre ouvrage, Physique, et les a appelés τὰ μετὰ τὰ φυσικὰ βιβλία (tà metà tà physikà biblía) ou «les livres [qui viennent] après les [livres sur] la physique». Ceci a été mal lu par les érudits latins, qui pensaient que cela signifiait «la science de ce qui est au-delà du physique».

Cependant, une fois le nom donné, les commentateurs ont cherché à trouver des raisons intrinsèques à sa pertinence. Par exemple, on entendait par là «la science du monde au-delà de la nature» (φύσις – phýsis en grec), c’est-à-dire la science de l’immatériel. Encore une fois, il était entendu que l’on se référait à l’ordre chronologique ou pédagogique de nos études philosophiques, de sorte que les «sciences métaphysiques» signifieraient «celles que nous étudions après avoir maîtrisé les sciences du monde physique» (Saint Thomas d’Aquin, Expositio in librum Boethii De Hebdomadibus, V, 1).

Une personne qui fait de la métaphysique s’appelle un métaphysicien.

Il y a un usage répandu du terme dans la littérature populaire courante qui reproduit cette compréhension, à savoir que la métaphysique équivaut au non physique: ainsi, la «guérison métaphysique» signifie la guérison au moyen de remèdes qui ne sont pas physiques.

Métaphysique en science

Avant l’histoire moderne de la science, les questions scientifiques ont été abordées comme une partie de la métaphysique connue sous le nom de philosophie naturelle. À l’origine, le terme «science» (latin scientia) signifiait simplement «connaissance». La méthode scientifique, cependant, a transformé la philosophie naturelle en une activité empirique dérivant de l’expérience, contrairement au reste de la philosophie. À la fin du 18ème siècle, il a commencé à s’appeler «science» pour le distinguer de la philosophie. Par la suite, la métaphysique a dénoté l’enquête philosophique d’un caractère non-empirique dans la nature de l’existence.

La métaphysique continue à se demander «pourquoi» là où la science s’arrête. Par exemple, toute théorie de la physique fondamentale est basée sur un ensemble d’axiomes, qui peuvent postuler l’existence d’entités telles que des atomes, des particules, des forces, des charges, des masses ou des champs. L’affirmation de tels postulats est considérée comme la «fin» d’une théorie scientifique. La métaphysique prend ces postulats et explore ce qu’ils entendent par concepts humains. Par exemple, toutes les théories de la physique exigent-elles l’existence de l’espace et du temps, des objets et des propriétés? Ou peuvent-ils être exprimés en utilisant seulement des objets, ou seulement des propriétés? Les objets doivent-ils conserver leur identité au fil du temps ou changent-ils? Si elles changent, sont-elles toujours le même objet? Les théories peuvent-elles être reformulées en convertissant des propriétés ou des prédicats (tels que «rouge») en entités (comme les champs de rougeur ou de rougeur). La distinction entre objets et propriétés est-elle fondamentale pour le monde physique ou pour notre perception de celui-ci?

De nombreux travaux récents ont été consacrés à l’analyse du rôle de la métaphysique dans la théorisation scientifique. Alexandre Koyré a dirigé ce mouvement, déclarant dans son livre Métaphysique et mesure: «Ce n’est pas en suivant l’expérience, mais en dépassant l’expérience, que l’esprit scientifique progresse.» Imre Lakatos a soutenu que toutes les théories scientifiques ont un «noyau dur» métaphysique essentiel pour la génération d’hypothèses et d’hypothèses théoriques. Ainsi, selon Lakatos, «les changements scientifiques sont liés à de vastes révolutions métaphysiques cataclysmiques».

Un exemple de la biologie de la thèse de Lakatos: David Hull a soutenu que les changements dans le statut ontologique du concept d’espèce ont joué un rôle central dans le développement de la pensée biologique d’Aristote à travers Cuvier, Lamarck et Darwin. L’ignorance de Darwin de la métaphysique a rendu plus difficile pour lui de répondre à ses critiques parce qu’il ne pouvait pas facilement saisir les manières dont leurs vues métaphysiques sous-jacentes différaient les siennes.

En physique, de nouvelles idées métaphysiques sont apparues en relation avec la mécanique quantique, où les particules subatomiques n’ont sans doute pas le même genre d’individualité que les données traditionnellement utilisées par la philosophie. De même, l’adhésion à une métaphysique déterministe face au défi posé par le principe d’incertitude quantique-mécanique a conduit des physiciens comme Albert Einstein à proposer des théories alternatives conservant le déterminisme. A. N. Whitehead est célèbre pour avoir créé une philosophie de processus métaphysique inspirée de l’électromagnétisme et de la relativité restreinte.

En chimie, Gilbert Newton Lewis a abordé la nature du mouvement, arguant qu’il ne faut pas dire qu’un électron se déplace lorsqu’il n’a aucune des propriétés du mouvement.

Katherine Hawley note que la métaphysique même d’une théorie scientifique largement acceptée peut être contestée si l’on peut soutenir que les présuppositions métaphysiques de la théorie ne contribuent pas à son succès prédictif.

Rejections de la métaphysique

Un certain nombre de personnes ont suggéré que beaucoup ou la totalité de la métaphysique devrait être rejetée. Au dix-huitième siècle, David Hume a pris une position extrême, en faisant valoir que toute connaissance authentique implique soit des mathématiques ou des faits et que la métaphysique, qui va au-delà, est sans valeur. Il conclut son Enquête sur la compréhension humaine avec la déclaration suivante:

«Si nous prenons dans notre main n’importe quel volume; de la divinité ou de la métaphysique scolaire, par exemple; posons-nous la question: contient-elle un raisonnement abstrait sur la quantité ou le nombre? Non. Contient-elle un raisonnement expérimental concernant la question de fait et d’existence? Non. Commettez-le donc aux flammes: car il ne peut contenir que du sophisme et de l’illusion.»

Trente-trois ans après l’apparition de l’Enquête de Hume, Emmanuel Kant publie sa Critique de la raison pure. Bien qu’il ait suivi Hume en rejetant une grande partie de la métaphysique précédente, il soutenait qu’il y avait encore de la place pour des connaissances synthétiques a priori, portant sur des questions de fait, mais pouvant être obtenues indépendamment de l’expérience. Ceux-ci incluaient des structures fondamentales de l’espace, du temps et de la causalité. Il a également plaidé pour la liberté de la volonté et l’existence des «choses en soi», les objets ultimes (mais inconnaissables) de l’expérience.

Wittgenstein a introduit le concept que la métaphysique pourrait être influencée par les théories de l’esthétique, via logique, vis. un monde composé de «faits atomiques».

Dans les années 1930, A. J. Ayer et Rudolf Carnap approuvèrent la position de Hume; Carnap a cité le passage ci-dessus. Ils ont soutenu que les déclarations métaphysiques ne sont ni vraies ni fausses, mais dénuées de sens puisque, selon leur théorie de la vérifiabilité de la signification, une déclaration n’a de sens que s’il y a des preuves empiriques pour ou contre. Ainsi, tandis qu’Ayer rejetait le monisme de Spinoza, il évitait un engagement au pluralisme, la position contraire, en considérant les deux points de vue comme étant sans signification. Carnap a pris une ligne similaire avec la controverse sur la réalité du monde extérieur. Cette école positiviste logique est maintenant généralement considérée comme ayant suivi son cours, AJ Ayer en particulier disant « c’était faux » lorsqu’on lui a demandé ce qui n’allait pas avec une interview télévisée.

Arguant contre de tels rejets, le philosophe scolastique Edward Feser a observé que la critique de Hume de la métaphysique, et en particulier de la fourchette de Hume, est «notoirement auto-réfutable». Feser soutient que la fourchette de Hume elle-même n’est pas une vérité conceptuelle et n’est pas empiriquement testable.

Certains philosophes vivants, comme Amie Thomasson, ont fait valoir que de nombreuses questions métaphysiques peuvent être dissoutes simplement en regardant la façon dont nous utilisons les mots; d’autres, comme Ted Sider, ont soutenu que les questions métaphysiques sont substantives et que nous pouvons progresser pour y répondre en comparant les théories selon un éventail de vertus théoriques inspirées par les sciences, telles que la simplicité et le pouvoir explicatif.

Traduit de Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *