Home » Articole » FR » Science » Psychologie » Intelligence émotionnelle » Modèles d’intelligence émotionnelle

Modèles d’intelligence émotionnelle

Les modèles d’intelligence émotionnelle (IE) ont aidé à développer différents outils d’évaluation des constructs. (Mayer, Roberts, et Barsade 2007) Chaque paradigme théorique conceptualise l’intelligence émotionnelle selon l’une des deux perspectives : habilité ou modèle mixte. Les modèles d’habilités considèrent l’intelligence émotionnelle comme une pure forme d’habilité mentale et donc comme une pure intelligence. Les modèles mixtes d’intelligence émotionnelle combinent l’habilité mentale avec les traits de personnalité. Les modèles de traits de l’IE se réfèrent aux perceptions individuelles de leurs propres habilités émotionnelles.

Modèle d’habilités de Mayer et Salovey

Selon Peter Salovey et John D. Mayer, IE est « L’habilité de raisonner sur les émotions et d’émotions pour améliorer la réflexion. Cela comprend l’habilité à percevoir avec précision les émotions, à accéder et à générer des émotions de manière à faciliter la réflexion, à comprendre les émotions et les connaissances émotionnelles et à réguler les émotions de manière réfléchie afin de promouvoir le développement émotionnel et intellectuel. » (Mayer, Salovey, et Caruso 2004)

Les émotions sont des sources d’information qui aident les relations sociales. Le modèle comprend quatre types d’habilités :

  1. Perception des émotions
  2. Utilisation des émotions
  3. Comprendre les émotions
  4. Gestion des émotios

Dans le modèle de Mayer et Salovey, chaque habilité est mesurée à l’aide des tâches spécifiques, (Brackett et Mayer 2003) Le test d’intelligence émotionnelle Mayer-Salovey-Caruso (MSCEIT) est modelé sur des tests de QI basés sur les habilités. Les auteurs déclarent que l’intelligence émotionnelle mesurée par un cadre d’habilités répond à certains des critères standard d’une nouvelle intelligence : opérationnalisation en tant qu’ensemble d’habilités, objectivité des réponses, corrélation des scores avec les intelligences existantes, variation unique et les scores augmentent avec l’âge. (Mayer et al. 2003) (Stys et Brown 2004) Le MSCEIT est une mesure consensuelle qui compare les réponses des individus avec celles d’un échantillon de répondants. Les réponses ne sont considérées émotionnellement « intelligentes » que si la majorité de l’échantillon a donné des réponses similaires.

D’autres mesures du modèle d’habilités comprennent :

  • Analyse diagnostique de la précision non verbale
  • Test de reconnaissance rapide japonais et caucasien
  • Échelle des niveaux de conscience émotionnelle

Il existe des études qui contredisent la validité de ces tests. Le modèle d’habilités a été critiqué dans la recherche pour l’équivocalité et le manque de prédictions sur le lieu de travail, mais, par rapport aux échelles auto-déclarées de l’IE, ce modèle n’est pas basé sur l’opinion des individus sur eux-mêmes.

Le modèle mixte de Goleman

Daniel Goleman définit l’intelligence émotionnelle comme « l’habilité de reconnaître nos propres sentiments et ceux des autres, de nous motiver, de bien gérer les émotions en nous-mêmes et dans nos relations ». (Goleman 1998) Le premier modèle de Daniel Goleman se concentre sur les habilités requises pour la performance de leadership, y compris cinq principaux concepts IE, avec vingt-cinq compétences: (Goleman 1998)

  1. Conscience de soi
  2. Autorégulation
  3. Habilité sociale
  4. Empathie
  5. Motivation

Une analyse plus approfondie de Richard Boyatzis (Goleman, Boyatzis, et McKee 2002) a réduit le nombre des compétences à vingt et les domaines à quatre : (Boyatzis, Goleman, et Rhee 2000)

  1. Conscience de soi
    1. Conscience de ses émotions
    2. Auto-évaluation précise
    3. Confiance en soi
  2. Autogestion
    1. Maîtrise émotionnelle de soi
    2. Transparence
    3. Adaptabilité
    4. Orientation des efforts
    5. Initiative
    6. Optimisme
  3. Conscience sociale
    1. Empathie
    2. Sensibilisation organisationnelle
    3. Orientation des services
  4. Gestion des relations
    1. Gérer les autres
    2. Leadership inspiré
    3. Influence
    4. Gestion des conflits
    5. Travail d’équipe et collaboration

Le modèle de Goleman peut être mesuré sur la base de :

  1. L’inventaire des compétences émotionnelles (ECI) créé en 1999, révisé en tant qu’inventaire des compétences émotionnelles et sociales (ESCI) en 2007.
  2. Évaluation de l’intelligence émotionnelle, développée en 2001 sous forme d’auto-évaluation.

Ce modèle a été critiqué comme étant simplement une « psychologie populaire ».

Le modèle mixte de Bar-On

Reuven Bar-On a estimé que l’intelligence émotionnelle se développe au fil du temps et peut être améliorée par la formation, la programmation et la thérapie. (Bar-On 2004) Il considère l’intelligence socio-émotionnelle comme « un échantillon représentatif de compétences, aptitudes et facilitateurs émotionnels et sociaux interdépendants qui déterminent dans quelle mesure nous nous comprenons et nous exprimons, comprenons les autres et nous nous rapportons à eux et nous faisons face à des demandes, des défis et des pressions au quotidien ».

Le modèle d’intelligence émotionnelle de Bar-On fait référence au potentiel de performance plutôt qu’à la performance elle-même, étant orienté vers le processus plutôt que vers le résultat. (Bar-On 2004) IE se concentre sur

  1. Un groupe d’habilités émotionnelles et sociales
  2. La capacité de faire face et de s’adapter

Son modèle mixte comprend cinq composantes de l’intelligence émotionnelle

  • Intrapersonnel
    • Respect de soi
    • Conscience de ses émotions
    • Assertivité
    • Indépendance
    • Ténacité
  • Interpersonnel
    • Empathie
    • Responsabilité sociale
    • Relation interpersonnelle
    • Adaptabilité
    • Test de réalité
    • Flexibilité
    • Résolution de problèmes
  • Gestion du stress
    • Tolérance au stress
    • Contrôle d’impulsivité
  • Disposition générale
    • Optimisme
    • Bonheur

Bar-On a développé plusieurs versions de l’Emotion Quotient Inventory en fonction des groupes et des situations spécifiques. (Bar-On 2004) L’Emotion Quotient Inventory n’est corrélé que très peu avec le Test d’intelligence émotionnelle Mayer-Salovey-Caruso, mais de manière plus significative avec une autre mesure d’auto-évaluation de l’intelligence émotionnelle, le Self Intelligence Emotional Intelligence Test. (Schutte et al. 1998)

Modèle de traits de Petrides

Konstantinos V. Petrides a développé ce modèle comme « une constellation de perceptions de soi émotionnelles situées aux niveaux inférieurs de la personnalité ». (Petrides et Furnham 2000) Le modèle de traits fait référence à la perception de soi par l’individu de ses habilités émotionnelles, étant qualifié de caractère d’auto-efficacité émotionnelle. C’est une construction en dehors de la taxonomie de la capacité cognitive humaine.

Pour les mesures d’auto-évaluation de l’IE, peuvent être utilisés EQ-i, le Test d’intelligence émotionnelle de l’Université de Swinburne (SUEIT), le modèle IE Schutte, etc., étant des mesures plutôt limitées de l’intelligence émotionnelle. EQ-i 2.0, initialement connu sous le nom de BarOn EQ-i, a été la première mesure d’auto-évaluation de l’intelligence émotionnelle, ayant les meilleures règles, fiabilité et validité des mesures d’auto-évaluation. Un autre instrument de mesure, TEIQue, propose une opérationnalisation du modèle de Konstantinos V. Petrides en référence à certains des traits de personnalité de Big Five.

Autres modèles et mesures :

  • Niveaux d’échelle de conscience émotionnelle (LEAS) (Lane et Schwartz 1987)
  • Test de l’intelligence émotionnelle par auto-évaluation (SREIT) (Petrides et Furnham 2000)

Il existe des similitudes théoriques et statistiques entre les différents modèles d’IE. Tous les modèles visent à aider à comprendre et à développer l’intelligence émotionnelle, basée sur des composants clés de l’intelligence (tels que la conscience ou la perception des émotions et la gestion des émotions comme éléments clés). Brackett et Mayer (Brackett et Mayer 2003) ont trouvé des similitudes importantes entre les modèles Mayer-Salovey-Caruso et Bar-On.

Bibliographie

  • Bar-On, Reuven. 2004. « The Bar-On Emotional Quotient Inventory (EQ-i): Rationale, description and summary of psychometric properties ». In Measuring emotional intelligence: Common ground and controversy, 115‑45. Hauppauge, NY, US: Nova Science Publishers.
  • Boyatzis, Richard E., Daniel Goleman, et Kenneth S. Rhee. 2000. « Clustering competence in emotional intelligence: Insights from the Emotional Competence Inventory ». In The handbook of emotional intelligence:  Theory, development, assessment, and application at home, school, and in the workplace, 343‑62. San Francisco, CA, US: Jossey-Bass.
  • Brackett, Marc A., et John D. Mayer. 2003. « Convergent, Discriminant, and Incremental Validity of Competing Measures of Emotional Intelligence ». Personality and Social Psychology Bulletin 29 (9): 1147‑58. https://doi.org/10.1177/0146167203254596.
  • Goleman, Daniel. 1998. Working with Emotional Intelligence. Bantam Books.
  • Goleman, Daniel, Richard Boyatzis, et Annie McKee. 2002. Primal leadership:  Realizing the power of emotional intelligence. Primal leadership:  Realizing the power of emotional intelligence. Boston, MA, US: Harvard Business School Press.
  • Lane, R. D., et G. E. Schwartz. 1987. « Levels of Emotional Awareness: A Cognitive-Developmental Theory and Its Application to Psychopathology ». The American Journal of Psychiatry 144 (2): 133‑43. https://doi.org/10.1176/ajp.144.2.133.
  • Mayer, John D., Richard D. Roberts, et Sigal G. Barsade. 2007. « Human Abilities: Emotional Intelligence ». Annual Review of Psychology 59 (1): 507‑36. https://doi.org/10.1146/annurev.psych.59.103006.093646.
  • Mayer, John D., Peter Salovey, et David R. Caruso. 2004. « Emotional Intelligence: Theory, Findings, and Implications ». Psychological Inquiry 15 (3): 197‑215. https://www.jstor.org/stable/20447229.
  • Mayer, John D., Peter Salovey, David R. Caruso, et Gill Sitarenios. 2003. « Measuring emotional intelligence with the MSCEIT V2.0. » Emotion 3 (1): 97‑105. https://doi.org/10.1037/1528-3542.3.1.97.
  • Petrides, K. V., et Adrian Furnham. 2000. « On the Dimensional Structure of Emotional Intelligence | Request PDF ». ResearchGate. 2000. https://www.researchgate.net/publication/242569289_On_the_Dimensional_Structure_of_Emotional_Intelligence.
  • Schutte, Nicola S., John M. Malouff, Lena E. Hall, Donald J. Haggerty, Joan T. Cooper, Charles J. Golden, et Liane Dornheim. 1998. « Development and validation of a measure of emotional intelligence ». Personality and Individual Differences 25 (2): 167‑77. https://doi.org/10.1016/S0191-8869(98)00001-4.
  • Stys, Yvonne, et Shelley L. Brown. 2004. « A Review of the Emotional Intelligence Literature and Implications for Corrections ». In .

Nicolae Sfetcu
Email: nicolae@sfetcu.com

Cet article est sous licence Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nd/4.0/.

Sfetcu, Nicolae, « Modèles d’intelligence émotionnelle », SetThings (9 mars 2020), URL = https://www.setthings.com/fr/modeles-dintelligence-emotionnelle/

Émotions et intelligence émotionnelle dans les organisations
Émotions et intelligence émotionnelle dans les organisations

Une argumentation pour l’importance dualiste des émotions dans la société, individuellement et au niveau communautaire. La tendance actuelle à la prise de conscience et au contrôle des émotions grâce à l’intelligence émotionnelle a un effet bénéfique dans les affaires et … Lire la suite

non noté $0,00 Choix des options

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *