» » » » » Nominalisme

Nominalisme

Posté dans : Philosophie 1

En métaphysique, le nominalisme est une vision philosophique qui nie l’existence d’universels et d’objets abstraits, mais affirme l’existence des termes et des prédicats généraux ou abstraits. Il existe au moins deux versions principales du nominalisme. Une version nie l’existence d’universels – des choses qui peuvent être instanciées ou illustrées par de nombreuses choses particulières (par exemple, la force, l’humanité). L’autre version nie spécifiquement l’existence d’objets abstraits – des objets qui n’existent pas dans l’espace et dans le temps.

La plupart des nominalistes ont soutenu que seuls les détails physiques dans l’espace et dans le temps sont réels et que les universels n’existent que post res, c’est-à-dire postérieurs à des choses particulières. Cependant, certaines versions du nominalisme considèrent que certains détails sont des entités abstraites (par exemple, des nombres), tandis que d’autres sont des entités concrètes – des entités qui existent dans l’espace et dans le temps (par exemple, des piliers, des serpents, des bananes).

Le nominalisme est avant tout une position sur le problème des universaux, qui remonte au moins à Platon, et s’oppose aux philosophies réalistes, telles que le réalisme platonicien, qui affirment que les universaux existent au-delà des particuliers. Cependant, le nom de «nominalisme» a émergé des débats de la philosophie médiévale avec Roscellinus.

Le terme «nominalisme» vient du latin nomen, «nom». Par exemple, John Stuart Mill a écrit: «Il n’ya rien de général sauf des noms».

En philosophie du droit, le nominalisme trouve son application dans ce qu’on appelle le nominalisme constitutionnel.

L’histoire

Philosophie grecque antique

Platon a été peut-être le premier écrivain de la philosophie occidentale à énoncer clairement une position non nominaliste:

«… Nous supposons habituellement une forme unique en rapport avec chacune des nombreuses choses auxquelles nous appliquons le même nom. … Par exemple, il y a beaucoup de lits et de tables. … Mais il n’y a que deux formes de ce type de meubles, l’un du lit et l’autre de la table. (République 596a-b)

«Qu’en est-il de quelqu’un qui croit aux belles choses, mais ne croit pas au beau lui-même…? Ne pensez-vous pas qu’il vit dans un rêve plutôt que dans un état de veille?» (République 476c)

Les universaux platoniques correspondant aux noms «lit» et «beau» étaient la forme du lit et la forme du beau, ou le lit lui-même et le beau lui-même. Les formes platoniciennes ont été les premiers universaux posés comme tels en philosophie.

Notre terme «universel» est dû à la traduction du terme technique katholou d’Aristote, qu’il a spécialement inventé dans le but de discuter du problème des universaux. Katholou est une contraction de la phrase kata holou, qui signifie «dans l’ensemble».

Aristote a rejeté certains aspects de la théorie des formes de Platon, mais il a également clairement rejeté le nominalisme:

«Homme, et en fait chaque prédicat général, ne signifie pas un individu, mais une qualité, une quantité ou une relation ou quelque chose du genre.» (Réfutations sophistiquées xxii, 178b37)

Les premiers philosophes à décrire explicitement les arguments nominalistes ont été les stoïciens, en particulier Chrysippe.

Philosophie médiévale

Dans la philosophie médiévale, le philosophe et théologien français Roscellinus (vers 1050 – vers 1125) a été l’un des premiers partisans du nominalisme. Les idées nominalistes se retrouvent dans les travaux de Peter Abelard et atteignent leur épanouissement chez Guillaume d’Ockham, qui était le nominaliste le plus influent et le plus complet. La version du nominalisme d’Abelard et d’Ockham est parfois appelée conceptualisme, qui se présente comme un terme moyen entre nominalisme et réalisme, affirmant qu’il existe quelque chose en commun entre des individus semblables, mais qu’il s’agit d’un concept dans l’esprit, plutôt que d’une entité réelle existant indépendamment de l’esprit. Ockham a fait valoir que seuls les individus existaient et que les universels n’étaient que des manières mentales de se référer à des ensembles d’individus. «Je maintiens», écrit-il, «qu’un universel n’est pas quelque chose de réel qui existe dans un sujet … mais qu’il y a un être uniquement en tant qu’objet de pensée dans l’esprit [objectivum in anima]». En règle générale, Ockham s’est opposé à la prise en charge de toute entité non nécessaire pour des explications. En conséquence, écrit-il, il n’y a aucune raison de croire qu’il existe une entité appelée «humanité» qui réside à l’intérieur, disons, de Socrate, et rien de plus n’est pas expliqué par cette affirmation. Ceci est en accord avec la méthode analytique qui a depuis été appelée le rasoir d’Ockham, le principe selon lequel l’explication de tout phénomène devrait faire le moins possible d’hypothèses. Les critiques soutiennent que les approches conceptualistes ne répondent qu’à la question psychologique des universels. Si le même concept est appliqué correctement et de manière non arbitraire à deux individus, il doit exister une ressemblance ou une propriété partagée entre les deux individus qui justifie leur appartenance au même concept et qui est simplement le problème métaphysique que les universels ont été amenés à traiter, point de départ de l’ensemble du problème. Si l’on affirme des ressemblances entre individus, le conceptualisme devient un réalisme modéré; s’ils sont refusés, il s’effondre en nominalisme.

Philosophie moderne et contemporaine

Dans la philosophie moderne, Thomas Hobbes et Pierre Gassendi ont ravivé le nominalisme.

Dans la philosophie analytique contemporaine, il a été défendu par Rudolf Carnap, Nelson Goodman, H.H. Price et D.C. Williams.

  1. […] En métaphysique, le nominalisme est une vision philosophique qui nie l’existence d’universels et d’objets abstraits, mais affirme l’existence des termes et des prédicats généraux ou abstraits. Il existe au moins deux versions principales du nominalisme. Une version nie l’existence d’universels … Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *