Home » Articole » FR » Art » Littérature » Une nouvelle vie » Une nouvelle vie (2)

Une nouvelle vie (2)

Posté dans : Une nouvelle vie 0

Une nouvelle vie (2)

Une fumée dense et aigre flottait dans la chambre. Ioan avait abandonné. Il dormait avec ses jambes hors du lit. À la table au milieu de la chambre, sur la couverture verte, les cartes à jouer ont été faites. Les tasses à café étaient maintenant utilisées comme cendriers. Aucun des trois joueurs restés dans le jeu n’était disposé à laver le cendrier plein de mégots de cigarette.

– Que fais-tu, mec, où veus-tu partir?

– Il est 6 heures, mec. Qu’est-ce que vous voulez que nous fassions ensuite? Ioan n’a plus d’argent, et je vais prendre votre argent une autre fois, maintenant j’ai un travail.

– Comment, je n’ai pas d’argent? Mais cette veste, c’est quoi?? Elle est de marque, cela coûte beaucoup d’argent.

– Qu’est-ce que je fais avec ta veste?

– Allons, une dernière main.

Dan soupira, et recommença à faire les cartes à jouer. Il déterra dans les paquets de cigarettes sur la table, mais ils étaient tous vides. Il a pris un mégot du cendrier, l’a allumé et a réussi à tirer deux fumées. Il l’éteignit dégoûté dans le pot de la tasse à côté de lui.

Jean a perdu cette fois aussi. La règle d’or au poker, lorsque vous commencez à perdre, vous devez avoir la force de vous arrêter. Cela distingue des gagnants des lâches. Il a lentement et humilement dépouillé sa veste de marque. Seulement maintenant il se rendait compte qu’il s’était refroidi dans la chambre.

– Allons, Jean, je te laisse sur la route en passant par ton hôtel.

Ils sont allés ensemble. Jean rachetera sa veste dans les prochains jours. Pour l’instant, elle tremblait de tous ses os. À l’extérieur, Ils ont senti l’air froid et frais. Le soleil commença à monter. Après quelques minutes de silence, ils dirent au revoir, et Dan continua la route seul. Il apprécia le plus ces matins, après une nuit d’insomnie, quand il voyait la petite ville commencer à se réveiller, lentement.

Il n’y avait personne à la maison, ses parents étaient allés à un mariage. Bonne chance pour lui. Il eut le temps de faire un café chaud, la but hâtivement, ramassa sa mallette et se précipita pour aller à l’école.

* * *

Il est arrivé à temps pour la première heure, de chimie. Il ne voulait en aucune circonstance de manquer cette heure. Ils avaient une jeune professeure, nouvelle diplômée, avec une belle figure, des seins bien développés, mais le gâteau sur le gateau était ses pieds parfaits, et comme si ils vivaient leur propre vie.

– Bonjour, qu’est-ce que tu fais?

Dan a serré la main avec son collègue, un grand et calme garçon. Bien que Dan lui-même n’était pas grand, il avait toujours aimé s’asseoir à l’arrière. C’est ainsi qu; il pouvait regarder toujours tout le monde dans la salle. Il aimait regarder chacun quand il n’était pas intéressé de ce qui était discuté, essayant de deviner comment vit chacun d’entre eux, au-delà des apparences.

Mais maintenant, elle n’avait plus d’yeux que pour les pieds de la professeure de chimie. Comme si elle savait qu’elle est étudiée avidement par les étudiants, il était ressentie une certaine manière voluptueuse de poser les jambes l’une sur l’autre dans la chaise au pupitre du maitre d’école.

– Tessier, dites-vous à lui les résultants de la réaction. Tessier!

Dan sauta. Il se leva, regarda le tableau noir et répondit automatiquement. Il n’avait aucun problème avec la chimie, il l’a bien compris, bien qu’il ne l’a pas aimé.

La professeure se leva et se dirigea vers les bureaux d’écolier de derrière tout en discutant avec les élèves examinés. Il se tenait près du  bureau de Dan. L’odeur discrète de son parfum enivra Dan.

Il fut désolé quand l’heure fut terminée. Il sortit sur le couloir, dans l’espoir de voir Hélène pendant la pause. Elle parla avec un garçon de l’équipe de football de l’école, en riant avec la luxure de ses gestes. Dan sentit un vide dans son ventre. Il rentra dans la classe vide et sorta la tablette de sa mallette. Le reste des heures il a été absent, en pensant à Hélène et à Facebook. Il avait décidé de s’inscrire, mais il ne savait pas comment le faire. Il lisa tout ce qu’il trouva sur Google de Facebook. Il ne comprit pas beaucoup, mais il décida de franchir le seuil ce soir même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *