Home » Articole » FR » Art » Littérature » Mythes de la nature » POURQUOI LA QUEUE DU PAON A CENT YEUX

POURQUOI LA QUEUE DU PAON A CENT YEUX

Posté dans : Mythes de la nature 0

Le paon

Junon, la reine des dieux, avait la vache la plus belle qu’on ait jamais vue. Elle était de couleur blanc crème, et ses yeux étaient d’un bleu aussi doux et brillant que ceux de n’importe quelle jeune fille dans le monde. Junon et le roi des dieux jouaient souvent des tours l’un sur l’autre, et Junon savait bien que le roi essayerait d’obtenir sa vache. Il y avait un veilleur nommé Argos, et l’on pensait qu’il pouvait voir tout ce qui se passait dans le monde, car il avait cent yeux, et personne ne les avait jamais tous endormis à la fois, donc la reine donna à Argus le travail de surveiller la vache blanche.

Le roi des dieux savait ce qu’elle avait fait, et il se mit à rire à lui-même et dit: «Je vais jouer un truc sur Junon, et je vais avoir la vache blanche. Il envoya chercher Mercure et lui chuchota à l’oreille: «Mercure, va au champ vert où Argos surveille la vache crème et la prend pour moi.»

Mercure était toujours heureux quand il pouvait jouer un tour sur n’importe qui, et il s’est mis volontairement pour le champ où Argos surveillait la vache crème-blanche avec chacun de ses cent yeux.

Maintenant Mercure pouvait raconter des histoires joyeuses de tout ce qui a été fait dans le monde. Il pouvait aussi chanter, et la musique de sa voix avait endormi un bon nombre de dieux. Argos le savait, mais il était seul depuis longtemps, et il pensa: «Quel mal y a-t-il à écouter son joyeux bavardage? J’ai cent yeux, et même si la moitié d’entre eux dormaient, les autres pouvaient facilement surveiller une vache.» Alors il salua heureusement Mercure et dit: «Je suis seul dans ce domaine depuis longtemps, mais vous avez voyagé. Voulez-vous ne me chanteriez pas et me dire ce qui s’est passé dans le monde? Je serais heureux d’entendre des histoires et de la musique si je n’ai rien à faire que de regarder une vache, même si c’était la vache d’une reine.»

Mercure a chanté et a raconté des histoires. Certaines des chansons étaient joyeuses, et certaines étaient tristes. Le gardien a fermé un œil, puis un autre et un autre, mais il y avait deux yeux qui ne fermaient pas pour toutes les chansons tristes et tous les joyeux. Alors Mercure a tiré un roseau creux qu’il avait apporté du fleuve et se mit à jouer dessus. C’était un roseau magique et, en jouant, on entendait l’eau onduler doucement sur le rivage et le souffle du vent dans les pins; On voyait les lys pliant la tête quand le crépuscule s’allumait, et les étoiles brillant doucement dans le ciel d’été.

Il n’est pas étonnant qu’Argos a fermé un œil puis l’autre. Chacun de ses cent yeux était endormi, et Mercure s’en alla au roi des dieux avec la vache blanche crème.

Junon avait si souvent joué des tours au roi qu’il était heureux parce qu’il avait joué celui-ci sur elle, mais Junon était en colère, et elle a dit à Argos, «Vous êtes un garde étrange. Vous avez cent yeux, mais vous ne porriez pas garder même l’un d’entre eux de s’endormir. Mon paon est plus sage que toi, car il sait quand quiconque le regarde. Je mettrai chacun de tes yeux dans la queue du paon. Et à partir de maintenant, celui qui regarde le paon peut compter dans sa queue les cent yeux qui appartenaient autrefois à Argos.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *