» » » » » » POURQUOI L’EAU DANS LES RIVIERS NE S’ARRÊTE JAMAIS

POURQUOI L’EAU DANS LES RIVIERS NE S’ARRÊTE JAMAIS

Posté dans : Mythes de la nature 0

Toutes sortes de choses étranges se sont passées dans les jours d’autrefois, mais peut-être le plus étrange de tous a été que les infirmières qui ont soigné des petits enfants n’étaient pas des femmes, mais des ruisseaux et des fleuves. Les enfants et les ruisseaux couraient ensemble, et les ruisseaux et les rivières ne disaient jamais: «Il est temps de vous coucher», car ils aimaient jouer aussi bien que les enfants, et peut-être un peu mieux. Parfois, les ruisseaux couraient en premier et les enfants suivaient. Parfois les enfants couraient en premier et les ruisseaux suivaient. Bien sûr, si un animal venait à proximité de cela blessait les enfants, le ruisseau ou la rivière dont ils avaient été les soins s’écoulaient rapidement autour d’eux, de sorte qu’ils se tenaient sur une île et étaient à l’abri de tout mal.

Deux petits garçons vivaient alors, fils du roi. Quand les enfants ont été assez grands pour courir, le roi a appelé les rivières et les ruisseaux à venir devant lui. Ils sont venu avec joie, car ils étaient sûrs que quelque chose de plaisant arriverait, et ils ont attendu si tranquillement que personne n’aurait cru qu’ils étaient si pleins d‘ébats.

«Je vous ai appelé, dit le roi, pour vous donner le soin de mes deux petits fils. Ils aiment si bien courir autour qu’une infirmière ne sera pas assez pour les soigner, et, bien sûr, ce sera plus agréable pour eux d’avoir beaucoup de camarades de jeu. Je crois donc qu’il vaut mieux demander à chaque rivière et à chaque ruisseau de voir qu’ils ne seront pas blessés ou perdus.»

«Nous aurons les fils du roi pour nos camarades!» ont murmuré les rivières. «Rien de si agréable pour nous est jamais arrivé.»

Mais le roi a continué: «Si vous gardez mes garçons en sécurité et bien, et les suivre si étroitement qu’ils ne sont pas perdus, alors je vous donnerai quel que soit le cadeau que vous souhaitez, mais si je trouve que vous les avez oubliés un moment et ils sont perdus ou blessés, alors vous serez punis comme aucun fleuve n’a jamais été puni avant.»

Les rivières et même les ruisseaux les plus folâtrés étaient de nouveau calmes pendant un moment. Alors ils ont tous pleuré ensemble: «Ô roi, nous serons bons. Il n’y a jamais eu de meilleures infirmières que nous serons à vos fils.»

Au début tout est allé bien, et les camarades de jeu ont eu les temps les plus joyeux qui pourraient être pensés. Puis il est venu un jour où le soleil était très chaud, mais les garçons couraient plus vite et plus loin que les garçons avaient jamais couru dans le monde avant, et même les ruisseaux ne pouvait pas les suivre. Les fleuves n’avaient jamais été fatigués auparavant, mais quand ce jour chaud est venu, une rivière après l’autre avait une raison d’être tranquille. On se plaignait: «J’ai suivi les garçons plus loin que n’importe quelle autre rivière.» «Peut-être,» dit un autre, «mais je suis allé et venu jusqu’à ce que j’ai oublié comment il semble être tranquille.» Un autre déclarait: «J’ai couru assez longtemps, et je ne courrai plus.» Un petit ruisseau a dit: «Si j’étais une grande rivière, peut-être pourrais-je courir plus loin», et un grand fleuve répondit: «Si j’étais un petit ruisseau, bien sûr, je pourrais courir plus loin.»

Ils parlaient comme ça, et le jour passait. La nuit est venue avant qu’ils le sachent, et ils n’ont pas pu trouver les garçons.

«Où sont mes fils?» a écrié le roi.

«En effet, nous ne le savons pas,» ont répondu les ruisseaux et les rivières avec une grande crainte, et chacun regarda les autres.

«Vous avez perdu mes enfants,» a dit le roi, «et si vous ne les trouvez pas, vous serez punis, allez les chercher.»

«S’il vous plaît, aidez-nous,» les rivières ont supplié les arbres et les plantes, et tout ce qui était vivant a commencé à chercher les garçons perdus. «Peut-être sont-ils sous terre», ont pensé les arbres, et ils ont envoyaié leurs racines dans la terre. «Peut-être sont-ils à l’est,» a crié un animal, et il est allé à l’est. «Ils peuvent être sur la montagne», a dit une plante, et donc elle a grimpé au sommet de la montagne. «Ils sont peut-être dans le village,» a dit un autre, et on s‘est rapproché des maisons des hommes.

Beaucoup d’années ont passé. Le roi était presque fâché, mais il savait qu’il ne servait à rien de chercher plus longtemps, alors il a appelé très tristement: «Ne cherchez plus … Que chaque plante et chaque animal fassent sa maison où elle est … La petite plante qui s’est glissée sur la montagne vivra sur le sommet de la montagne, et les racines des arbres resteront sous la terre. Les rivières» alors le roi s’est arrêté, et les fleuves tremblèrent. Ils savaient qu’ils seraient punis, mais quelle serait la punition? Le roi les regarda. «Quant à vous, rivières et ruisseaux,» dit-il, «a été votre travail de surveiller mes enfants. Les plantes et les arbres trouveront le repos et la vie heureuse dans leurs maisons, mais vous ferez toujours la recherche de mes garçons perdus et vous jamais avoir une maison.»

Donc, de ce jour  jusqu’à maintenant, les rivières ont continué à chercher les enfants perdus. Ils ne s’arrêtent jamais, et certains d’entre eux sont si troublés qu’ils coulent d’abord d’un côté, puis de l’autre.

Traduit par Nicolae Sfetcu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *