» » » » » » Une leçon de Confucius

Une leçon de Confucius

Posté dans : Contes | 1

Une leçon de ConfuciusConfucius a entendu une fois deux de ses élèves se disputer. L’un était de nature douce et a été appelé par tous les étudiants un homme pacifique. L’autre avait un bon cerveau et un bon cœur, mais était très fâchée. S’il voulait faire quelque chose, il le faisait et personne ne pouvait l’empêcher; si quelqu’un essayait de l’empêcher, il montrait une rage soudaine et terrible.

Un jour, après une de ces crises de colère, le sang lui a sorti de la bouche et, effrayé, il s’est rendu à Confucius. « Que vais-je faire de mon corps? » Il a demandé, « Je crains de ne pas vivre longtemps. Il vaut peut-être mieux que je n’étudie plus et que je ne travaille plus. Je suis votre élève et vous m’aimez en tant que père. Dites-moi quoi faire pour mon corps. »

Confucius a répondu: « Tsze-Lu, vous avez une mauvaise idée de votre corps. Ce n’est pas l’étude, ni le travail à l’école, mais votre grande colère qui cause le trouble.

« Je vais vous aider à voir cela. Vous vous rappelez quand vous et Nou-Wui vous êtes disputés. Il était en paix et heureux de nouveau dans un peu de temps, mais vous avez mis beaucoup de temps à vaincre votre colère. Vous ne pouvez pas espérer vivre longtemps si chaque fois qu’un élève dit une chose que vous n’aimez pas, vous êtes énervé. Il y en a mille dans cette école. Si chacun ne vous offense qu’une fois, vous aurez une crise de colère mille fois cette année. Et vous mourrez sûrement si vous n’utilisez pas plus de maîtrise de vous. Je veux vous poser quelques questions: –

« Combien de dents avez-vous? »

« J’ai trente-deux, professeur. »

« Combien de langues? »

« Juste un. »

« Combien de dents avez-vous perdues? »

« J’en ai perdu un quand j’avais neuf ans et quatre quand j’avais environ vingt-six ans. »

« Et votre langue, est-elle toujours parfaite? »

« Oh, oui. »

« Conaissez-vous Mun-Gun, qui est assez vieux? »

« Oui, je le connais bien. »

« Combien de dents pensez-vous qu’il avait à votre âge? »

« Je ne sais pas. »

« Combien en a-t-il maintenant? »

« Deux, je pense. Mais sa langue est parfaite, bien qu’il soit très vieux. »

« Vous voyez que les dents sont perdues parce qu’elles sont fortes et déterminées à avoir tout ce qu’ils désirent. Elles sont dures et font mal à la langue plusieurs fois, mais la langue ne blesse jamais les dents. Pourtant, elle dure jusqu’à la fin, alors que les dents sont les premières de l’homme à se détruire. La langue est paisible et douce avec les dents. Elle ne se fâche jamais et ne les combat pas, même quand elles ont tort. Elle les aide toujours à faire leur travail, à préparer la nourriture de l’homme pour lui, même si les dents n’aident jamais la langue, et elles s’opposent toujours à tout.

« Et c’est ainsi avec l’homme. Le plus fort pour résister, est le premier à dépérir; et vous, Tsze-Lu, le serez aussi si vous n’apprenez pas la grande leçon de la maîtrise de soi. »

  1. […] Confucius a entendu une fois deux de ses élèves se disputer. L’un était de nature douce et a été appelé par tous les étudiants un homme pacifique. L’autre avait un bon cerveau et un bon cœur, mais était très fâchée. … Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *